Vous lisez actuellement les articles publié le octobre 14th, 2016

Page 1 de 1

Les septs péchés capitaux…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la variétoche et de la soupe de congre réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 14 octobre 2016, 23è jour de vendémiaire dédié au navet. Aléa jacta est ! Comme disait mon aïeule qui lisait Epicure dans le texte et Ouest-Eclair dans les cabinets. C’est donc parti pour le Les_sept_péchés_capitaux_-_[...]Georgin_François_btv1b550020297grand cirque médiatico-politique des primaires de la droite et du centre. TF1 avait réuni leurs sept merveilles pour un débat télévisé. On aurait voulu rassembler les sept péchés capitaux, on ne s’y serait pas pris autrement. Entre ceux qui veulent supprimer 500 000 fonctionnaires tout en créant 50 000 postes de policiers, enfermer préventivement les «fichés S», supprimer le regroupement familial, interdire le salafisme mais financer les mosquées par une taxe sur le Hallal… Vous avouerez qu’on ne sait plus à quelle sainte se vouer. Je vous propose d’essayer Enora. En effet, en Bretagne armoricaine on célèbre (ou pas) Enora. On raconte que son père l’ayant forcée à épouser Efflam, elle refusa, d’accord avec lui, de mener vie commune. Ils se marièrent néanmoins et vécurent comme frère et sœur tout au long de leur vie. On peut voir sa statue dans l’église de Plestin (Finistère) et dans la chapelle de Trézeny. La légende raconte qu’Enora, la chaste épouse de Saint-Efflam donc, partie à sa recherche en Armorique, vit son esquif de cuir (les fameux curraghs) échouer dans la baie de la Vierge, retenu par les pierres et en fermant l’entrée à marée descendante. Un monastère fut dès lors fondé à cet endroit. Il n’y subsistera que du 5ème au 8ème siècle et fut sans doute à l’origine d’une légende qui voulait que le Yaudet fut le premier évêché,la-croix éphémère, du Trégor. Si vos pas vous mènent vers cette frontière entre Finistère et Côtes-d’Armor, admirez Saint-Michel en grèves et sa jolie baie. Au milieu de cette vaste grève sillonnée de ruisseaux et de filières, s’élève une croix de pierre (la croix de la lieue de grève-photo de droite). Autrefois l’habitant de ce pays, avant d’entreprendre la traversée ne manquait jamais d’interroger la croix. Si les flots la recouvraient, il était trop tard : l’imprudent eut été infailliblement englouti. Si, au contraire, la croix se montrait au-dessus de l’eau, on disait : « la croix nous voit » et l’on s’avançait sans crainte. On dit qu’elle se déplace de l’épaisseur d’un grain de blé tous les sept ans : « Treuz ur gwinizhenn a bep seizh bloaz ». Enora est la patronne des nourrices, aujourd’hui on dit assistantes maternelles… Mais bon, il y a un proverbe Russe qui dit: « Même avec sept nounous, un bébé peut perdre un œil.» alors, avec sept candidats, la France pourrait bien perdre la vue…
Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.