Vous lisez actuellement les articles publié en novembre 2016

Page 1 de 3

Un drôle de paroissien…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

Amis du dandysme et de la crevette rose réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 30 novembre 2016, dixième jour de Frimaire, officiellement dénommé, jour de la pioche, dans le calendrier républicain français.

C’est aussi le jour anniversaire de la naissance de l’auteur célébrissime des Voyages de Gulliver à Dublin (30 Novembre 1667), en Irlande, dans une famille anglicane d’origine anglaise. Il entre au service d’un diplomate prestigieux, Sir WiJonathanSwiftlliam Temple, avant d’être nommé pasteur d’une paroisse proche de Belfast. Il met son talent de satiriste au service de ses opinions politiques libérales. En 1704, Le conte du tonneau  a l’heur de déplaire à la reine Anne et son auteur doit dès lors se cantonner en Irlande. Là, il ne tarde pas à souffrir des discriminations qui frappent les habitants de l’île, tant catholiques qu’anglicans. Il est l’un des premiers Irlandais à se révolter contre cet état de fait. C’est ainsi qu’il publie en 1720 un Appel pour la consommation exclusive de produits irlandais d’où est tiré l’ironique formule : «Brûlez tout ce qui vient d’Angleterre, hors le charbon».

En 1729, quelques années après la publication de son chef-d’œuvre, Les voyages de Gulliver (à la fois conte d’enfant et satire de la société moderne), il récidive avec une Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public. Dans ce pamphlet inspiré par la géant attachéprofonde misère qui sévit en Irlande, il propose rien moins que de rôtir et manger les enfants en surnombre : «Quand à notre ville de Dublin, on pourrait y aménager des abattoirs, dans les quartiers les plus appropriés, et qu’on en soit assuré, les bouchers ne manqueront pas, bien que je recommande d’acheter plutôt les nourrissons vivants et de les préparer « au sang » comme les cochons à rôtir»… En 1721, il commence « Les Voyages de Gulliver ». Cette œuvre, écrite à la première personne et divisée en quatre parties, marque un sommet de la satire sociale et politique au travers d’éléments mêlant, sur le mode du pamphlet ou de la description narrative, de la philosophie, de la logique, du fantastique et de la science-fiction.

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’eau ferrugineuse, oui !

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’oxymoron et du pudding aux carottes réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 29 novembre 2016, 9è jour de frimaire dédié au genièvre. Cette boisson à genièvrebase d’alcool de grain était très consommée au siècle dernier notamment dans le Nord de la France. Voici ce qu’en disait François-Joseph Grille en 1825 après avoir visité cette région : « Ajoutons que dans les arrondissements formés de l’ancienne Flandre, on fait abus de liqueurs fortes ; de là, disent les docteurs, viennent des maux sans nombre que la sobriété seule peut réparer. Ainsi, dans ces contrées, le genièvre et l’humidité se disputent le triste honneur de moissonner plus cruellement une population imprévoyante.» Au Québec cette boisson est appelée gros gin…d’où l’expression gros gin comme devin; mais naaaan, j’rigole!

A l’instar du gin, du whisky et de la vodka, le genièvre est une eau-de-vie de grains. Les baies de genévrier ne sont utilisées qu’en fin de fabrication au cours de la dernière distillation pour aromatiser le genièvre et lui donner son nom. Une fois mélangées en proportion, les céréales sont moulues pour en faire de la farine et libérer l’amidon du grain. Cette farine est ensuite mélangée à de l’eau chaude dans laquelle les enzymes naturelles du malt d’orge vont dégrader l’amidon en sucres : c’est le brassage, qui va durer plusieurs heures. À la fin de cette opération, on obtient un jus sucré appelé moût. Ce moût est alors 220px-Jielbeaumadier_genievre_loos_2010ensemencé avec des levures  qui vont pouvoir fermenter les sucres. On parle de fermentation alcoolique durant laquelle les sucres sont transformés en alcool par les levures. La dernière étape de la fabrication du genièvre est la distillation, qui se fait en deux ou trois passages en alambic selon les distilleries et permet non seulement de séparer le moût de l’alcool, mais également de concentrer ce dernier. Puis enfin, c’est au cours de la dernière distillation que l’on ajoute des baies de genévrier qui infusent dans l’alambic et parfument ce que l’on peut désormais appeler le genièvre. Très longtemps, la consommation du genièvre était fortement liée à la bistouille, ou « bistoulle » en patois du Nord. Le café du matin était agrémenté de genièvre chez les cafetiers où l’on se retrouvait avant d’aller au travail.
Qu’à cela ne tienne, je continue à préférer le single malt et j’ai décidé de nommer le Ardbeg Galiléo meilleur whisky du monde. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

