De chat rires en syllabes…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 14 Janvier 2017, 25è jour de Nivôse dédié au chat dans notre calendrier républicain. Pour illustrer cette entrée en chat lunettematière je vous ai déniché une photo de greffier des plus croquignolesques. Ce qui devrait faire plaisir à Siné dont je collectionne les dessins de chat. Bon, je m’avance peut-être un peu mais je sais que de là ou il est, il consulte régulièrement Les cénobites tranquilles. Après tout, je continue bien de mon côté à lire assidument Siné-Mensuel en dépit de son absence. *Pour les amoureux de la langue française je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie. Elle est proche de la paranomase et de la syllepse de sens. Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ?

Ah oui, croquignolesque ! J’aime bien ces mots dont la phonétique donne d’emblée du sens, ces mots qui se laissent entendre, qui pieds_nickeles_pour_netprocurent du plaisir à les prononcer… Dans celui-ci, on entend Guignol, grotesque, et finalement, c’est tout à fait cela… De plus, il donne l’occasion d’évoquer Louis Forton, l’auteur d’une bande dessinée culte : Les Pieds Nickelés. Le dessin n’est pas génial, mais certains considèrent que « Les Pieds Nickelés » est le début de la bande dessinée française moderne, non sexiste, non raciste . Forton interrompt « Les Pieds Nickelés » de 1924 à 1927 pour dessiner « Bibi Fricotin » pour Le Petit Illustré, puis les dessinera jusqu’à sa mort en 1934.

Allez, je vous souhaite une bonne fin de semaine, attention, ça glisse. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. Gencyve

    Je crois sans vouloir mettre en cause la mémoire « vive » de mon cénobite préféré: la citation universellement connu est « Le coeur a ses raisons que la raison ignore »
    Bonne journée à l’ermitage de Keramoal

    • erwandekeramoal

      Oui, cette phrase a souvent été déformée. En voici un extrait directement du texte: « C’est le coeur qui sent Dieu et non la raison. Voilà ce que c’est que la foi. Dieu sensible au coeur, non à la raison. Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point; on le sait en mille choses. Je dis que le coeur aime l’être universel naturellement et soi-même naturellement, selon qu’il s’y adonne… » Un grand bonjour à vous deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).