Une sainte et trois seins…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis de l’épanaphore et du riz au lait réunis, bonjour! Nous sommes le mardi 21 février 2017, troisième jour de ventôse dédié au Violier que l’on nomme aussi la fausse giroflée. Le calendrier de la poste nous annonce qu’on doit fêter les Pierre-Damien mais les bretons savent bien (ou pas) qu’aujourd’hui, c’est la ste Gwenn. Sainte Gwenn est Gwennsurnommée en breton Teir Bronn (aux trois seins) parce qu’elle a enfanté trois saints, les jumeaux Guethenoc et Jacut, puis saint Guénolé. Elle est l’épouse de saint Fragan, ils vivaient au Ve siècle. D’après la tradition, Fragan et son épouse Gwenn quittèrent vers 460 l’île de Bretagne et débarquèrent sur la côte nord de l’Armorique. Ils s’installèrent sur les rives du Gouët, à l’endroit appelé aujourd’hui Ploufragan.

En dépit de sa courte vie, Baruch « Benedictus » Spinoza est l’un des premiers grands philosophes de l’époque moderne. Il est issu d’une famille juive « marrane », chassée d’Espagne en 1492 et réfugiée au Portugal, chassée à nouveau de ce pays en 1593. il est décédé un 21 février 1677 à La Haye. Il reçoit une solide formation hébraïque et la complète par l’étude des philosophes modernes, en particulier son aîné René Descartes. Son érudition fait scandale et il est violemment chassé le 27 juillet 1656, à 28 ans, de la communauté israélite d’Amsterdam qui lui inflige le herem (« excommunication »). Il va se fixer à Voorburg, près de La Haye, Spinozapratiquant avec brio le polissage des lunettes. Il poursuit en même temps ses études philosophiques avec le soutien amical du stathouder de Hollande Jean de Witt jusqu’à la mort tragique de ce dernier en 1672. Il correspond aussi avec le physicien Christiaan Huyghens. En 1670, il publie anonymement le Traité théologico-politique qui fait l’effet d’une bombe. Il y est dit que chacun est libre de penser ce qu’il veut et que foi et raison n’ont rien en commun : « Le grand secret du régime monarchique et son intérêt majeur est de tromper les hommes et de couvrir du nom de religion la crainte qui doit les maîtriser ». En 1673, Spinoza publie sous son nom Principes de la philosophie de Descartes (1673). Après sa mort est publié son ouvrage majeur : L’Éthique, traité de métaphysique qui assimile Dieu à la Nature (panthéisme) et recommande aux hommes de privilégier la réalisation de soi. De quoi scandaliser plus d’un de ses contemporains…

Voila pour aujourd’hui, en attendant le prochain billet, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un commentaire

  1. Sceptique

    Merci pour cette évocation d’un philosophe qui a compté dans mon parcours.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).