Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 16th, 2016

Page 1 de 1

Mourir pour des idées…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la vérité historique et du vin de paille réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 16 janvier 2016, 27è jour de Nivôse, dédié au Plomb.

Quarante sept ans se sont écoulés depuis ce 16 janvier 1969, lorsque, en haut de la place Venceslas, à Prague, l’étudiant en histoire de la faculté de Lettres, Jan Palach, âgé alors de 21 ans, s’est immolé par le feu en signe de protestation contre l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’armée soviétique.Trois jours plus tard il succombait à ses brûlures. Ses obsèques, le 25 janvier, se transformèrent en une manifestation Jan-Palachpour la liberté. Les chars soviétiques avaient envahi Prague pour mettre un terme à la politique de réforme menée par Alexander Dubcëk. Il aura fallu attendre encore vingt ans pour voir s’effondrer un système qui aura trahi ses propres valeurs pour se transformer en dictature bureaucratique. Pour la petite histoire, il est amusant de noter que 1834 Palach est un astéroïde découvert en 1969 par l’astronome Lubös Kohoutëk qui avait fui la Tchécoslovaquie l’année précédente. Pour l’illustration sonore de ce billet, j’ai hésité entre « Ainsi Prague » texte d’Aragon interprété par Marc Ogeret; même si il n’y a pas de rapport; ce texte fut écrit en hommage à Nezval poète surréaliste tchèque; et Mourir pour des idées du grand Georges….

Les hasards de la vie, ont voulu que je me trouve  à Prague à cette époque et que, un an plus tôt je rencontre ce jeune étudiant. Il s’était évertué à m’éclairer sur la vraie figure du stalinisme et sur la mémorialsignification de l’expression: socialisme à visage humain. En janvier 1989, le 20e anniversaire de la mort de Jan Palach provoque une semaine d’importantes manifestations contre le régime communiste, appelée « Semaine de Palach ». Le 16 février, l’auteur dramatique Václav Havel, un des dirigeants du mouvement de la Charte 77, est arrêté par la police pour avoir voulu déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de Jan Palach. Le 20 février suivant il est condamné pour ce geste à neuf mois de prison ferme. Il deviendra président de la République Tchèque en 1993.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.