Vous lisez actuellement les articles publié le juin 26th, 2016

Page 1 de 1

La course à (la vraie) échalote…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la propédeutique et des œufs mollets réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 26 juin 2016, huitième jour de Messidor dédié à l’échalote. Parce que c’est après avoir enlevé Jérusalem aux musulmans; que le chef des croisés Godefroy de Bouillon complète son succès en écrasant l’armée égyptienne à Ashkelon (ou Ascalon). De cette ville, les croisés ramèneront en Occident… l’échalote (du latin ascolonia cepa, qui signifie oignon d’Ascalon). Ascalon, au pays des Phillistins, aujourd’hui Israël. Autant vous dire qu’ici, dans le Léon (Nord-Finistère, 60% de la production française) où réside votre serviteur, on en connait un rayon sur l’échalote… Je me souviens des fameux Johnnies qui s’en allaient vendre leur production outre-Manche. J’ai retrouvé, pour illustré ce billet, cette jolie expression: War pont les-johnniesLanderne e vezer ar penn e Leon hag ar revr e Kerne. Sur le pont de Landerneau, on a la tête en Léon et le cul en Cornouaille. Mais aujourd’hui la concurrence est rude. Présente depuis une vingtaine d’années, l’échalote de semis est accusée de tirer les prix vers le bas et de grignoter les marges des producteurs, notamment à l’export. La filière s’est mobilisée et créé un logo pour identifier ce qu’elle appelle « la vraie échalote ». Aujourd’hui, elle veut aller plus loin et réclame à l’Europe de cesser d’appeler échalote ce qui à ses yeux n’est qu’un vulgaire oignon car, le paysan breton, lui, ne s’en laisse pas conter. Même avec des mensurations allongées, un oignon reste un oignon. Et l’oignon déguisé en échalote est, pour lui, une histoire triste à pleurer.

 
Justement, ici, en pays Léon, on fête les Gwenvred; prénom féminin breton qui nous vient tout droit… du pays gallois ou l’on dit Winifred. Gwenvred était une jeune fille vierge vivant au Pays de Galles et qui comme bon nombre de ses consœurs féminines et martyres, s’était refusée à un homme, un prince nommé Karadog qui lui fit alors Holywell St Winifred's Well old phototrancher la tête. Encore couramment employé au 15ème siècle, ce prénom porte en lui, ici bas, une valeur toute particulière car il fut le prénom de la dernière reine de Bretagne, épouse du Roi Salaun qui régna sur la région de l’An de Grâce 857 à celui de 874. Issu des mots bretons Gwenn, qui signifie blanc et Bred qui pourrait être traduit par esprit ou dans le breton moderne par le préfixe psyché ou psycho, ce prénom, littérairement parlant, pourrait voir traduite sa signification par les expressions « heureux esprit » ou « esprit béni ». Devenu très rare de nos jours, le prénom Gwenvred a toutefois donné naissance à quelques dérivés tels que Gwenvrevi et Winifrid.

Bon, c’est pas tout, je dois encore faire les courses et trouver un bel onglet de bœuf pour accompagner mes échalotes. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.