Vous lisez actuellement les articles publié le octobre 23rd, 2015

Page 1 de 1

La belle et l’abbaye…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la relativité et de l’omelette aux cèpes réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 23 octobre 2015, deuxième jour de Brumaire, d247f641f9_Arbre-feuille-caduque_Haute-Bretagne-CC-by-nc-2dédié, qui l’eut cru, au céleri. C’est rien de le dire, encore moins de l’écrire mais, il pleut sur Brest et, il vente aussi mais, madame Michu, le fond de l’air n’est pas frais pour la saison. Non, à la vérité, à l’heure où j’écris ces lignes, il fait très beau. Mon aïeule, adepte de la ceinture Gibaud et qui avait un proverbe pour chaque jour, me l’a dit maintes fois: Octobre ensoleillé, décembre emmitouflé. Ce 23 Octobre 2015 est en réalité le Mercredi 18 Haha 143 Nativité de Sa Magnificence le baron Mollet (*St Pipe) chez les pataphysiciens, alors que par ici, on célèbre les Constanz, fondatrice de l’abbaye de Bon-Repos au 12e siècle, épouse d’Alain III, petite-fille d’Ermengarde d’Anjou que j’ai évoqué ici récemment.

L‘abbaye Notre-Dame-de-Bon-Repos (en breton abati an Diskuizh Mat) est situé sur la commune de Saint-Gelven dans le département des Côtes-d’Armor, en région Bretagne. C’est une abbaye cistercienne fondée en 1184 par le vicomte Alain III de Rohan et son épouse Constance de Penthièvre de Bretagne, en forêt de Quénécan. La 300px-NDduBonRepospremière communauté l’occupant venait de Savigny. Elle se trouve le long du Blavet, également canal de Nantes à Brest à cet endroit. La fondatrice de l’abbaye de Bon Repos, Constance de Bretagne-Penthièvre, était la marraine de Constance, duchesse de Bretagne, épouse du jeune Geoffroi II. Elle était d’autre part la petite-fille d’Ermengarde d’Anjou, fondatrice des abbayes de Fontevrault en Anjou, et de Langonnet en Morbihan. Sœur d’un roi de Jérusalem qui fit beaucoup pour les Templiers, Ermengarde, elle-même duchesse de Bretagne et veuve, avait pris le voile. A près de 50 ans, elle accompagna son fils à la deuxième croisade. Elle retourna en Palestine dix ans plus tard et certains historiens pensent qu’elle a pu finir sa vie à Jérusalem comme moniale du couvent de sainte Anne.

A proximité, dans les landes de Liscuis règne encore le mystère des allées couvertes. Classées monument historique depuis 1958, elles forment un ensemble de trois allées couvertes distantes les unes des autres liscuis31d’une cinquantaine de mètres, et qualifiées par les archéologues de nécropole. Vieilles de 5000 à 7000 ans, elles sont construites autour d’une chambre sépulcrale accessible par un couloir. L’ensemble est recouvert à l’origine d’un grand amas de terre et de roches, appelé tertre, ou cairn, qui a été en grande partie emporté par l’érosion.

En plein cœur de la forêt de Quénécan, à 5km du Liscuis, se niche le site des Forges des Salles, un ancien village sidérurgique créé en 1623 1366107394-22-Perret-les-Forges-001par la célèbre famille des Rohan. Spécialisée dans la fabrication de la fonte, cette ancienne forge à bois est ouverte au public et il est possible de visiter la plupart des bâtiments dont certains sont encore habités. Les logements des forgerons, le logis du maitre des Forges, la cantine,  l’école, les jardins en terrasse, le village est resté intact depuis l’extinction de son haut fourneau en 1877.

Et voilà, je me laisse encore aller à jouer à l’office de tourisme. Mais bon, si vous êtes dans le coin, c’est le bon moment pour les champignons en forêt de Quénécan. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.