Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 12th, 2017

Page 1 de 1

Mon sombre amour d’orange amère…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la polychromie et du miel de Manuka réunis, bonjour ! Nous 220px-Citrus_aurantiumsommes le Mardi 12 Septembre 2017, 26è jour de Fructidor dédié à la bigarade (le premier qui dit bigarade du Tigre est à l’amende) Le bigaradier est un petit arbre de 3 à 10 mètres, épineux, à feuilles persistantes, à fleurs très odorantes, aux fruits comestibles mais amers; la fameuse orange amère chère au poète. Dédions celui-ci de poème à Jean-Yves, fidèle lecteur et néanmoins ami, qui fête aujourd’hui son anniversaire en cette bonne ville de Nantes.

Ah, madame Michu, on me dit que la cote de Macron 1er est en chutechabrol-droite libre… Pour les ceusses qui rêvaient d’un autre monde, ce n’est pas l’orange mais la pilule qui est amère. Pour autant, les français ont-ils enfin compris qu’ils se sont fait rouler dans la farine. Je n’en suis pas convaincu du tout; il faut croire que la bêtise est vraiment ce qu’il y a de mieux partagé en ce bas monde. Il est vrai, comme le disait Jean-Pierre CHABROL (photo) que: »La bêtise a ceci de commun avec les maladies vénériennes, c’est qu’il est très agréable de l’attraper » c’est sans doute ce qui fait son succès.

J‘ai eu le bonheur de rencontrer le bonhomme dans les années 70 et j’en garde un souvenir particulièrement marquant. Cet ancien maquisard était devenu conteur, romancier -lisez « les colères des Cévennes » chez EPSON scanner imageGrasset je crois- il avait même tâté du cinéma (avec Costa GAVRAS si j’ai bonne mémoire) le visage buriné comme les monts de Lozère qu’il aimait tant, il vous entraînait dans ses récits et vous offrait un voyage dont on revient rarement indemne. Ecolo avant l’heure, éveilleur des consciences, gardien des milles et une nuits de la culture universelle, ce paysan Cévenol était à lui seul une leçon de vie. En scrutant les gesticulations des princes qui nous gouvernent, il aurait sorti de sa besace un dicton dont il avait le secret, un adage qu’il aurait attribué à quelque vieux berger de ses montagnes et aurait continuer de bourrer sa pipe comme si de rien n’était.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.