Tes laitues naissent-elles ?

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

Amis des rubriques à brac et du poulet fermier réunis, bonjour! Nous sommes le Mercredi 05 avril 2017, seizième jour de germinal dédié à la laitue; rassurez vous, je ne vais pas en profiter pour vous raconter des salades, quoique….

En effet, les initiateurs du calendrier qui nous intéresse, le républicain que l’on nomme encore: calendrier révolutionnaire français, en ont fait le jour de la laitue. Je me suis souvent demandé d’où venait cette imagination débordante. L’un des auteurs, si ce n’est le seul, s’appelait Fabre d’Eglantine, écrivain, poète, théâtreux et, moins révolutionnaire Fabrequ’opportuniste. Forcément, quand on s’appelle Eglantine, on ne va pas donner aux jours des noms d’oiseaux… Les noms des mois et des jours furent conçus en effet par ce doux rêveur avec l’aide d’André Thouin, jardinier du Jardin des plantes du Muséum national d’histoire naturelle. Il présenta ce calendrier à la Convention Nationale en octobre 1793… Il perdit la tête un an plus tard, au sens propre, en compagnie de Danton. C’est à lui que nous devons la célèbre ritournelle: « Il pleut, il pleut, bergère ». C’est sans doute ce côté poète qui le conduisit à doter les jours de noms champêtres et bucoliques aussi improbables que ceux la.

Voici ce qu’il disait dans la séance du 03 du second mois de la seconde année de la République Française, au nom de la Commission chargée de la confection du Calendrier: « Les prêtres avaient assigné à chaque jour de l’année, la commémoration d’un prétendu saint : ce catalogue ne présentait Germinal_commence_le_21_ou_22_marsni utilité, ni méthode ; il était le répertoire du mensonge, de la duperie ou du charlatanisme. Nous avons pensé que la nation, après avoir chassé cette foule de canonisés de son calendrier, devait y retrouver en place tous les objets qui composent la véritable richesse nationale, les dignes objets, sinon de son culte, au moins de sa culture…» Ce jour du 05 Avril 1794 fut tout à fait funeste à celui la même qui nomma chaque jour du calendrier républicain, puisque, avec ses amis Danton et quelques autres, il y fut guillotiné. La légende veut qu’il ait pleuré sur la charrette le menant à l’échafaud, se lamentant de n’avoir pas pu terminer un poème. Danton, connu pour son esprit caustique, lui aurait alors déclaré : « Ne t’inquiète donc pas, dans une semaine, des vers, tu en auras fait des milliers… ». Une autre histoire veut que Fabre ait fredonné son Il pleut, il pleut, bergère, en montant à l’échafaud.

Allez, ce matin il fait très beau sur la pointe du Finistère et j’ai de l’ouvrage au jardin. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. Lienad RUZRA

    Merci Erwan pour vos chroniques sur les « cénobites … » !

    En ces temps de triste <>, quelques <> sont salutaires.

    Avec tous mes encouragements pour le temps que vous y consacrez,

    Trugarez ha greiz kalon,
    Abraços

    Un vieux breton émigré au Cap Vert …
    <> (ça c’est B. Cendrars !)
    Cruzinha da Garça Ilha de Santo Antao Cabo Verde (17°N 25°W)
    … si vous passez par là faites moi signe (cf @mail) _____________________________________________________

    • erwandekeramoal

      Merci à vous de vous arrêter ici de temps en temps. J’adore Cendrars et aussi le Cap Vert…Des membres de ma famille anime une association au profit des enfants de là-bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).