La poule et le frelon…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de l’ésotérisme et du café-cognac réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 28 novembre 2016, huitième jour de Frimaire dédié au Miel. Je dis cela en sachant pertinemment que le 28 Novembre 2016 est en réalité le Jeudi 26 As 144 St Mensonger, évêque dans le calendrier de pataphysique. Je pourrai rajouter que pour les bretons c’est la saint Eodez dont je vous ai conté les aventures dans un récent billet. Maintenant, c’est vous qui voyez…

En attendant, la production de miel agonise. Une étude vient d’annoncer que la France affichait les plus grosses pertes du continent : 13,6 % de taux de mortalité des colonies d’abeilles en saison apicole, et plus de 27 % sur l’ensemble de l’année. A ce rythme, les ouvrières survivantes peuvent toujours usiner : leur butinage ne suffira pas. Ni à enduire nos tartines, ni à polliniser le tiers des cultures qui en ont besoin pour se reproduire. C’est la disette. Dès le mois de septembre, l’ Union nationale de l’apiculture française (Unaf) avait tiré la sonnette d’alarme. Avec moins de 9.000 tonnes estimées cette année, laRuches pres de la Balme-de-Thuy, Haute-Savoie, France. production française de miel a atteint un plancher historique. Dans certaines régions de France – en Provence Alpes Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon – ce sont de 60 à 80 % de récoltes en moins pour les professionnels. Dans toutes les régions, les récoltes sont en baisse de 60 à 80 % par rapport à 2015. La Bretagne est la seule à s’en sortir un peu mieux, avec tout de même des récoltes en baisse de 50 % par rapport à l’année dernière pour les miels toutes fleurs. En outre, les abeilles risquent aussi d’avoir du mal à passer l’hiver à cause des attaques de frelons, qui frappent maintenant les trois quarts du territoire français, mais surtout à cause de la dégradation de leur environnement : « Aujourd’hui, le taux de mortalité dans les ruches est d’environ 40 % alors que dans les années 1990 il n’était que de 5 % ».

Introduit par erreur en 2004 dans le sud-ouest de la France, le frelon asiatique n’a cessé depuis de se répandre dans l’Hexagone, dont il colonise désormais les deux tiers du territoire. Cette espèce très invasive raffole des abeilles, dont elle décime les colonies. Christophe Bitauld, qui possède une vingtaine d’hectares de pommiers à cidre bio et une quinzaine de ruches près de Janzé, en Ille-et-Vilaine, a pu s’en rendre compte. « L’année dernière, nous avons perdu 20 % de nos ruches à cause des frelons. Or les abeilles sont essentielles pour polliniser les vergers », observe l’agriculteur. Il pense néanmoins avoir poule noiretrouvé l’arme fatale pour lutter naturellement contre l’agresseur : la poule noire de Janzé, une race locale en voie de disparition. Dans un premier temps, grâce à l’Ecomusée du pays de Rennes, Christophe Bitauld avait introduit le gallinacé dans ses vergers pour venir à bout des anthonomes, des coléoptères qui s’en prennent aux pommiers. C’est là qu’il a découvert que les petites poules noires de Janzé avaient plus d’une corde à leur arc et s’attaquaient aussi aux redoutables frelons asiatiques. « Elles les attrapent d’un coup de bec quand ils sont en vol stationnaire devant les ruches. Puis elles les décapitent pour ne manger que le corps qui est plein de protéines. » D’un côté les néonicotinoïdes s’attaquent au système nerveux des abeilles, causant une augmentation terrible de la mortalité : de 5% en 1995 à 30% en 2015, une véritable hécatombe. Parmi les autres causes possibles, on retrouve la dégradation de l’habitat des abeilles, la prolifération de parasites (varroa destructor) et de prédateurs (frelon asiatique) ainsi que la pollution atmosphérique. Et dans mes crêpes, qu’est-ce que je mets dans mes crêpes ?

