Vous lisez actuellement les articles publié le juin 1st, 2016

Page 1 de 1

Ah les p’tis pois, les p’tits pois, les p’tits pois…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la révoltation et de la rebellitude réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 01 Juin 201220px-Arcimboldo_Summer_15636, treizième jour de Prairial dédié au pois. « Ah les p’tits pois, les p’tits pois, les p’tits pois, C’est un légume bien tendre – Ah les p’tits pois, les p’tits pois, les p’tits pois, Ça n’se mange pas avec les doigts. » chantait Dranem vers 19OO. Encore que, « à la Fontanges» c’est un délice.  « À la Fontanges » désigne un potage préparé à base d’une purée de petits pois frais, éclaircie au consommé et additionnée d’oseille et de cerfeuil. Cette recette a été ainsi dénommée en l’honneur de Marie-Angélique de Scorailles de Roussille, duchesse de Fontanges, qui fut la maîtresse de Louis XIV et mourut à l’âge de vingt ans en 1681, ce qui, j’en suis persuadé, vous fait le même effet que les promesses d’un candidat aux élections présidentielles.

Tiens, c’est un 1er Juin, en 1823 que s’éteignit le maréchal Davout. Vingt ans plus tôt, l’armée autrichienne profitant du bourbier espagnol et poussée par l’Angleterre, décide de reprendre la lutte contre DavoutNapoléon. Elle envahit la Bavière et pénètre dans le grand-duché de Varsovie. À la tête d’une armée de 200 000 hommes, Napoléon part à sa rencontre. La bataille d’Eckmühl devait être pour Napoléon la bataille décisive qui devait précéder la prise de Vienne. Les troupes de Lefebvre et de Davout sont chargées de repousser les Autrichiens sur la route d’Eckmühl à Ratisbonne, tandis que Vandamme avance sur Eckmühl et repousse les troupes adverses vers le défilé d’Hagelstadt. Le maréchal Davout et le général Vandamme se distinguent particulièrement au cours de cette bataille. Davout est nommé prince d’Eckmühl par Napoléon peu après. Mais, nom d’un petit bonhomme, pourquoi est-ce que je vous raconte cela !

Ah, oui, ça me revient. Dernièrement, au cours d’une conversation à propos des phares qui parsèment la côte bretonne; du Créac’h à La Vieille en passant par la Jument, on me demandait ce que signifiait Eckmühl en breton… Or, en vérité, le fameux phare de Penmarch (29) dans le non moins fameux pays bigouden, doit son nom à une donatrice qui n’était autre que la fille du maréchal Davout, prince d’Eckmühl, la phares-de-bretagne-escalier-du-phare-deckmuehl-8ce4c49d-0b2a-408d-aa94-ff1ec83c822e-300x194marquise Adélaïde-Louise d’Eckmühl de Blocqueville qui légua par testament la somme de 300 000 francs pour la construction d’un phare. Celui-ci devrait se nommer « phare d’Eckmühl » en l’honneur de son père. La marquise voulait que ce nom de triste mémoire, car rattaché à une bataille qui fit beaucoup de morts, soit racheté par les vies sauvées grâce à un phare… Elle désirait également que ce phare soit situé sur la côte bretonne en un lieu sûr pour résister au temps. Voila donc pourquoi ce phare bigouden porte un nom bavarois alors qu’en d’autres circonstances, on l’eut nommé Larzul ou Hénaff. En attendant, libre à vous de tenter de battre le record de l’escalade des 307 marches qui mènent à la lanterne et qui est détenu par un jeune quimperois en 47 secondes 02.

Allez, merci encore de vos visites, portez vous bien et à demain peut-être.