Vous lisez actuellement les articles publié le juin 5th, 2016

Page 1 de 1

Anne, ne vois tu rien venir…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, LES BEAUX SAINTS

Amis du calembour et de la potée auvergnate réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 05 Juin 2016 et c’est le jour du sureau qui est fort utile comme chacun le sait puisque même Harry Potter s’en sert pour fabriquer sa baguette magique…  Le nom original de la baguette, BD-Musique-verte« The elder wand » joue sur le double sens du mot « Elder » en anglais qui signifie à la fois « sureau » et « ancien », « aîné », mais ce sens s’est perdu à la traduction. Enfant, un de nos jeux favoris consistait à élaborer toutes sortes d’appeaux à l’aide de branches de sureau. En effet, le cœur tendre des branches de sureau peut facilement être évidé, ce qui rend cette plante idéale pour la confection d’instruments à vent simples tels que le mirliton.

Aujourd’hui, en Bretagne armoricaine, on fête les Pereg:  Saint originaire du pays de Galles, il est le patron de Trégron (22) sous l200px-Petroc-vite nom de Petrog et de Lopérec (29). Pereg vient sans doute du latin Petrus, Pierre en français. C’était un moine gallois qui vécut en cornwall. Il serait venu en Bretagne et eut des rapports avec St Samson et St Guezennec mais, cela ne nous regarde pas… Théophile Janvrais nous apprend que: « … était le petit-fils d’un roi de la Cornouailles insulaire qui, renonçant au trône, se fit moine et vint s’exiler en Armorique pour l’évangéliser. Il vécut là vers l’an 600, non loin et peut-être dans un recoin de la grande forêt du Cranou, en pleine retraite ignorée et au milieu des animaux des bois, sauvages ou craintifs. L’église paroissiale de Lopérec, grâce au cardinal Brossays Saint-Marc, possède ses reliques, et il est le patron de la région. Jadis on l’appelait même la paroisse Saint-Pérec. ».

C’est à Lopérec que vécut Jean de Penguern, fidèle compagnon de la Duchesse Anne. Jean de Penguern, surnommé Divarsoëz en langue bretonne (“gaillard”, littéralement “sans rhumatismes”), fils aîné de Christophe de Penguern et de Marie de Kermodiern, naquit dans les dernières années du XVe siècle au manoir de Loperzec (Lopérec). Il adbentra fort jeune au service de la reine Anne, par ordre de laquelle il composa la « Généalogie de très haute, très puissante, très excellente et très chrestienne princesse et nostre sovvereine dame Anne, très illustre Royne de France et duchesse de Bretaigne, et les noms des Roys et Princes ses prédécesseurs, en droite ligne depuis la création jusqu’à présent, composée et extraite de plusieurs livres et chroniques par Divarsoëz Penguern, natif de Cornouailles, en l’honneur et louange de ladite dame ». Cette chronique contient 1 920 vers, divisés en strophes de huit vers de dix syllabes. Elle s’arrête à l’an 1510. Le 21 mars 1551, il épousa Annie de Kersauzon dont il eut trois enfants et mourut à un âge très avancé en 1579 et fut inhumé dans l’église paroissiale de Lopérec.

A Douarnenez (29), il existe une fontaine Sant Per Baoul qui doit son nom à Petroc et qui fit l’objet d’un culte très développé auprès des marins pêcheurs. Lors de la campagne des thons, à l’occasion du premier départ, les familles s’y rendaient pour s’assurer les bonnes grâces du sable_blanc_petite_fontaineciel, et une pêche fructueuse. A bord des chaloupes, sloops et pinasses, un verre de vin était servi à l’équipage « eur ban evit sant Per », lors du premier départ à la sardine qui coïncidait approximativement  avec la Saint-Jean. Cette coutume a durée jusqu’aux années soixante dix sur certains sardiniers. (  « Mémoires de la ville de Douarnenez » N° 12 de Josick PEUZIAT) .   Bon ben voila, vous savez tout ou presque…

En mai fais ce qu’il te plait, mais en juin, t’as l’air malin aurait dit mon aïeule avec son sens de l’à propos que vous lui connaissez maintenant. Les grèves, les inondations, le tennis, le fouteballe, en prélude aux J.O., ah, on est mal patron comme dit la pub. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.