Allez, faut pas que ça vous coupe l’appétit. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Kropotkine, un sacré Pierrot…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis du positivisme et du lapin de garenne réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 27 novembre 2016 et en ce 7è jour de frimaire, nous saluons le chou-fleur qui est un peu le légume emblématique du Léon (Finistère nord). Choux Cabu, Chou-fleur, Chou de Milan , Chou à grosses côtes, petit Chou cœur de bœuf, etc. Cette crucifère comporte pas moins de deux cent variétés, certaines locales, toutes cependant FILLE-D-OUVIER-AGRICOLE-JAMES-GUTRIE-1859-1930-ÉCOSSAIS-253x300étaient travaillées en cuisine, car ce légume a permis depuis la plus haute antiquité aux citoyens de ce monde de manger et quelques fois survivre aux famines, facile à cultiver dans pratiquement tous les types de terres, et dans les climats les plus rudes , se conservant longtemps après la cueillette, il fut presque déifié par les Égyptiens et par les peuples de toutes les religions et origines du bassin méditerranéen. Chanté par Caton, couronné de toutes les vertus, il n’y a qu’Apicius pour lui trouver des défauts. Oui, osons le dire, le chou-fleur est au Léon ce que la bêtise est à Cambrai, Tristan à Iseult, Castor à Pollux et la Dedion-Bouton à la bande à Bonnot (joli tableau de James Guthrie – peintre écossais)

Le 27 novembre 1842 (du calendrier Julien) c’est la naissance de Kropotkine. J’ai souvent évoqué la figure de ce personnage dans mes billets car il a eu une importance singulière dans l’histoire de l’anarchisme. Il était pourtant issu de la noblesse, descendant du grand prince de Kiev, Vladimir II Monomaque. C’était par ailleurs un savant et on lui doit kropotkinenombre de publications notamment de géographie. En 1883, à la suite des grèves des canuts dont je vous ai parlé ici, il est arrêté. Il ne sera amnistié que grâce à l’intervention de Victor Hugo. Il va dès lors s’installer en Angleterre et collaborer à la rédaction de la géographie Universelle d’Elisée Reclus. Il retournera en Russie en 1917 et refusera le poste de ministre que lui propose Kerenski. Ses critiques vis à vis du pouvoir bolchevique se feront de plus en plus virulentes. On considère généralement, qu’après Fourier, Proudhon et Bakounine, c’est Kropotkine qui va donner à l’anarchisme la consistance idéologique qui lui manquait. Il va décéder le 8 février 1921 à Moscou. Son enterrement va constituer la dernière grande manifestation anarchiste qui sera tolérée à Moscou.

Allez, merci encore de vos visites, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La paresse…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

Amis du jardinage et du droit à la paresse réunis, bonjour ! Nous voici plein le dosen ce Samedi 26 novembre 2016, 6è jour de Frimaire dédié à la mâche. Pas la mâche à pied madame Michu, non, la salade bien connue des nantais. Ici, sur la pointe du Finistère, il souffle depuis samedi un Suroit à décorner les bœufs. C’est pas demain que je vais m’occuper du potager: météo et lumbago… Le cénobite en a plein l’dos.

