Vous lisez actuellement les articles publié en mai 2016

Page 2 de 4

All that meat and no potatoes…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis du bas de laine et de l’armoire normande réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 21 Mai 2016 et, mon p’tit calendrier républicain m’indique que le 21 mai, deuxième jour de prairial, est généralement 290px-Daylily_(Hemerocallis_fulva)_v2dédié à l’hémérocalle… Avouez que c’est une chance, Fabre d’Eglantine, l’un des inspirateurs, aurait pu choisir le pissenlit ou le coquelicot et bien non; le choix s’est porté sur l’hémérocalle mais je serai bien ennuyé s’il fallait vous dire pourquoi. Outre le fait qu’il s’agit d’une très jolie fleur et que certains cuisiniers téméraires la mélangent à leurs salades, je n’ai pas la moindre idée de ce qui a présidé à un tel choix. A la vérité, il me manquait une dizaine de lignes pour compléter ce billet, voilà qui est chose faite.

Les cénobites tranquilles ne pouvaient passer sous silence le jour anniversaire de la naissance de Fats Waller l’un des plus grands pianistes de jazz que la Virginie est connu. Thomas Wright Waller naît le 21 mai 1904 dans le quartier de  Harlem à New York (États-Unis). Son père, le prêcheur baptiste Edward Waller, lui enseigne dans sa jeunesse, dès six ans, quelques rudiments d’orgue à l’église et de piano fats waller à la maison. Il pense alors faire du garçon son successeur à la chaire dominicale. Mais, Fats préfère le swing des pianos bars à celui du gospel. Tout en jouant avec un sens du swing et une dextérité incroyable, « Fats » Waller régale le public de ses histoires ; ses performances qui le distinguent des autres pianistes attirent les foules qui le considèrent davantage comme un amuseur que le musicien surdoué qu’il est vraiment. Ecoutez « All That Meat And No Potatoes ». Boulimique de la vie (enregistrements, tournées, bouffe, boisson), Thomas « Fats » Waller est au fond de lui désabusé de n’être pas pris au sérieux et de ne pas être considéré comme un vrai jazzman. La tournée californienne de 1943 est la dernière.

Tombé malade durant un concert au club Zanzibar Room à Hollywood, le pianiste meurt d’une pneumonie dans le train qui le ramène de Santa Fé à New York, en gare de Kansas City, le15 décembre 1943. On fats-waller-02-300x260raconte qu’un jour, Fats Waller fut kidnappé par quatre  gangsters sous la menace de leurs armes et jeté dans une limousine. Étant noir et ses ravisseurs blancs, Fats était terrorisé. On l’emmena à une réception où on le fit s’asseoir au piano. Fats Waller était le cadeau d’anniversaire fait à Al Capone par ses hommes. Capone lui servit du champagne et remplissait ses poches de billets à chaque fois qu’il lui jouait un air à sa demande. Fats rentra chez lui au bout de 3 jours avec une gueule de bois et les poches remplies de billets… Quelle époque madame Michu!

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

Paris s’éveille…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis du matérialisme historique et du cachou Lajaunie réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 20 Mai 2016, premier jour de Prairial dédié à la luzerne. Le mois de prairial était le neuvième mois du cPrairialalendrier républicain français. Il correspondait, à quelques jours près (selon l’année), à la période allant du 20 mai au 18 juin du calendrier grégorien. Il tirait son nom « de la fécondité riante & de la récolte des prairies de mai en juin », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II (24 octobre 1793) par Fabre d’Églantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Quel poète ce Fabre… Et c’est donc le jour de la luzerne, nommée aussi le sainfoin (celui là n’aura pas sa statue à Carnoët) très appréciée par nos amis les bêtes, il parait que c’est plein de protéine et de carotène. Par ailleurs, un ami écolo me demande de préciser que la luzerne déshydratée remplace avantageusement les tourteaux de soja importés et aux origines douteuses (OGM), voila, j’ai fait ma b.a.

Le 20 mai 1968, en France, Le général de Gaulle fustige la « chienlit » , mais la chienlit comptait, en ce jour, plus de six millions de grévistes! Lesla chienlit étudiants des Beaux arts en firent une affiche célèbre. Quarante ans plus tard, mon fiston s’en était inspiré pour illustrer le carton d’invitation à mon pot de départ en retraite… A cette époque, après les usines ce sont les transports publics comme la SNCF et RATP qui ne fonctionnent plus, les magasins sont contraint de fermer leur portes, les poubelles s’amoncellent de façon impressionnante dans les rues, l’essence se fait rare et les gens tentent de retirer leur argent dans les guichets des banques qui ne sont pas encore en grève.

