Frères Jacques, dormez vous…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la variétoche et de la soupe de choux-rave réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi  03 octobre de l’an 2017, 12è jour de vendémiaire dédié à l’immortelle.

Petit coup de chapeau à André BELLEC, un gars de saint-Nazaire (dédédé un 03 octobre en 2008) qui, avec son frangin Georges a fondé le fameux groupe des « frères jacques ». C’est lui qui en a l’idée aux chantiers de jeunesse puis à la libération et engage d’abord son frère. jacquesYves Robert décline l’offre de se joindre à eux mais rapidement François Soubeyran puis paul Tourenne complètent l’équipe. Le groupe se forme au sein de l’association « Travail et Culture » au printemps 1945, leur premier répertoire étant choisi parmi des chansons du folklore, des negro-spiritual, et des chants religieux. Leur carrière débute en août 1945 lorsqu’ils remplacent « les compagnons de route » (futurs Quatre barbus) dans l’opérette Les Gueux au Paradis, à la Comédie des Champs Elysées.

Ils aiment à faire le Jacques d’où leur nom, qui évoque aussi la chanson enfantine. Il leur manque un style, une musicalité propre et une rigueur dans le travail. C’est un cinquième membre qui va les leur fournir : le pianiste Pierre Philippe, qui les accompagne de 1945 à 1965.  Visuellement, c’est le décorateur jean-Denis Malclès qui les moule dans jacques 2des collants, des justaucorps et des gants, et complète leur silhouette de chapeaux divers. C’est lui aussi qui conçoit le décor. Ces éléments varieront peu par la suite. Ils débutent en 1946 dans une parodie intitulée L’Entrecôte ( en vidéo) c’est un succès. Leur premier 78 tours sort en 1948. Les engagements abondent, mais c’est quand ils rencontrent l’agent artistique Jacques Canetti qu’ils entrent véritablement dans la lumière. C’est lui qui leur obtient les textes de Jacques Prévert – sceptique au départ – et les musiques de Joseph Kosma, qu’ils enregistrent et que la radio fait connaître au-delà de la sphère parisienne. Avec L’Inventaire, ils obtiennent même le Grand prix du disque à deux reprises. Ils ont également chanté avec Edith Piaf et Brigitte Bardot. Ils donnent finalement leur dernier récital début 1983 au Théâtre de Boulogne-Billancourt.

Ah, quelle époque madame Michu… que devrons nous faire demain pour pouvoir acheter l’entrecôte si on laisse les gougnafiers de la finance nous tondre la laine sur le dos? Allez, portez vous bien, et à demain peut-être.

3 commentaires

  1. Anne-Marie

    Ah les Frères Jacques, j’avais 15 ans lorsque je les ai découverts dans une fête de patro (oui, oui),dans mon village de la région liégeoise, c’était en 1965, je les écoute encore avec autant de plaisir.

  2. Mildred

    Et la violoncelliste, quel régal aussi !
    https://www.youtube.com/watch?v=roz4McWNNeA
    Quant à votre dernière question, la réponse semble être évidente : qu’aurons-nous encore besoin d’entrecôtes quand nous aurons droit aux insectes grillés ?

  3. Zap Pow

    Ah, Les Frères Jacques, que de souvenirs. En particulier ce grand classique, que je ne me lasse pas d’écouter (et de regarder) : https://www.youtube.com/watch?v=g5_-zvjJtCM

    Je dois me faire vieux, puisque je suis convaincu que c’était mieux avant : sens du spectacle minimaliste, humour et qualité des paroliers.

Répondre à Anne-Marie Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).