C’est au pied du mur qu’on voit le Masson…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la raison pure et des causes perdues réunies, bonjour ! En ce Vendredi 28 juillet 2017, dixième jour de Thermidor dédié à l’arrosoir, je voulais vous entretenir d’un brestois, disparu lui aussi dans les oubliettes de l’histoire: Emile MASSON, né à Brest un 28 juillet en 1869, il n’est pas élevé en breton et n’apprendra la langue que plus tard non sans avoir obtenu deux licences, en philosophie et en anglais. A Paris il fréquente les mouvements Emile Massondreyfusard, anarchistes, antimilitaristes et se lie d’amitié avec Elisée Reclus, Kropotkine et Romain Rolland. Il deviendra professeur d’anglais au lycée de Pontivy (56) entre 1904 et 1921. On lui doit la création de la revue « Brug » (bruyère), revue anarchiste en langue bretonne. Il a traduit une brochure d’Elisée Reclus « à mon frère paysan » en dialectes Léonard et Vannetais. Son oeuvre est toute axée sur la libération de l’homme, il accorde une place essentielle à l’éducation et se réfère sans cesse aux concepts de pédagogie, humanisme, tolérance, non violence…Il y a du Gandhi chez Emile Masson. On peut se demander pourquoi cet écologiste avant l’heure, antimilitariste en pleine boucherie de 14/18, féministe déclaré, socialiste ET breton, intellectuel original et prolixe (il faut lire « l’utopie des iles bienheureuses dans le Pacifique ») a disparu des mémoires.

Plus qu’oublié, il semble avoir été refoulé de la mémoire collective des uns et des autres tant ses idées refusaient la simplicité et le manichéisme, le bien et le mal. Parce que il était athée ET tolérant, parce que son nationalisme breton était la voie vers l’internationalisme, parcelivre Masson que ses idées anarchistes étaient faites d’amour et de fraternité. Bref, Emile Masson emmerdait tout le monde et particulièrement le petit monde de gauche franchouillard et Jacobin. Dans « Brug » en 1914, il écrit ceci: « …Les ouvriers manifestent pour leur langue un mépris de civilisés et les intellectuels bretons, nourris aux lettres françaises et latines, considèrent qu’un honnête homme (un bon français) commence par cesser d’être breton. » Il va mourir à Paris le 9 février 1923. Son fils Michel Masson a été maire de Pontivy. Il est intéressant de relire « Les bretons et le socialisme » paru aux éditions Maspero accompagné d’une présentation de Jean-Yves Guiomar. Un recueil de textes et de lettres où la question nationale bretonne se mêle au socialisme libertaire.

Allez, voila pour aujourd’hui, en attendant la suite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. Rém*

    Pour une fois, Erwan, te voilà en « militant » à nous faire – à juste titre – la leçon sur l’importance d’Émile Masson, cet emmerdeur du « petit monde de gauche franchouillard et Jacobin », merci de combler l’ignorance de beaucoup de tes lecteurs, dont moi-même…

  2. Robert Spire

    Emile Masson était un ami du poète André Spire né aussi un 28 juillet mais un an plus tôt en1868 (mort un 29 juillet en 1966), et avec qui je n’ai strictement aucun lien de parenté.:-)
    http://judaisme.sdv.fr/perso/spire/

Répondre à Robert Spire Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).