Tiens, il parait que huit millions de personnes ont suivi le débat télévisé entre Tif et Tondu qui nous promettent tous deux, du sang et des larmes… Moins de fonctionnaires, donc, moins de services publics, mais, il faudra travailler plus et plus longtemps et si cela te rends malade, tu prendras une assurance privée. Personnellement cela m’a donné envie de relire «le droit à la paresse».  Et puisque le 26 novembre est aussi la date anniversaire de la disparition de Paul Lafargue (1911), l’auteur, la paressesaluons ici son combat. Un siècle déjà qu’il s’est donné la mort en compagnie de son épouse Laura, la fille de Karl Marx. « Pour qu’il parvienne à la conscience de sa force, il faut que le prolétariat foule aux pieds les préjugés de la morale chrétienne, économique… il faut qu’il retourne à ses instincts naturels, qu’il proclame les Droits de la Paresse, mille et mille fois plus sacrés que les phtisiques Droits de l’Homme concoctés par les avocats métaphysiques de la révolution bourgeoise ; qu’il se contraigne à ne travailler que trois heures par jour, à fainéanter et bombancer le reste de la journée et de la nuit. » A droite, magnifique gravure que l’on doit à Félix Vallotton. Tiens, écoutons Juliette qui a reçu, jeudi, le Prix d’honneur de la chanson décerné par l’Académie Charles-Cros.

 

Je vais donc faire valoir mon droit et m’arrêter là. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

When a man loves a woman…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la lutte finale et du Graves de Vayre réunis, bonjour ! Nous voici donc le Vendredi 25 novembre 2016, cinquième jour de Frimaire dédié au cochon et, entre les Catherine, les Kate , les Cathy et autres Katharina, elles devraient être nombreuses à porter le chapeau.chapeau Personnellement, je ne leur en veux pas d’autant plus que s’il est vrai qu’elles sont l’avenir de l’homme, mieux vaut s’en faire des alliées. Oui, c’est la sainte Catherine, même si par ici on dit Katell, Il sont comme cela les bretons, il faut toujours qu’ils se singularisent; non contents de porter des chapeaux ronds, ils ne peuvent pas appeler un chat un chat et une Catherine une Catherine… Ma doue benniget !

Allez tiens, petit retour en arrière et tant pis si de généreux commentaires viennent encore me traiter de soixantehuitard attardé. Mieux vaut soixantehuitard que jamais (bon d’accord, elle est pas terrible). Que celui qui n’a jamais dansé un slow sur cette musique lève le doigt. Alors, ça vous rappelle quelque chose hein ! Comment percy sledges’appelait-elle déjà ? Pas la fille, la chanson. Cette chanson à fait plusieurs fois le tour du monde et a été interprétée aussi bien par son créateur, Percy Sledge que par Marvin Gaye, Otis Redding ou Joe Cocker. When a man loves a woman, tout un programme. Percy Sledge est né un 25 novembre à Leighton en Alabama et, il faut bien le reconnaitre, il est devenu chanteur par le plus grand des hasards. Occupé qu’il était à exercer mille petits boulots pour subvenir aux besoins de sa grande famille (5 enfants), il est repéré par un agent alors qu’il se livre à une improvisation de la chanson qui allait devenir N° 1 en 1966 et que les « cénobites tranquilles » ont retiré du scopitone de l’ermitage pour vous l’offrir.

Quand bien même il ne retrouvera jamais un tel succès quasi planétaire, il sera représenté de nombreuses fois encore dans le hit américain et sera même nommé aux Grammy awards en 96 pour son album Blue night. grand chanteur de Soul qui nous permet de nous offrir cette petite madeleine. Personnellement, je me rappelle très bien de la fille mais par égard pour sa famille je tairais son nom. C’était une brunette aux yeux vert et, sur la plage abandonnée… Mais qu’est-ce que je raconte !

Allez, je le répète, c’est un plaisir chaque jour renouvelé que de vous savoir de l’autre côté de l’écran de plus en plus nombreux (méthode Coué), alors n’hésitez pas à revenir, invitez des amis, je sais que vous en avez une tonne sur Facebook. En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

Jésus revient parmi les siens…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de la méthode Coué et du risotto de praires réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 24 Novembre 2016. Vous n’allez pas me croire mais, dans certains calendriers, ce 4 du mois de frimaire, qui est comme chacun le sait désormais, dédié à la nèfle, est lui, consacré à Saint Pourçain. J’ai une tendresse particulière pour ce vin de pays qui pourçainmériterait une meilleure réputation, notamment le rouge. On le trouve à des prix très raisonnables et son assemblage de Gamay et de Pinot noir, alors que le blanc est vinifié à partir du Tressalier, lui donne cette légèreté agréable. Une vingtaine de communes de part et d’autre de St-Pourçain sur Sioule sur les bords de l’Allier, ont le droit à cette appellation. Pourçain fut ermite bien entendu. C’est à partir du VIe siècle que l’on trouve des traces de la ville dans l’histoire lorsque Porcianus ou Purcianus ou encore Portien, un ancien porcher dit-on, devint abbé d’un monastère établi à une date inconnue sur cette petite hauteur dominant la rivière.