La veille, sur la Croisette, le Festival de Cannes s’est lui-même numérisation chienlit0001sabordé, après les interventions des cinéastes Truffaut, Godard et Lelouch qui proposaient d’occuper le Palais du festival pour y instaurer un forum permanent. Je crois que c’est Thucydide, historien grec, qui disait:  l’histoire est un perpétuel recommencement. A l’époque on cherchait la plage sous les pavés mais c’était pour déboulonner la statue du commandeur, pour renvoyer aux poubelles de l’histoire une vieille droite réactionnaire et conservatrice. Aujourd’hui, les ceusses qui nous gouvernent se disent socialistes (me faites pas rire, j’ai les lèvres gercées). Siné, Reiser, Cabu, Cavanna, Wolinski, Choron, ils ont tous disparu des écrans radar… Ah, madame Michu, qui saura croquer l’infinie vacuité de ce monde où se sont les flics qui manifestent ?

Allez, merci d’être encore là, portez vous bien et à demain peut-être.

Saint Yves, sui-ci est là de retour…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la quadrature du cercle et du carré de porc réunis, bonjour ! Nous sommes donc le Jeudi 19 mai 2016, sant Erwan evel just, mais c’est aussi, je sais que vous l’attendiez, le 30 de Floréal, jour habituellement consacré à la houlette (Le premier qui dit houlette russe est à l’amende). La houlette donc est ce fameux bâton de berger (pas le saucisson) appelé aussi crosse. D’ailleurs il est symbolisé par la osiriscrosse que porte les évêques pour rappeler qu’ils sont pâtres au milieu de leur troupeau.  Dans les films Etatsuniens, lors des obsèques du héros, on entend souvent: « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ta houlette et ton bâton me rassurent. » (Livre 19. Psaume 23:4). Étonnant non ! Encore qu’il ne convienne pas de confondre le pâtre et le berger. Le premier menant toutes sortes de bête à pâture alors que l’autre ne s’occupe que des ovins. Mais la houlette, c’est encore, et depuis plus longtemps, le Heq que porte Osiris accompagné du fouet. Expliquez moi pourquoi les républicains ont jugé bon de le mettre dans leur calendrier… egide-150x150Toujours est-il que l’expression est restée dans le langage populaire: Telle activité se déroule sous la houlette de… Mais, là encore, n’en profitez pas pour confondre l’égide et la houlette. Par exemple, les interventions des occidentaux pour chasser terroristes et méchants dictateurs et les remplacer par leur démocrassie se déroulent la plupart du temps sous l’égide de l’ONU mais régulièrement sous la houlette de l’OTAN.

Et revoici la St Yves…

Yves Heloury de Kermartin est décédé le 19 mai 1303, il était né au Minihy Tréguier sous le règne de Saint Louis et le bon pape Clément VIst yves en a fait un saint dans la foulée. C’est d’ailleurs par les actes du procès en canonisation que l’on connait sa vie car il n’a rien écrit et l’on ne connaît pas de contemporain ayant écrit sur sa vie. C’est l’évêque de Tréguier qui le nommât official c’est à dire juge d’église pour les paroisses de Trédrez et Louannec. Le saint recteur était réputé pour rendre une justice exemplaire sans tenir compte  de l’appartenance sociale des plaideurs, aussi, ipso facto, il est devenu, par la grâce de Dieu et du barreau réunis, le saint patron des avocats et, tous les ans, à Tréguier, il y a une foultitude de magistrats en robe qui suivent la gouel breizhprocession au cours du pardon qui porte son nom – En Bretagne on appelle « Pardon » la cérémonie, mi-religieuse mi païenne, qui est dédiée au St patron – On le voit ci-dessus dans sa configuration habituelle de la statuaire bretonne entre un riche et un pauvre. Aujourd’hui, d’habiles commerçants se sont mis en tête de faire de la Saint Yves en Bretagne l’équivalent de la Saint Patrick en Irlande. Cela a commencé il y a quelques années par la Fest yves puis on changea l’appellation en Gouel sant erwan et aujourd’hui, sous l’égide du Conseil Régional et la houlette de l’agence culturelle bretonne c’est devenu Gouel Breizh. Ma doué benniget, protégez nous des marchands du temple.

