Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 22nd, 2015

Page 1 de 1

845: Nevenoë…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la bretonnitude et du chouchenn chaud réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 22 novembre 2015, deuxième jour de Frimaire dédié au navet.

Skoulmet mat eo hirie chadenn ar goskoret                                      
kousket noz kousket de kalon ar vretoned.

« Aujourd’hui bien nouée, la chaîne des esclaves endort nuit et jour le cœur des Bretons. »

J’emprunte à Glenmor ces quelques vers de « La marche de Nominoë » pour se souvenir de la victoire des troupes bretonnes sur celles (franques) de Charles le chauve. Nous sommes un 22 novembre de l’an de grâce 845, dans la campagne de Ballon près de Redon. Celui que les historiens allaient nommer « Tad ar vro », le père de la patrie, venait de donner naissance à une Bretagne unifiée et indépendante. Pour nominoe2-179x300autant, il n’était pas roi mais Duc. C’est son fils Erispoë qui prendra le titre de roi, ce fut le premier et sans doute le dernier; par la suite, les souverains bretons porteront à nouveau et définitivement le titre de Duc. Vous me connaissez, je déteste les commémo, je hais toutes les guerres, j’exècre les nationalismes, je conchie les imbéciles heureux qui sont nés quelque part. Je ne veux en aucun cas rivaliser de ridicule avec George Sand qui écrivait en 1866 dans Promenades autour d’un village: « Le Tribut de Nomenoe (du Barzaz Breiz) est un poème de 140 vers, plus grand que l’Iliade, plus beau, plus parfait qu’aucun chef-d’œuvre sorti de l’esprit humain. {…} En vérité, aucun de ceux qui tiennent une plume ne devrait rencontrer un Breton sans lui ôter son chapeau. » Considérons donc qu’il s’agit ici d’un coup d’œil dans le rétro de l’histoire.

Nominoë, grand soldat et fin stratège, réussi à négocier le départ des guerriers venus du Nord après avoir pourtant subi trois défaites consécutives. En 851 était signé le traité d’Angers qui donnait à la Bretagne, le pays rennais, le pays nantais et le pays de Retz (je dis cela pour Jancyves), qui formaient auparavant la Marche de Bretagne. Par Nominoë_Dolce traité, la Bretagne incorporait en même temps une population d’origine gallo-romaine et franque de langue romane. Ce traité d’Angers délimitait les frontières de la Bretagne historique. Il mourut la même année près de Vendôme non sans avoir conquis le Maine et l’Anjou. On peut donc raisonnablement penser qu’il exista une « Bretagne » entre 845 et 1532 date du traité d’union avec la France. Était-ce un État, un royaume, une Nation ? Appartient elle aujourd’hui à cette liste de nations invisibles, nations fossiles et sans État comme disent certains historiens. Kurdes, Basques, Corses, Tsiganes, Amérindiens, Aborigènes, Catalans, Berbères, Bretons, Palestiniens, Touaregs, Bonis, Québécois, Tibétains, Ouighours etc… La question vaut d’être posée et débattue.

Bon allez, c’est pas tout, les jardins de Keramoal réclament une intervention d’urgence après le coup de vent de cette nuit, mon beau mimosa ne verra pas Noël, brisé net à hauteur d’homme… Allez, portez vous bien et à demain peut-être.