Pinetop Boogie Woogie…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

 

 

Amis du sous-marin jaune et du tea for two réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 21 mars 2017, premier jour de germinal dédié évidemment à la primevère… Il est possible que vous rencontriez un pataphysicien qui vous affirme que le 21 Mars 2017 est en réalité le Vendredi 27 Pédale 144 St VALENS, FRÈRE ONIRIQUE; ne le contrariez pas.

C‘est bien connu, Il ne faut rien refuser au lecteur. «Bientôt le 21 mars. Tu nous fais un hommage à Pinetop Perkins?» Zap pow.

OK, allons y. Né le 7 juillet 1913 dans une famille de métayers des environs de Belzoni, dans le Mississippi, Joe Willie Perkins, dit Pinetop Perkins, commence très jeune à s’occuper des travaux de la ferme. Mais c’est aussi très tôt qu’il nourrit un vif intérêt pour la musique. Guitariste de formation, il va cependant devoir abandonner son Pinetop Dinstrument de prédilection pour s’orienter vers le piano en raison d’une blessure au bras gauche occasionnée lors d’une rixe. Son surnom est un emprunt à Clarence « Pinetop » Smith artiste du Boogie-Woogie (Smith est mort jeune. Tué par une balle perdue au cours d’une bagarre). Le surnom de Pinetop devait le suivre parce que les gens l’identifiaient à cette chanson, qu’il jouait souvent à la demande générale.

C’est en 1970 que Perkins a remplacé Otis Spann dans l’orchestre de Muddy Waters. Anonyme jusqu’alors, Joe Willie Pinetop Perkins n’était pas resté inactif si l’on en croit les propos de Gérard Herzhaft dans son encyclopédie du Blues: Il a appris le piano avec des musiciens locaux et en écoutant les disques de Leroy Carr, Roosevelt Sykes et les pianistes perkinsdu boogie-woogie. Dans les années 30 il va hanté les juke-joints du Mississippi et de l’Arkansas en compagnie de Sonny Boy Williamson, robert Jr Lockwood ou Nighthawk. Avec eux, il va devenir pianiste du king Biscuit Time (célèbre programme de radio Helena) entre 43 et 48. Après un rapide passage à Chicago, il s’en retourne dans le Sud et va jouer à Memphis avec Ike Turner et Boyd Gilmore entre autres. Ce n’est qu’à la fin des années 60 qu’il répondra à l’appel de Earl Hooker et reviendra à Chicago; quelques mois plus tard il sera au sein de l’orchestre de Muddy Waters où il restera jusqu’en 1981. Très vite il acquiert une dimension légendaire, celle d’un des derniers pianistes à véhiculer la tradition des tripots sudistes.

On disait de lui qu’il n’était ni un très bon chanteur ni un grand pianiste et pourtant il va devenir la coqueluche des festivals en Amérique mais aussi en Europe et même au Japon. Avec d’autres musiciens, ils vont pinetop 1quitter Muddy Waters pour former le Legendary Blues Band qui  continue à tourner aujourd’hui. Pinetop est décédé un 21 Mars en 2011, il avait 97 ans. On se souviendra de sa courte apparition dans le film de John landis, The blues brothers. Un mois après être devenu, à 97 ans, le doyen des récipiendaires d’un Grammy Award, récompense attribuée pour son dernier album Joined at the Hip (Meilleur album de blues traditionnel) enregistré avec un de ses vieux complices de blues, Willie ‘Big Eyes’ Smith,  « Il est allé faire une sieste et ne s’est pas réveillé », a déclaré Patricia Morgan, son manager.

Mission accomplie, maintenant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un commentaire

  1. Zap Pow

    Un grand monsieur. Il se produisait encore en public peu avant sa mort, et avait d’ailleurs une bonne vingtaine d’engagements cette année-là. Et, s’il demandait pardon à Dieu de ne plus avoir « les basses roulant sous les doigts », il était toujours un sacré musicien.

    https://www.youtube.com/watch?v=mMbJm24d1x8

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).