L’utopie est la seule réalité…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la chapelle sixtine et de la cousine Bette réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 15 mars 2016, 16è jour de Messidor dédié au thon, et, c’est un 15 Mars en 1830 à Sainte-Foy-la-Grande en Gironde, que vit le jour Elisée RECLUS dont je voulais vous entretenir aujourd’hui.

Géographe, théoricien du mouvement libertaire et militant anarchiste.220px-EliseeReclusNadar Issue dune famille protestante, Elisée Reclus fait ses études de géographe à Berlin, avant de parcourir le monde. En 1871, il prend une part active à la Commune de Paris. Arrêté les armes à la main, il est condamné à la déportation en Nouvelle Calédonie. Mais, grâce au soutien de la communauté scientifique, sa peine sera commuée, le 3 février 1872, à dix ans de bannissement. Il rejoint alors son frère, Elie également anarchiste et communard, en Suisse, et participe activement à la Fédération Jurassienne, avec Bakounine et James Guillaume. En 1877, il rencontre Pierre Kropotkine, qui deviendra son ami. Ici, son portrait par Nadar.

Après la Suisse, c’est en Belgique, à Ixelles près de Bruxelles qu’ Elisée Reclus s’installe. Très actif, c’est sous son impulsion qu’une Université Nouvelle est créé, ainsi qu’un Institut des Hautes Études en 1894 dans lequel il enseignera. Auteur prolifique, Elisée Reclus a participé à de nombreuses revues, brochures et journaux : Le Révolté, L’Insurgé, Le Cri du Peuple, etc. Mais il est surtout l’auteur de l’extraordinaire Géographie Universelle 19 volumes, et de L’Homme et la Terre 6 volumes, ouvrages de géopolitique dans lesquels il analyse le rapport de l’homme avec son les-freres-reclus-300x232environnement, et aborde des sujets très variés éducation, naturisme, etc. Elisée Reclus meurt le 4 juillet 1905. Le dernier volume de L’Homme et la Terre ne sortira qu’après sa mort édité par son neveu Paul Reclus. « Celui qui commande se déprave, celui qui obéit se rapetisse. La morale qui naît de la hiérarchie sociale est forcément corrompue. » Elisée Reclus. En effectuant mes modestes recherches j’ai déniché un très bon billet que lui avait consacré Paul, notre ami de La feuille charbinoise dans lequel il y avait cette étonnante photographie d’une partie de la fratrie. Il parait qu’ils furent dix sept enfants… C’est autrement plus documenté que mes gribouillis, je vous invite à visiter ce site aussi souvent que possible.

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la prochaine édition, portez vous bien et à demain peut-être.

4 commentaires

  1. Sceptique

    Il n’est pas nécessaire qu’un groupe soit hiérarchisé pour que les relations s’y corrompent. Les études de groupes informels montrent que le nombre de cinq participants est un maximum pour qu’il reste uni..

  2. Pangloss

    Un grand bonhomme!

  3. Rem*

    Élisée Reclus tient une grande place dans ma vie. C’est d’abord le grand géographe-poète et humaniste que j’ai découvert, jeune : je préférais lire « Histoire d’un ruisseau », par exemple, à telle ou telle histoire de Jules Vernes !
    Évidemment, j’ai plus tard, dans les tempêtes de ma vie adulte, beaucoup oublié Élysée… puis, à l’occasion de m’approcher enfin de l’Anarchie, j’ai redécouvert sous un autre angle, complémentaire, le Communard et le théoricien Élisée, copain de Kropotkine, etc. ET c’est lui qui reste le plus lisible des anars de ce temps, aujourd’hui… sans doute parce que le plus utopiste et savant humaniste!

    Pour qui veut aller plus loin que ne le font nos amis Erwan et Paul, je recommande de lire : « Élisée Reclus ou la passion du monde » de Hélène Sarrazin, ed du Sextant 2003. Ou au moins le tout petit livre réédité : « ÉVOLUTION & RÉVOLUTION » d’Élisée, avec une inattendue préface assez juste d’Olivier Besancenot – ed Le passager clandestin , 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).