Bon et bien c’est pas tout, moi pour la Saint Yves je me prépare un bon gros dormeur. Pas celui du Val, non, un tourteau comme disent les parisiens. Avec une petite mayonnaise au paprika… Je connais rien de meilleur. Avec ça vous servez un Mercurey blanc, un « Meix closeau » par exemple et le tour est joué. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Le moine et le philosophe…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’Eutonologie et du boudin aux pommes réunis, bonjour !  Nous sommes le Mercredi  ( Merc’her e brezonheg) 18 mai 2016, 29è jour de Floréal et c’est le jour du sénevé. On devrait cultiver bien davantage cette plante en Bretagne car on dit que c’est un excellent piège à nitrates. On  voit de plus en plus souvent ses fleurs jaunes en Statue_of_St_Carannog,_Llangrannog,_Walesbordure de champ et, sachez qu’on la nomme aussi la moutarde blanche bien qu’ici elle serve surtout de fourrage. Ce sont ses graines qui sont utilisées pour confectionner le condiment qui est à la galette-saucisse ce que le ketchup est au hamburger… Tiens, on me prie de vous faire savoir qu’on fête les Karanteg. C’était un abbé Gallois, fondateur de l’église de Llangranog, Cardiganshire, Pays de Galles. Carantock a visité l’Irlande en tant que missionnaire et après son retour a fondé une monastère à Cernach, dont il était abbé. On dit qu’il a mené un groupe de moines qui ont évangélisé la Cornouailles centrale, et a émigré de là en Armorique, où il est fortement vénéré sous le nom de Karanteg d’où les communes de Carantec et Tregarantec. On dit que  son père était Corun, le fils du grand Ceredig , qui a donné le nom du comté de Ceredigion.

Or donc, nous sommes le 18 mai, jour anniversaire de la mort de Henri Laborit, décédé en 1995 et né à Hanoi en 1914. J’ai une tendresse particulière pour cet anticonformiste et son regard aiguisé sur le laboritcomportement humain. Suivant les traces de son père, il devient chirurgien de la Marine. Il développe ses propres méthodes et se met bientôt a dos sa hiérarchie. Son audace lui fermera la porte d’une brillante carrière au service de l’Etat, mais lui permettra de s’engager à fond dans la recherche. Ces observations l’amèneront à développer des théories extrêmement importantes relativement au comportement humain. Refusant d’entrer dans le jeu protocolaire de ses confrères français, il sera tenu à l’écart du monde scientifique hexagonal, tandis que les américains lui décerneront leur plus haute distinction scientifique, le prix Albert LASKER.

Il monte, en 1958, son propre laboratoire de recherches et parvient à le financer à travers la vente de brevets relatifs aux travaux qu’il mène avec son équipe. C’est le laboratoire d’Eutonologie (science de l’agression, du stress, de l’inhibition. Voir les expériences de Milgram sur l’autorité et de Laborit sur l’inhibition de l’action) à l’hôpital Boussicaut. Le grand public ne le découvre réellement qu’en 1980, lors oncle d'amériquede sa prestation dans le film d’Alain Resnais Mon oncle d’Amérique film dont il est par ailleurs l’instigateur involontaire. Tout au long de ce film, il donne des « clés » biologiques expliquant le pourquoi du comportement des protagonistes. Bien qu’assez difficiles d’accès, ses livres sont autant de révolutions et de mises en pièces de l’argutie traditionnelle relative à la « nature humaine » et ses déviances. Au fond, le message est simple : Avant de juger ou d’expliquer ou d’excuser, il faut d’abord tenter de comprendre comment l’Homme fonctionne. Avant d’assommer l’enfant avec des lois, des règlements, des contraintes hiérarchiques, il faut lui donner les « clés » de sa propre conscience. Je vous conseille particulièrement « Dieu ne joue pas aux dés »1987 chez Grasset.

Allez, je m’aperçois que c’est un peu long comme billet ; portez vous bien et à demain peut-être.

Mais d’où vient Thudon ?

