Vous lisez actuellement les articles publié le juin 19th, 2016

Page 1 de 1

A l’aise Blaise…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

,

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 19 juin 2016, premier jour de Messidor dédié au seigle dans notre calendrier républicain. *Pour les amoureux de la langue française je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie. Elle est proche de la paranomase et de la syllepse de sens.messidor Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ? Si j’évoque Blaise Pascal c’est qu’on est en pleine période du Bac philo et que notre Blaise était né un 19 juin en 1623 du côté de Clermont; aujourd’hui on dit Clermont-Ferrand. Mais bon, je ne vous invite pas à parier sur l’existence ou non de Dieu car, comme disait mon aïeule, qui avait la sentence à la bouche comme d’autres ont le cœur sur la main: dans un pari il y a toujours un con et un perdant… Enfin, comme disait Bakounine: Et si vraiment Dieu existait ? Il faudrait s’en débarrasser…

Blaise Pascal, fut, comme vous le savez, l’inventeur de la calculette, la fameuse Pascaline (à gauche en photo) et ses travaux sur le calcul des probabilités ont passionné de nombreux joueurs. Il développera en 1654 une méthode de résolution du « problème des partis » qui, donnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, pascalineinfluencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales. J’en connais au moins un de parti qui aimerait bien savoir quelles sont les probabilités pour lui de retrouver le pouvoir après 2017… Mais, saviez vous  qu’on lui doit aussi la première ligne de « transports en commun », convoyant les passagers dans Paris avec des carrosses à cinq sols munis de plusieurs sièges.Après une expérience mystique qu’il éprouva à la suite d’un accident de carrosse en octobre 1654, il se consacrera à la réflexion philosophique et religieuse. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, ces dernières n’étant publiées qu’après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire.

Il est aussi l’auteur du fameux triangle qui porte son nom encore que, Yang Hui, mathématicien chinois sous la dynastie Qin avait travaillé quatre siècles plus tôt sur un concept semblable. Il utilise ce tableau arithmétique afin de résoudre le « problème des partis », discuté depuis le XIVe siècle. Ce problème, qui lui a été soumis par son ami le chevalier de Méré, concernait le partage équitable des gains d’un jeu de hasard interrompu : deux joueurs décident d’arrêter de jouer avant la fin du TriangleIsocelPascaljeu et souhaitent partager les gains de manière équitable en s’appuyant sur les chances que chacun avait de gagner une fois à ce point. Le calcul des probabilités venait de voir le jour. C’est encore lui qui, dans Pensées, introduit la notion d’ordre comme « un ensemble homogène et autonome, régi par des lois, se rangeant à un certain modèle, d’où dérive son indépendance par rapport à un ou plusieurs autres ordres ». Les trois ordres identifiés par Pascal sont l’ordre du corps, l’ordre de l’esprit ou de la raison, et l’ordre du cœur ou de la charité. Cette notion d’ordre a été reprise par le philosophe André Comte-Sponville.

Aujourd’hui, l’actualité se préoccupe plutôt des forces de l’ordre…
Allez ça  suffit pour un dimanche; portez vous bien et à demain peut-être.