Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 4th, 2016

Page 1 de 1

Les onze mille vierges…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la Démocratie et des praires farcies réunies, bonjour ! Le 4 novembre pour les Républicains n’est pas seulement le quatorzième jour de Brumaire dédié à l’endive, ni la date anniversaire de la naissance de votre serviteur, c’est surtout un triste souvenir de cette journée de 1956 qui vit les chars soviétiques mater dans le sang les espoirs du peuple Hongrois. 12 années plus tard je me trouvais à Prague lorsque… Les mêmes chars !

On me souffle à l’oreille que c’est la St Juvat pour les bretons armoricains. Il s’agirait d’un prêtre martyr du IVème siècle qui a laissé son nom à une commune des Côtes-d’Armor célèbre pour son fleurissement. Ce prêtre aurait été le directeur de conscience de sainte Ursule (fille du roi d’Ecosse Dionote) martyrisée par les Huns, avec onze mille vierges, à Cologne le 21 octobre 383. Pour ma part, les onze mille verges évoquent irrésistiblement Guillaume Apollinaire et ce roman à mettre entre toutes les mains. Il relate l’histoire fictive duOnze1 prince roumain Mony Vibescu, dans un périple qui le mène de Bucarest à Paris, puis dans l’Europe entière et finalement à Port-Arthur (en Chine), où il meurt flagellé par un corps d’armée, accomplissant ainsi sa destinée pour avoir failli à un serment : « Si je vous tenais dans un lit, vingt fois de suite je vous prouverais ma passion. Que les onze mille vierges ou même les onze mille verges me châtient si je mens ! » Les pérégrinations du héros sont ponctuées de scènes notablement crues, où Apollinaire explore toutes les facettes de la sexualité avec une volonté évidente d’éclectisme : sadisme alterne avec masochisme, zoophilie, ondinisme et scatophilie avec vampirisme, pédophilie avec gérontophilie et nécrophilie, onanisme avec sexualité de groupe, saphisme avec pédérastie, etc. L’écriture est alerte, l’humour, noir au besoin, constamment présent, et l’ensemble du roman dégage une impression de « joie infernale », qui trouve son apothéose dans la scène finale.

Allez, bonne lecture, portez vous bien et à bientôt peut-être.