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , ,

Amis de l’hypallage et de la salade de pissenlits réunies, bonjour ! Avez vous noté que nous sommes déjà le Mardi 17 mai 2016, 28è jour de Floréal et, je ne vous le cacherai pas plus longtemps, c’est le jour de la Buglosse… Plante herbacée de la famille des Boraginaceae ce qui, vous l’avouerez n’est pas commun. Cela fait partie des mystères du buglosse-300x256calendrier républicain qui reste pour moi source d’émerveillement autant que les noms donnés aux figures de rhétorique tel l’hypallage. Mais, revenons à notre Buglosse; les feuilles sont très consommées en Italie et en Irlande et aussi en salade (ça c’est de l’hypallage). Il ne faut pas hésiter à les cueillir : quand la tige est brisée, la plante trouve les moyens de se reproduire et de subsister et émet de nouvelles tiges. La racine, comme celle de la consoude, se régénère une fois coupée (attention donc si vous en plantez dans le jardin : elle peut devenir envahissante).

Bon, il parait que c’est la saint Thudon. Thudon était le père de  Gouesnou qui a laissé son nom à une commune non loin de mon ermitage. Or donc, à la même époque que saint Thénénan, aux alentours de l’an 600, Thudon émigrait, lui aussi, en Armorique, accompagné de ses fils Majan et Gouesnou et de sa fille Tudona. Il croix de st thudonaccosta dans la région de Landéda, puis vint créer son ermitage en forêt de Bevoez  à deux km du bourg de Guipavas sur l’actuelle route de Gouesnou, près de Kervao; et on désigna le lieu-dit sous le nom de St-Thudon tout cela est en Finistère evel just… Les vestiges d’une ancienne chapelle ont aujourd’hui disparu à St-Thudon mais trois croix y subsistent encore, dont l’une du VIIè siècle figure parmi les plus anciennes du Finistère : petite croix de un mètre avec entrelacs et bouton sur la face. Selon l’abbé Castel, cette croix est située sur un itinéraire ancien qui remontait depuis le Passage, au Relecq-Kerhuon. Selon la chronique, Thudon mourut en 665, à l’âge de 85 ans.

On me dit qu’il existait dans la forêt de Bevoez, en haut d’une colline, une fontaine constituant un lieu de culte de la très vielle et très ancienne civilisation celtique. A cet endroit, saint Thudon fit construire lavoir-guipavasun oratoire dédié à la Vierge. Le culte pour la fontaine n’en continua pas moins, et l’édifice finit par s’écrouler. La punition divine ne tarda pas : l’eau de la fontaine dévala soudainement la pente en un torrent dévastateur. On promit alors de reconstruire la chapelle de Notre-Dame du Reun (en breton : « reun » = colline), et l’inondation cessa. C’est pas miraculeux ça, madame Michu ? Lors d’une reconstruction ultérieure de la chapelle, achevée en 1505, la fontaine fut incluse dans l’enceinte de la chapelle, et existerait encore, dit-on, sous le maître-autel. A noter que Coataudon est aujourd’hui le nom d’un quartier de Guipavas (29); c’est un toponyme qui désigne le « bois de Thudon ».

C‘est tout pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Alors, ça jazze ?

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, ,

Amis de la trompinette et du ris de veau réunis, bonjour ! Faut-il vous le rappeler, nous sommes le Lundi 16 Mai 2016, 27è jour de Floréal et c’est le jour de la civette; petit mammifère plus proche du bureau de tabac plus vieux de Parisblaireau que du chat d’après Buffon mais qui sent comme un putois. Les secrétions des glandes anales de la civette étaient utilisées en pharmacie et dans la fabrication des cigares ou de parfums d’où le nom de nombreux débit de tabac en manque d’imagination (celui-ci en photo est le plus ancien de Paris, il se trouve rue St-Honoré et existe toujours depuis 1716). Leur usage remonte à plus de 2 000 ans ; elles avaient la réputation d’être très appréciées de Cléopâtre; il est vrai qu’elle avait du nez… Il existe par ailleurs un café, que les connaisseurs jugent « le meilleur du monde » et qui est récolté dans les excréments d’une civette; le kopi luwak..

