Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 4th, 2015

Page 1 de 1

Arrête ton char…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la Démocratie et des praires farcies réunies, bonjour ! Nous chars Budapestsommes le Mercredi 04 Novembre 2015, 14è jour de brumaire, dédié à l’endive. Mais, le 04 novembre pour les Républicains n’est pas seulement le jour de l’endive, ni la date anniversaire de la naissance de votre serviteur, c’est surtout un triste souvenir de cette journée de 1956 qui vit les chars soviétiques mater dans le sang les espoirs du peuple Hongrois. 12 années plus tard je me trouvais à Prague lorsque… Les mêmes chars !

Rétro:

4 juillet 1953
Investiture du nouveau chef du gouvernement Imre Nagy. Communiste modéré, ce dernier lance un programme économique moins strict, mais qui va trop loin dans la libéralisation (arrêt de la collectivisation de l’agriculture, libération des détenus politiques). Son gouvernement n’y survit pas.
Avril 1955
Imre Nagy est destitué et les partisans de la ligne dure, Mátyás Rákosi en tête, reviennent au pouvoir.
Février 1956
Le discours de Khroutchev, qui dénonce les crimes de Staline, lors du XXè Congrès du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS), déclenche une véritable onde de choc dans les pays du bloc soviétique. Les partisans de Nagy se sentent encouragés dans leur opposition.chars dans les rues
Des intellectuels, des étudiants, des artistes, de jeunes communistes, de nombreux « révisionnistes » bannis du cercle du pouvoir par Staline, réunis dans le Cercle politique Petöfi, se regroupent autour de Imre Nagy. Le mouvement dépasse les cercles de l’intelligentsia et gagne en force. Les travailleurs se joignent aux étudiants. Les événements qui se déroulent en Pologne – grèves ouvrières de Poznań (juin 1956), réhabilitation de Wladislaw Gomulka – auront eu une incidence sur le mouvement de contestation. Le mécontentement populaire s’amplifie.
23 octobre 1956
La foule s’entasse devant le Parlement après avoir manifesté massivement. Les coups de feu partis de l’édifice de la Radio déclenche irrémédiablement l’insurrection armée. Dans la nuit, les dirigeants du Parti rappellent Imre Nagy à la tête du gouvernement et demandent aux forces Soviétiques de rétablir l’ordre. Les insurgés s’attaquent aux chars soviétiques qui tentent en vain d’investir par la force les rues de la capitale.
28 octobre 1956
Sous la conduite d’Imre Nagy se met en place un gouvernement de coalition, qui demande le retrait des troupes soviétiques. Moscou répond favorablement à cette requête.
30 octobre 1956
Le nouveau gouvernement légal de Nagy va dans le sens de l’indépendance de la Hongrie – et son retrait du Pacte de Varsovie. La Révolution semble alors avoir vaincu. Les anciens partis politiques réapparaissent et de nouveaux partis sont crées. Budapest vibre de ferveur démocratique et d’effervescence politique. Mais pour l’URSS, la situation est intolérable.
4 novembre 1956
Les forces soviétiques répriment le soulèvement avec une grande stalinecruauté. Les combats durent jusqu’au 11 novembre et certaines poches de résistance tiennent encore quelques semaines de plus. Les puissances occidentales ne réagiront pas. Les Français et les Anglais sont alors empêtrés dans le conflit de Suez. Le soutien ne viendra pas non plus, ni de la Pologne, ni de Tito. La révolution anti-totalitaire se termine dans un bain de sang et de répression.
Juillet 1958
Transféré en Roumanie par les soviétiques, Nagy est sommairement jugé pour trahison et pendu. Il faudra attendre trente ans pour que tombe le mur.

Voilà pour l’histoire, billet un peu long mais, comme disait mon aïeule, je n’ai pas eu le temps de faire plus court. Merci de votre visite. Portez vous bien et à demain peut-être.