Décidément, l’actualité est désespérante ! La réaction relève la tête, les vieilles idées conservatrices ont de plus en plus pignon sur rue et, il est de bon ton d’afficher ses sympathies pour la manif pour tous, nos ancêtres les gaulois, la jupe plissée et les socquettes blanches. Il est vrai que depuis quelques mois les médias résonnent à l’unisson. Il n’y en a que pour eux; à longueur de colonnes et sur tous les plateaux de télé, ils s’épanchent, se déversent, s’époumonnent à la gloire des france chrétienneracines chrétiennes de leur vieille France endimanchée. Les primaires de la droite ont servit de véritable tremplin au vote caché de l’électorat constitué par le public des «chiffres et des lettres». Ils s’organisent à travers des groupes comme Civitas ou Sens commun et sont, par exemple à l’origine des protestations, voire des censures, concernant la toute dernière campagne anti sida. C’est ainsi que plusieurs Maires Les Républicains à travers le pays, ont tenté de saborder cette campagne d’affichage. A Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, par exemple, le maire (LR) Bruno Beschizza a pris un arrêté interdisant la diffusion de la campagne. Il considère que ces affiches sont « contraires aux bonnes moeurs et à la moralité » et « portent atteinte à la dignité au risque de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse ». Ainsi, l’arrêté précise que ces affiches, diffusées notamment sur les abribus, « devront être retirées ou masquées ». Même chose à Angers où le maire (LR) Christophe Béchu a fait retirer toute campagne_sida_2016les affiches de sa ville. Il explique, dans une lettre rendue publique sur Twitter que « les slogans choisis » et « les messages suggérés » ont « suscité un grand émoi auprès de nombreux Angevins ». Et son adjoint de rajouter: «Les premières victimes de cette campagne irresponsable sont les enfants à l’innocence bafouée et les personnes homo réduites à leur libido». On pensait avoir reléguer ces discours aux oubliettes de l’histoire, que nenni ! Sous la couche de vernis républicain, «le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde»; vous avez reconnu les propos de Bertolt Brecht dans «La résistible ascension d’Arturo Ui».
Allez, je voudrais pas vous gâcher le plaisir. Tiens, ce soir il y a débat entre Fripé et Couillon sous la mitre et l’encens de l’abbé Pujadas. On en reparle demain.

Ah ça ira, ça ira, ça ira…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la complotitude et du lait ribot réunis, bonjour ! Nous sommes moulin à caféle Mercredi 23 novembre 2016, 3è jour de brumaire dédié à la chicorée. J’ai encore en souvenir celle que l’on incorporait obligatoirement au café après l’avoir moulu dans ce merveilleux petit ustensile aujourd’hui disparu… Hé oui, petit scarabée, parmi les différentes tâches ménagères qui faisaient notre quotidien à cette époque là, l’une d’entre d’elles consistait à moudre le café, assis sur un tabouret, le moulin fermement serré entre les cuisses, il fallait mouliner mais… Pas trop non plus. Puis on récupérait le café moulu dans le petit tiroir du moulin et à ce moment là, on pouvait rajouter la fameuse chicorée qui se trouvait à l’intérieur d’une boite en fer dans son paquet reconnaissable entre tous, juste à côté du poêle qui faisait office de cuisinière et sur lequel attendait la cafetière.