Allez, musique… Woody Herman de son vrai nom Woodrow Charles Herman, était un saxophoniste (alto & soprano), chanteur et chef d’orchestre de jazz américain. Né en 1913 dans une famille travaillant dans le vaudeville, Woody Herman apprend le saxophone à 11 ans et la clarinette à 14. À l’âge de 15 ans, il devient professionnel et joue dans de nombreuses formations dont les Isham Jones Juniors. C’est avec cinq des anciens musiciens de ce groupe, qu’en 1936 il forme son 220px-Woody_Hermanpremier orchestre. Ce big band, vite appelé The band That plays the Blues, enregistre Woodchopper’s ball en 1939, un titre qui le rendra célèbre. Après un remaniement de personnel, l’orchestre devient The First Herd (le premier troupeau). C’est pour cette formation qu’Igor Stravinski écrit Ebony concerto. En février 1942, le morceau Blues in the Night (My Mama Done Tol’ Me) est n°1 aux États-Unis. L’orchestre est dissous en 1946. De 1947 à 1949, Woody Herman dirige le « Second Herd ». La section de saxophones de cet orchestre, composée de Stan Getz, Zoot Sims, Herbie Steward (saxophone ténor) et de Serge Chaloff (saxophone baryton) et connue sous le nom des Four Brothers, est l’une des plus remarquables de l’histoire du jazz. Fin 1949, des difficultés financières poussent Woody Herman à dissoudre ce big band pour se produire en petite formation.

En 1950, il forme le Third Herd qui connait de fréquents changements de personnel et de dimension. À partir des années 60, Woody Herman va diriger d’autres grands orchestres : les Thunderings Herds. L’époque « héroïque » des big bands est révolue et le clarinettiste, pour faire survivre sa formation, engage essentiellement de jeunes musiciens issus des orchestres universitaires. Woody Herman, ruiné par les malversations de son manager, meurt d’une attaque cardiaque en 1987. Instrumentiste limité, il se considérait lui-même comme un « soliste moyen », fut surtout un exceptionnel meneur d’hommes. Il fit toujours preuve d’une grande ouverture d’esprit. En témoigne le répertoire de ses derniers Thundering Herds où se côtoyaient ses anciens succès de l’époque swing (Apple honey, Caldonia) et des compositions de John Coltrane ou Chick Corea. Il est évoqué dans le 280e des 480 souvenirs cités par Georges Perec dans Je me souviens.

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

primel & Corentin sont dans un bateau…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de l’anarchisme éclairé et du foie de veau aux cerises réunis, 300px-Fusainbonjour ! Nous sommes le Dimanche 15 mai 2016, 26è jour de Floréal dédié au Fusain. Certains vont célébrer la naissance de François Malicet (15 mai 1843) à Nouzon dans les Ardennes. Membre du groupe  Les déshérités,  on lui doit la fameuse devise: « … et du boyau du dernier prêtre serrons la gorge du dernier flic ». Il fut tué le 7 septembre 1927 par un cambrioleur. Y’a pas de justice madame Michu…

Par chez nous on fête les Primel qui bien sur, était originaire du pays de Galles et qui s’installa comme ermite en Cornouaille à l’époque de saint Corentin, au VIe siècle. Il faut dire qu’à cette époque là, le saint gallois s’exportait comme le plombier polonais d’aujourd’hui. Primel et Corentin étaient copains comme cochons et se fréquentaient assidument, ainsi que le rapporte dans « Vie des saints de la Bretagne Armorique » le Frère Albert Le Grand, religieux de l’Ordre des Frères Prêcheurs de Morlaix, en 1636 :
« En mesme temps, vivoit un saint Prestre solitaire, nommé Primael, ou Primel, lequel menoit une vie fort sainte dans une forest en Cornoüaille. S. Corentin l’alla visiter, pour recevoir de luy quelques salutaires instructions; S. Primel le recueillit gracieusement, & passerent les deux 05stprimelSaints le reste de la journée en saints propos & colloques spirituels, & la nuit suivante en prieres et Oraisons. Le matin, saint Corentin desira dire la Messe en l’Oratoire de saint Primael, qui, luy ayant disposé tout ce qui estoit requis & nécessaire, s’en alla querir de l’eau à une fontaine assez éloignée de son Hermitage; Saint Corentin l’ayant longtemps attendu, sortit de la Chapelle & vid venir le Saint vieillard tout doucement & à petits pas tant pour sa lassitude & que la fontaine estoit loin de là, que parce qu’il estoit boiteux. Saint Corentin, le voyant tout hors d’haleine, en prit pitié & supplia Nostre Seigneur de luy octroyer de l’eau plus près de son Hermitage; puis, dit la Messe, pendant laquelle il reïtera son Oraison; Dieu exauça sa priere, car au lieu mesme où il mit son baston en terre, après la Messe, il rejaillit une source d’eau, dont les deux Saints rendirent grâces à Dieu; &, ayant séjourné quelques jours avec S. Primael, il s’en retourna en son Hermitage à Plovodiern. »

