Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 11th, 2015

Page 1 de 1

Je viens pour le gaz…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la marine à voiles et des légumes à la vapeur réunis, bonjour ! Nous voici le vendredi 11 septembre 2015, 25è jour de Fructidor, que nos amis républicains, à court d’idées probablement, avaient dédié à l’écrevisse.
Aujourd’hui, j’attends Madeleine comme le chantait J. BREL. En vérité j’attends le gazier, enfin le gars qui relève les compteurs. Heure estimée d’intervention: »entre 13h et 17h », ce qui laisse une certaine marge d’incertitude tu l’avoueras, géniallissime lecteur. Or donc j’attends, non pas la petite camionnette bleue de nos ancêtres et le edfgdf200105012pékin avec sa casquette sur laquelle s’étalait fièrement et en lettres d’or son appartenance à la communauté nationale, que dis-je, au patrimoine national… Électricité et Gaz de France. Que nenni! Il y a belle lurette que ce ne sont plus des fonctionnaires qui accomplissent cette noble tâche qui consistait à suivre de près la consommation de nos concitoyens et qui en profitaient pour vérifier leurs goûts en matière de boissons issues des différents pays de la communauté européenne. Ah, qui saura dire toute la poésie du service public…

Oui je sais, le 11 septembre, les twin towers, Manhattan, ground zéro,etc… Mais pour moi, le 11 septembre restera à jamais ce jour funeste où les sbires de Pinochet épaulés par les mens in black de la CIA et sous la houlette de Augustin Edwards Eastman, l’homme le plus riche du chili, ont mis un terme à l’expérience démocratique menée par pinochetSalvador Allende au Chili. C’était en 1973. La junte militaire proclame l’état de siège dans tout le pays et dissout les partis. Dans les jours qui suivent, 45.000 personnes suspectes de sympathies marxistes sont raflées et concentrées dans le sinistre stade de Santiago. Trois mille d’entre elles disparaissent tragiquement dans les geôles militaires ; beaucoup sont torturées avant d’être exécutées de diverses façons comme d’être lâchées du haut d’un avion dans l’océan ! 200.000 Chiliens se sentant menacés prennent les chemins de l’exil. Ce déchaînement de violence sadique vaudra un quart de siècle plus tard une inculpation de crime contre l’humanité à Augusto Pinochet. Voila l’histoire pour les petits nenfants qui croient encore que les garçons naissent dans les choux, les filles dans les roses et les démocraties dans les urnes.

Allez, je m’arrête là car, non seulement j’attends le gazier mais aussi l’électricien et sa dame, tous deux Nantais et fidèles lecteurs de ce blog. La suite plus tard; portez vous bien et à demain peut-être.