Le couvent des oiseaux…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de chapelle Sixtine et de la cousine Bette réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 31 mai 2016, douzième jour de Prairial dédié à la bétoine  (et non pas à l’abbé Toine). La bétoine jouissait dans l’antiquité d’une réputation prestigieuse qui lui conférait des pouvoirs magiques la bétoine(Elle fut dit-on découverte par Esculape et on la disait capable de chasser les mauvais esprits) et faisait d’elle un remède quasi universel. Le nom bétoine est dérivé de celui d’un peuple ibérique, les Vettones, qui utilisa cette plante dont la réputation s’est maintenue jusqu’au Moyen-Âge et au delà. On utilisait autrefois les feuilles séchées de cette plante comme du tabac à priser ou comme substitut du thé ; les jeunes pousses sont consommables en salade avec modération. A propos de jeunes pousses, aujourd’hui c’est le jour de la Visitation, nom retenu pour rappeler la visite de la Vierge Marie à sa cousine Elisabeth qui ne pouvait avoir d’enfant et dont l’ange venait de lui annoncer sa grossesse. Il y a longtemps (très longtemps), j’ai lhistoire-de-la-mini-jupe-plisséerésidé à Rennes, rue de la visitation. Sous ma fenêtre, de l’autre côté de la rue il y avait une institution pour jeunes filles de la bourgeoisie locale, style couvent des oiseaux et qui se nommait collège de la visitation; ce sont les Visitandines, un ordre religieux qui a donné son nom à La Visitation. Créé par la jeune veuve de la Hautaie, grand-mère de Madame de Sévigné, le couvent a ouvert ses portes dans les années 1630. Jusque dans les années 1990, les jeunes pousses de la haute, jupes plissées et socquettes blanches, faisaient semblant  d’apprendre quelque chose en attendant que maman leur trouve un beau parti. A l’instar de Maxime Le Forestier je crois que certains jours j’étais amoureux de tout un pensionnat. Aujourd’hui cet ancien couvent s’est transformé en centre commercial. Quelle drôle d’époque madame Michu !

Comme vous pouvez le constater sur cette photo, le statut de blogueur retraité n’est pas une bloguer myopesinécure. J’ai beau augmenter la police de caractère, ça devient difficile. Et encore n’ai-je point sur le râble de petits chefaillons despotiques soucieux de devenir calife à la place du calife. Mais bon, je continue bon an mal an à pondre mon petit billet quotidien, aujourd’hui, 2551è et le compteur indique que plus de 335 500 visiteurs ont poussé la porte de mon modeste ermitage. 

Allez, merci à vous, portez vous bien et à demain peut-être.

4 commentaires

  1. Glenn

    Et l’abbé Bete alors ?

  2. Mildred

    Non, monsieur le Cénobite, impossible de vous laisser tranquille sur ce coup-là !
    J’ai été une de ces petites filles en jupe plissée et socquettes blanches et il est faux de dire qu’elles faisaient semblant d’apprendre. Certes elles ne sont pas toutes devenues avocates ou médecins, ingénieurs ou chercheurs, mais même celles qui le sont devenues avaient aussi appris à tenir une maison et à s’occuper des enfants.
    Il y avait même celles – dont je fus – qui reçurent la visite de l’Ange un peu trop tôt !

  3. Hobo-Lullaby

    Si je comprend bien, de jeter un oeil polisson sur des jeunes filles policées, tu en ai réduit à plisser les yeux des caractères en pelisse …

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).