L‘église paroissiale de Primelin (29) lui est dédiée. Son pardon est célébré le premier dimanche du mois d’août. Une statue dans le chœur le représente avec une canne, car il était boiteux; le saint boiteux en fontaine-saint-primel-saint-evarzec-150x150quelque sorte, comme Talleyrand était dit le diable boiteux… Ici à gauche, la fontaine qui porte son nom à Saint-Evarzec (29). La tradition rapporte que la commune de Plougasnou aurait été fondée par Saint Primel. Un village de cette commune au bord de la mer porte le nom de Primel. Avouez que c’était tout de même pratique d’avoir des saints dans ses fréquentations. Aujourd’hui pour le moindre branchement il faut faire appel à Bouygues ou à Vinci, qui sont à la sainteté ce que la musique militaire est à la musique.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

C’est le jour de la carpe…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis de la marine à voile et des pommes vapeur réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 14 mai 2016, 25è jour de floréal, et nous célébrons la carpe puisque les républicains lui ont dédié ce jour dans leur calendrier.

Selon une légende chinoise, les carpes du fleuve jaune, après avoir remonté le fleuve, s’envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l’origine des koinobori, qui représentent plus généralement la force et la persévérance des carpes qui remontent les-carpesà contre-courant les rivières et cascades. Les Koinobori, qui signifie, comme chacun le sait, « banderole de carpe » en japonais, sont des manches à air en forme de carpe Koï hissées au Japon pour célébrer Tango no sekku , évènement traditionnel qui est désormais une fête nationale, le Kodomo no hi (jour des enfants). Ces bannières sont accrochées le long de perches en bambou, La première et la plus large, magoi, est noire et représente le père ; la deuxième, higoi , est rouge et représente la mère, puis l’on ajoute une carpe pour chaque enfant de la famille. Parfois, on suspend aussi des rubans rouges et blancs ou une manche à air multicolore symbolisant les flots des rivières.

Après Fukushima et avant la prochaine catastrophe, les japonais doivent surtout se dire aujourd’hui, CARPE DIEM en relisant le célèbre poème d’Horace.

Tremble, Leuconoé, de chercher à connaître
L’heure de notre mort; fuis les calculs pervers
De Babylone. A tout il vaut mieux se soumettre
Que Jovis te concède encor d’autres hivers,
Qu’il les borne au présent, dont mugit l’onde étrusque.
Soit sage, emplis ta cave, et d’un si court chemin
Ôte le long espoir. Je parle, et le temps brusque
S’enfuit. Cueille le jour, sans croire au lendemain.

Il y a des jours où tu m’épates Erwan de Keramoal; passer de Fukushima à Horace à travers une histoire de carpes qui volent au vent… C’est du grand art blogosphérique ! Je ne sais si dans le bassin, chez Gencyves, se sont des carpes Koï mais, comme disait le poète: « deux carpes dans un bassin ne font pas forcément une paire de koï… »! Allez portez vous bien et à demain peut-être.

La danse de Saint-Guy…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du Dadaïsme et des polyphonies corses réunis, bonjour !  Dans notre désormais célèbre calendrier Républicain, nous sommes le boys-afflicted-with-chorea-known-as-st-vitus-dance-or-as-danse-de-saint-guy-in-france-n-1875111-0Vendredi 13 Mai 2016 24è jour de Floréal dédié à la Valériane. Plante médicinale utilisée depuis la haute antiquité, elle était censée atténuer les effets de la danse de saint-Guy (Chorée aigüe). Au moyen-âge, cette maladie vous conduisait irrémédiablement vers le bûcher, au motif que vous étiez possédé. Aujourd’hui en France, cinq à six mille personnes sont encore atteintes de ce mal héréditaire. Cette affectation entraîne des comportements convulsifs qui peuvent atteindre les personnages Capture-d’écran-2013-09-15-à-21.03.46les plus hauts placés et qui les amène à prendre des décisions totalement irraisonnées … Quand à la valériane, dans les officines, on l’appelle aussi « l’herbe aux chats ». Son effet sur ces félins est dit-on inverse à ce qu’il produit chez l’homme. Chez nous, associée à l’aubépine, la valériane est utilisée dans les cas d’insomnie et de nervosité. Chez nos amis les bêtes, il semblerait que cela déclenche une intense nervosité proche de l’agressivité. Regardez l’extraordinaire modernité de ce ballet intitulé « Danse de saint-Guy » et qui date de 1943, extrait du Film Paracelsus de Georg Wilhelm Pabst (1943 Allemagne)

