Vous lisez actuellement les articles publié le juin 8th, 2017

Page 1 de 1

A la st médard il est déjà trop tard…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

r

Amis de la poésie et du Kig ha farz réunis, bonjour. Nous sommes le jeudi 8 juin 2017 c’est à dire le 20 de Prairial et, l’auriez vous deviné, c’est le jour de la fourche ! La fourche, comme chacun le sait, est un outil qui a les dents longues et qui est surtout utilisé pour empaler les zombies dans les films de genre. Ceci étant, quelque part entre Nîmes et le Mont Aigoual, dominant la vallée de la Vidourle, il existe un fourchemagnifique village Cévenol qui a fait de la fourche son fond de commerce. En effet, c’est à SAUVE que l’on trouve le conservatoire de la fourche, attention, la vraie fourche à trois becs en bois de micocoulier. Ici point question de fourche fantaisie made in Taïwan. La recette est tenue secrète depuis près de dix siècles. Mais si vous tenez absolument à faire l’acquisition de la véritable fourche de Sauvé, assurez vous qu’elle porte bien la fameuse « cravate » en écorce; c’est un label aussi solide que l’abeille de Laguiole. Maintenant, j’entends bien vos réticences:
- Mais, Erwan, que faire aujourd’hui d’une fourche à trois becs en bois de micocoulier ?
- Et bien, si vous êtes patients, je vous donnerais bientôt une liste de banquiers, spéculateurs, ministres, escrocs, dont la tête pourrait bien fournir à vos fourches à trois becs en bois de micocoulier, l’occasion de reprendre du service…

L‘homme du jour pour illustrer notre galerie de portraits est Robert DESNOS décédé un 8 juin  en 1945 dans un camp de concentration enAVT_Robert-Desnos_2343 Tchécoslovaquie quelques jours après sa libération par l’armée Rouge. Il avait adhéré très tôt aux mouvements d’intellectuels antifascistes. Après la défaite de 40, il devient journaliste et rejoint rapidement la résistance. Avant la guerre il s’était rendu célèbre grâce à sa « complainte de Fantômas » pour le feuilleton du même nom, diffusé sur Radio Paris. Il est arrêté en 44 et déporté à Buchenwald. J’adore son humour comme ici:

Ils étaient quatre qui n’avaient plus de tête,
Quatre à qui l’on avait coupé le cou,
On les appelait…
les quatre sans cou

Nul n’en parle mieux que Prévert lui même:

Allez, merci pour cette visite, soyez vigilant, c’est aujourd’hui la St Médard et, comme le disait mon aïeule qui avait un dicton pour chaque occasion: «Quand il pleut à la Saint-Médard, il y a des russes dans le blé noir.»