 

L’homme du jour est: François Noël Babeuf, connu sous le nom de Gracchus Babeuf, né le 23 novembre 1760 à Saint-Quentin et mort à Vendôme le 27 mai 1797 (8 prairial an V), c’est un révolutionnaire français. Il forma la « conjuration des Égaux » contre le Directoire et fut exécuté. A partir du 3 septembre 1794, Babeuf publie le Journal de la Liberté de la presse, qui devient le 14 vendémiaire an III, Le Tribun  babeuf gauchedu peuple. Ce journal, où il combat avec la dernière violence la réaction thermidorienne, acquiert une forte audience. Il adhère, à la même période, au Club électoral, club de discussion des sans-culottes. Le 3 novembre, il demande que les femmes soient admises dans les clubs. Arrêté et emprisonné à de multiple reprises, Il se bat contre les impôts indirects, organise pétitions et réunions. En conséquence, il est à nouveau arrêté le 19 mai 1790 et emprisonné. Il est libéré en juillet, grâce à la pression du révolutionnaire Jean-Paul Marat. À la même époque, il rompt avec le catholicisme (il écrit en 1793 : « Le christianisme et la liberté sont incompatibles »).

Abandonnant le prénom Camille, qu’il avait adopté en 1792, il se fait alors appeler Gracchus, en hommage aux Gracques, initiateurs d’une réforme agraire dans la Rome antique.(Aujourd’hui encore il existe un groupe de réflexion à Gauche-social-libéral qui porte ce nom et est constitué en partie d’anciens haut fonctionnaires …) Babeuf défend la nécessité d’une « insurrection pacifique ». Cette impossibilité d’agir Dommanget-C-Sur-Babeuf-Et-la-Conjuration-Des-Egaux-Livre-865760255_Llégalement aboutit à la création de la « Conjuration des égaux ». Le réseau des « Égaux » recouvre tous les arrondissements de Paris et de nombreuses villes de province. À sa tête, un « Directoire secret de salut public », dirigé par Babeuf, coordonne la lutte. Le but est de continuer la révolution, et d’aboutir à la collectivisation des terres et des moyens de production, pour obtenir « la parfaite égalité » et « le bonheur commun ». Grâce aux informations d’un indicateur, la police arrête Babeuf, Buonarroti, Darthé et les principaux meneurs des Égaux le 10 mai 1796 (19 floréal an IV). Une tentative populaire de les libérer échoue le 29 juin .

Pour éviter que le peuple ne les libère, les Égaux sont transférés à Vendôme. Une haute cour est constituée, et le procès s’ouvre le 20 février 1797 en présence de deux ministres. Babeuf, à qui on reproche l’initiative du complot, et Darthé sont condamnés à mort. En entendant sa condamnation à mort, Babeuf se frappa, dans le prétoire même, de plusieurs coups de stylet et fut porté mourant le lendemain à l’échafaud. Darthé, qui avait également tenté de se suicider, est GRACCHUS Plaqueguillotiné avec lui le 8 prairial an V. Buonarroti, Germain et cinq autres accusés sont condamnés à la déportation. Cinquante-six autres accusés, dont Jean-Baptiste-André Amar, sont acquittés. Ses enfants furent adoptés par Lepeletier et Turreau. Certains parlent d’un courant politique qui serait propre à Babeuf, le babouvisme dont se rapprocherait Auguste Blanqui, revendiquant l’égalitarisme et esquissant un pré-socialisme utopique. Friedrich Engels et Karl Marx ont reconnu en lui un précurseur, et en la Conjuration des Égaux « le premier parti communiste ». Babeuf est souvent considéré comme le premier véritable militant communiste. Selon Rosa Luxemburg, Babeuf est « le premier précurseur des soulèvements révolutionnaires du prolétariat ».

Aujourd’hui, les ceusses qui votent sont invité à choisir entre Fillon et Juppé; blanc bonnet et bonnet blanc ou encore: la conjuration des zéros… Allez merci de passer par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Salut à toi dame bêtise…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la métempsychose et de la soupe aux choux réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 22 novembre 2016, deuxième jour de frimaire dénommé jour du Turnep, Oui, bon, par chez nous on dit navet, ça fait plus franchouillard dans le pot-au-feu…

 Il y a 80 ans, Barcelone enterrait Buenaventura Durruti.