Oui, nous sommes un vendredi 13, de triste mémoire, et qui doit sa réputation à ce jour d’octobre 1307 où, dès l’aube, toutes les polices et les gens d’armes de France et de Navarre, ont investi près de trois milletempliers demeures sur l’ensemble du territoire, pour en arrêter tous les occupants. En fin de journée, l’opération est terminée et il est encore impossible de connaître le nombre exact de ces arrestations. Nous sommes le vendredi 13 octobre 1307. C’est bien ce vendredi 13 qui sera à l’origine d’une croyance populaire, de bon ou de mauvais présage, qui persiste encore aujourd’hui, 700 ans après.

Jaloux de leur puissance et de leur richesse, inquiet de leur pouvoir auprès du pape, ou bien mal informé par une campagne délétère, le roi de France, Philippe IV Le Bel, fait arrêter tous les Templiers du jacques-de-molayroyaume, pour apostasie et mauvaises mœurs. L’Affaire est menée par Guillaume de Nogaret, qui fait adresser, dans le plus grand secret, dés le 14 septembre, des « lettres closes » à tous les Baillis et Sénéchaux du royaume, à n’ouvrir « qu’à jour dit ». Ce matin du vendredi 13, de Nogaret lui-même, dirige l’arrestation de près de 140 Templiers de la Maison Centrale de Paris. Sur tout le territoire, ils sont incarcérés, puis interrogés et torturés. Ceux qui réussissent à s’échapper sont repris le jour même. On leur propose le pardon ou la mort. Très peu abjureront. Peu de temps après, ils sont condamnés au bûcher, et dés le 12 mai 1310, 54 Templiers sont brûlés à Paris. Voilà pour les âmes damnées…

Allez, je m’arrête là, je dois aller faire mon loto… Portez vous bien et à demain peut-être.

Les saintes glaces…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la météorologie et du far aux pruneaux réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 12 Mai 2016 en cette période dite des saints de glace, Mamert, Pancrace et Gervais qui sont censés annoncer l’ultime retour du froid avant les beaux jours. Allez savoir pourquoi, cette période que saints-de-glace-150x150de joviaux jardiniers avaient baptisé Les saintes glaces, est, subito, devenue; les saints de glace… Ils donnent lieu à tous les dictons que vous connaissez, mais, en Bretagne, c’est saint Yves (19 Mai) qui est considéré comme le dernier saint de glace. Cela donnait l’occasion à mon aïeule, qui ne pouvait jamais faire comme tout un chacun, de nous en servir un, de dicton, des plus croquignolets: craignez le petit Yvonnet, c’est le pire de tous quand il s’y met ! Vous voilà prévenus…

Quand je vous aurai dit que ce mardi 12 mai 2015 est le 23è jour de Floréal dédié à la bourrache, vous saurez presque tout. Sauf à rajouter qu’au Moyen-âge, la bourrache, était considérée comme une plante magique et aphrodisiaque et qu’elle donnait de l’assurance et de la hardiesse dans les entreprises amoureuses. Un rameau de bourrache fleurie, permet au séducteur de remporter le succès auprès d’une femme. Ceci permettait à mon aïeule, jamais en manque d’un mauvais calembour, de rajouter: la bourrache et paturache sont les deux 290px-Borage-overv-hrmamelles de la Franche. Étonnant, non ? Elle n’avait pourtant rien d’auvergnat étant bretonne élevée au leurre salé (non, non, y’a pas de coquille) et maîtrisait l’art de la bourrée autant que celui du jabadao. La bourrée et le jabadao étant, comme vous le savez, deux danses populaires et néanmoins régionales qui se pratiquent encore dans les veillées des uns et les festou-noz des autres. A tel point que devant une telle richesse, l’UNESCO, canal historique de la culture Onusienne, a décidé d’inscrire le fest-noz au patrimoine immatériel de l’humanité. Je n’ai rien contre l’accordéon mais, c’est pas demain qu’on verra la Bourrée auvergnate faire l’objet de tant d’attentions de la part de l’UNESCO. J’ai bien connu une auvergnate chez qui la bourrée était devenue une seconde nature; surtout en fin de semaine, mais ça, c’était avant.

Allez, cela suffira pour un jeudi matin. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.