Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 17th, 2015

Page 1 de 1

Un saint peut-en cacher un autre…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de la planète enchantée et du bacalao réunis, bonjour! Nous sommes le Jeudi 17 décembre 2015, c’est le 27è jour de frimaire dédié chêne-liège-150x150au Liège. Je me souviens avoir marché dans les grandes forêts de chêne-liège au Portugal du côté de Setubal… En ces temps là, la tempête Salazar s’était calmée elle aussi; les œillets fleurissaient les canons, les jeunes capitaines faisaient danser les filles, le fado résonnait dans l’Alfama, tous les espoirs étaient permis. C’était avant, bien avant…

Aujourd’hui nous fêtons les Gael. Gaël vient du nom d’un peuple celte, les Gaels, établi en Irlande et en Écosse à partir du VIe siècle av. J.-C. st briacLe nom « Gael » a été adopté en 1810 à partir du gaélique écossais Gaidheal (en irlandais Gael et vieil irlandais Goidhel-Goídeleg) pour désigner un montagnard. D’autres calendriers indiquent ce jour comme celui de la saint Briac. Il s’agit là d’un des éponymes les plus répandus de Bretagne. En premier lieu la commune de Bourbriac située dans les Côtes d’Armor (22) au sein de laquelle, en son église plus précisément, se trouve le tombeau (vide) de ce disciple de Tugdual et venu d’outre-manche au 6ème siècle (photo de gauche ci-dessous). Mais aussi, St-Briac en Ille-et-Vilaine ainsi que Lanbriac dans le Finistère.

Originaire d’Ulster, Briac vient en Galles suivre l’enseignement de Tudwal dans son monastère. Deux ans plus tard, il suit son maître en Armorique, avec Rivelin, Laouenan et Kireg entre autres. La légende raconte qu’ils furent environ soixante dix. D’un certain côté on comprend qu’il fallait remplir le car pour diminuer les frais… Le groupe accoste à Kermorvan, près du Conquet (29), où Tudwal fonde le monastère de Lambabu, l’actuel Trébabu (29), puis se dirige vers le tombeau-de-saint-briac-bourbriac-300x262Trégor. Là, Briag reçoit les terres de Deroc, prince de la Domnonée . Avec son accord, il bâtit un monastère non loin du château, aujourd’hui la vieille motte de Coz-Castel en Bourbriac (22). Son territoire monastique portera le nom de Minihy Briac, qui correspond à l’actuel Bourbriac. Puis il se retire dans un ermitage à Penity-Briac, avant de partir pour Rome. Il meurt en son monastère en 627 non sans avoir délivré de leur folie de nombreux pèlerins qui se pressaient devant son tombeau ; ceux-ci séjournaient dans une cellule proche, aux fenêtres barrées, et suivaient la messe. Son monastère aurait été brûlé par les Normands en 878, mais son tombeau et ses reliques furent préservés. Le saint est représenté, dans l’église paroissiale de Bourbriac en abbé, portant un long vêtement avec cagoule, recouvert d’un surplis ; à ses pieds gît un chien. Des gens qui arrivent en bande par la mer dans des bateaux de fortune et qu’on retrouve portant des cagoules… Vous, je ne sais pas mais moi…

Voilà pour notre rubrique « y’a pas que des anars en Bretagne ». Allez, portez vous bien et à demain peut-être.