Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 19th, 2015

Page 1 de 1

Ay Pepita…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis du crétacé supérieur et de la lutte des glaces réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 19 décembre 2014, 29è jour de frimaire dédié à l’olive.

Le 19 décembre 1919, naissance de Pépita CARPENA (Josefa CARPENA-AMAT), à Barcelone. Militante anarcho-syndicaliste et féminine anarchiste espagnole. Aînée d’une famille ouvrière de six enfants, elle commence à travailler à 12 ans comme couturière et milite à 14 ans à la CNT et aux « Jeunesses Libertaires » (JJLL). En juillet 1936, elle prend carpena_pepitapart à la révolution et assiste le 20 juillet comme aide-soignante à l’assaut de la caserne Atarazanas. Le 17 novembre elle s’unit au compagnon Pedro Perez Mir (qui sera tué sur le front). Elle prend part aux événements de mai 1937 et rejoint, fin 1937, le mouvement anarchiste féminin « Mujeres Libres » puis travaille dans une fabrique d’armes. Désignée par « Mujeres Libres » comme secrétaire à la propagande du Comité régional de Catalogne, elle effectue des tournées dans les villages et sur le front et rencontre Emma Goldman. Malade, elle quitte Barcelone le 25 janvier 1939 (veille de l’entrée des troupes franquistes dans la ville) pour la France, où elle sera internée dans un camp près d’un an à Clermont-l’Hérault, à côté de Montpellier.

Elle se marie avec un Français puis le quitte pour rejoindre Marseille où se retrouvent de nombreux réfugiés espagnols. Elle y devient la compagne de l’anarchiste Juan Martinez Vita dit Moreno, et poursuit son militantisme après la Libération. En avril 1945, elle est déléguée à Toulouse, pour le 1er congrès de la « FIJL » en exil. Elle prend ensuite part aux activités théâtrales de la troupe « Acratia » et milite à la CNT en exil. Dès 1979, elle participe aux activités du CIRA de Marseille, elle en réfugiéssera la coordinatrice de 1987 à 1999. En 1992, elle rédige dans un court récit son cheminement « De toda la vida », texte qui sera publié en français dans une brochure des éditions du Monde Libertaire et Alternative Libertaire. Elle a par ailleurs collaboré à divers ouvrages historiques sur le mouvement « Mujeres libres » ainsi qu’à deux Bulletins du CIRA, et à la presse libertaire espagnole et française. Elle apparaît dans le film de Richard Prost « Un autre futur »et dans celui de Lisa Berger et Carol Mazer « De toda la vida ». Après une dure vie bien remplie, elle meurt à Marseille le 5 juin 2005, trois ans après le compagnon Moreno. Sources.

Allez, portez vous bien en attendant l’hiver.