Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 2nd, 2017

Page 1 de 1

Ici Londres…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de l’existentialisme sartrien et du poulet Stroganoff réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 02 janvier 2017, treizième jour de nivôse dédié à l’ardoise, maen-glas en breton.

Or donc fêtons les Koupaia prénom dans lequel on retrouve sans doute Copia, représentation symbolique de la déesse mère de Rome Cybèle (la coupe) le chaudron pour les celtes. Inutile de vous dire que Koupaia trône en bonne place dans la vallée des saints à Carnoët. Sainte Aspasie, plus connue sous le nom de Pompée si l’on en croit M. de Garaby dans: la vie des bienheureux et des saints de Bretagne: … dut le jour Koupaia-vallée-300x226à Eusèbe, qui devint roi d’Armorique, et à sainte Landouenne, son épouse. Eusèbe sévit une fois avec excès ou injustice contre des sujets qui l’avaient irrité : il fut attaqué d’une maladie, et sa fille unique fut obsédée du démon. Saint Melaine qui passait par là les délivra. La vierge généreuse porta son père à donner au prélat Comblessac, pour l’entretien de ses religieux. Plus tard, notre héroïne perdit un bon père, une mère excellente et, avec eux, un royaume. Les droits de l’orpheline furent sacrifiés à Budic; c’est-y pas malheureux madame Michu, mais elle se montra si digne du trône, que Hoël Ier, successeur de Budic, associa sa cousine Aspasie à la couronne, en l’épousant. En 509, les Frisons firent une irruption dans l’Armorique et, malgré les efforts de Hoël-le-Grand, ils s’en emparèrent (oui, le frison est taquin !). Le souverain et sa famille se retirèrent dans les îles britanniques. Certains historiens affirment qu’il y forma un gouvernement provisoire. Hoël et Aspasie s’attachèrent à donner une bonne éducation à leurs enfants, et en mirent deux en pension au petit séminaire, Tugdual et Léonor, sous la direction du savant et pieux Iltut.

En 513, le prudent et brave monarque chassa les barbares de ses états, y reprit les rênes du gouverneme300px-Koupaia2nt, et, aidé des conseils de son épouse, répara les maux qu’y avaient multipliés de féroces étrangers qui étaient venus jusque dans nos bras pour égorger nos fils et nos compagnes. Il paraît que la reine était restée en Angleterre. Hoël y rentra pour voler au secours de son parent, le roi Artur. Pompée eut à pleurer son illustre époux vers 545. Grande dans sa viduité, elle embrassa la vie religieuse, suivit, avec sainte Sève, sa fille, S. Tugdual et S. Léonor, lorsqu’ils vinrent en Bretagne, et qu’un autre de ses enfants, Hoël II, monta sur un trône que son père venait de couvrir de gloire. La bonne princesse passa le reste de ses jours dans un monastère à Langoat (à droite, le tombeau), à une lieue de celui de Tréguier, que dirigeait saint Tugdual.

Allez, je réitère tous mes vœux et je m’en vais faire mon bois, on annonce une semaine des plus frisquet. Portez vous bien et à bientôt peut-être.