Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 20th, 2016

Page 1 de 1

Etta James…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, ,

Amis des stances à Marquise et du maquereau à l’oseille réunis, bonjour ! Nous sommes donc le Mercredi 20 janvier 2016 et, dans le calendrier républicain, c’est le premier jour de Pluviôse, dédié au 290px-Daphne_laureola1Lauréole encore nommé le Daphné lauréole ou Laurier des bois. Rien à voir avec l’auréole de sainteté que chantait Glenmor. Daphné du laurier ne doit pas non plus (même dans les diners en ville) être confondu avec Daphne du maurier, la célèbre romancière à qui nous devons Les oiseaux, magistralement adapté au cinéma par Hitchcock himself… C‘est aussi le jour anniversaire de la disparition de Gerry Mulligan le roi du Cool jazz. Il ne se passe pas un jour sans que le programmeur de Radio-Neptune (classique le jour – Jazz la nuit) ne le mette à l’antenne.

Et donc, sans transition aucune, je vais m’employer à vous parler d’une chanteuse de blues qui, si sa notoriété fut moindre que celles de Billie Holydays, Ella Fitzgerald, Mahalia Jackson ou Bessie Smith, n’en demeure pas moins une grande voix du Rhythm and Blues. Il s’agit de Etta JamesEtta JAMES, (ne pas confondre avec Etta Ceure, chanteuse réaliste et néanmoins bretonne) née à Los Angelès un 25 janvier en 1938. Habituée aux tournées exténuantes dans le circuit du rhythm and blues, James lutte contre la dépendance à la drogue pendant la majeure partie de sa carrière. Ses dons dramatiques manifestes sont particulièrement mis en valeur dans ses ballades des années 1960 telles All I Could Do Was Cry, I’d Rather Go Blind et la sensuelle At Last.

Au fil des ans, la voix de James change, devenant de plus en plus âpre et profonde et perdant son timbre de petite fille, et elle devient l’une des premières femmes à chanter dans le futur style de la soul. Au cours d’une grande soirée hommage, Live fashion Rocks 2008, c’est
Beyoncé (hélas) qui devait reprendre « At Last » que l’on découvre 220px-Etta_Jamesdans la vidéo ci dessus interprétée par Etta. Atteinte de la maladie d’Alzheimer et d’une leucémie, la chanteuse s’est éteinte le 20 janvier 2012 à Riverside en Californie. En 2003, son album At Last!, sorti en 1961, figure à la 116e place dans la liste des « 500 meilleurs albums de tous les temps » établie par le magazine musical américain Rolling Stone. Lorsque le magazine publie la liste des « 100 plus grands chanteurs de tous les temps » en 2008, Etta James apparaît à la 22e. place. Ce qui n’empêche pas sa famille de se livrer à une importante débauche d’énergie et de temps pour prendre le contrôle de son patrimoine. Ah, misère de misère…

Allez, c’est très aimable à vous d’être passé par ici. Portez vous bien et à demain peut-être.