Le 22 novembre 1936, les funérailles de DURRUTI à Barcelone furent le théâtre d’une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l’enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l’espérance d’un monde nouveau devenue durrutipossible. Ce fut l’une des manifestations ouvrière les plus importantes de l’histoire du prolétariat. Le spectacle de son enterrement fut inoubliable : sa mort « avait frappé Barcelone au coeur »; des milliers d’habitants et toutes les organisations politiques et syndicales, sans distinction, accompagnèrent Durruti jusqu’au cimetière, seul lieu qui sut arrêter la violence de ce pur libertaire.

Aujourd’hui en Espagne c’est Mariano RAJOY qui orchestre encore la rigueur qui attend les espagnols. Il préconise un assouplissement du marché du travail plus grand encore, une baisse de la fiscalité sur les entreprises, un plus grand nombre de privatisations et une forte baisse de la dépense publique. C’est du Fillon craché ! Une fois de plus l’actualité donne raison à Etienne de la Boétie quand à son discours de la servitude volontaire: S’écartant de la voie traditionnelle, le jeune humaniste (il n’avait que dix huit ans) porte son attention non sur les la fouletyrans mais sur les sujets privés de leur liberté. Et il pose une question troublante : comment peut-il se faire que « tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent un homme ou un système, qui n’ont de puissance que celle qu’ils lui donnent ? ». Aujourd’hui c’est « le marché » qui s’est assis dans le fauteuil de l’oppresseur et alors que l’on pourrait s’attendre à ce que les peuples se tournent vers des idéaux libérateurs (suivez mon regard) ils s’apprêtent à redonner le pouvoir à ceux là même qui sont les représentants de la finance internationale… Près de cinq siècles après La Boétie, 80 ans après Durruti, les pouvoirs continuent de se reposer sur la crédulité, l’absence de conscience politique et l’abêtissement des masses entretenues par les télé-poubelles…

Allez, madame Michu, gardez l’espoir, portez vous bien et à demain peut-être.

Un hobereau à l’Elysée…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du mutualisme social et des pieds paquets réunis, bonjour ! Noufrimaires sommes  le Lundi 21 novembre 2016 qui correspond au 1er jour de frimaire habituellement dédié à la Raiponce, jolie petite fleur bleue. Oui je sais, il se trouve encore quelques pataphysiciens pour affirmer que Le 21 Novembre 2014 est en réalité le Jeudi 19 As 144 St Courtial des Péreires, aérostier et inventeur. L’allégorie qui représente frimaire est toute symbolique. La scène de chasse ne fait pas qu’allusion à la saison, mais aussi au signe du Sagittaire (symbolisé en filigrane, en haut à droite) correspondant à cette période.

Ainsi donc, les jeux sont faits, ou presque ! C’est Fillon le ténébreux qui emporte, largement, les suffrages lors de ce premier tour de la primaire de la droite et du centre. C’est donc une droite très droitière qui affrontera une gauche atomisée sous le regard hilare d’une droite extrême repeinte en bleu Marine. Une fois de plus, les observateurs avisés qui hantent les plateaux télé depuis des décennies se sont bigrement fourvoyé; autant que leurs compères sondeurs et leurs acolytes analystes politiques, commentateurs, éditocrates. Tout comme ils se sont trompé pour le brexit, pour les élections américaines et autres billevesées tout autant importantes pour l’avenir du Monde. En fillon chateau2006, les sondages donnaient Ségolène Royal présidente ; cinq mois plus tard, c’est Nicolas Sarkozy qui est entré à l’Élysée. En 1995, les instituts annonçaient Edouard Balladur vainqueur de la présidentielle : il n’a même pas passé le premier tour. Lionel Jospin aurait dû gagner celle de 2002 : lui non plus n’était pas au second tour. Au référendum européen de 2005, les sondages donnaient le «oui» large vainqueur ; les Français ont voté «non». Les sondeurs, repris en chœur par les experts de l’expertise n’ont pas vu que Sarko ne passerait pas le premier tour. Ils n’ont pas vu venir la manif pour tous, au sortir de la messe du dimanche, se rendre en famille au bureau de vote pour béatifier l’ombrageux de la Sartre. Fort à parier que dès demain ces mêmes instituts prédisent pour 2017, l’arrivée d’un hobereau de province sous les ors de l’Elysée…

Amusant, non ! Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.