Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 5th, 2015

Page 1 de 1

Allez dire à la ville…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la tradition et de la galette saucisse réunies, bonjour ! Nous sommes le samedi 05 septembre 2015, autant dire le 19 de fructidor qui était intelligemment dédié à la tagette. Mais non, pas la cagette tagettemadame Michu. La tagette est une sorte d’oeillet d’Inde de la famille des astéracéaés. On dit aussi Tagète car son nom viendrait de Tagès qui était, chacun s’en souvient, le petit fils de Jupiter. Il s’agit d’un dieu Etrusque adopté par les Romains; Il sortit un jour d’une motte de terre, sous la charrue d’un laboureur, aux environs de Tarquinia. Sa taille était celle d’un nain, mais, dès sa naissance, il fit entendre des paroles d’une profonde sagesse : c’est lui qui enseigna aux Étrusques la divination.

Si seulement celui là pouvait nous aider à comprendre à quelle sauce nous allons être mangé… Personnellement, en bon cénobite, je me suis retiré quelques heures sur les hauteurs des monts d’Arrée, comme en méditationtémoigne la photo ci-contre, pour méditer quelque peu. Aussitôt, me sont revenu en mémoire ces vers de Xavier Grall: « J’aimerais vous montrer les monts chauves de l’Arrée, les sentiers blancs qui conduisent à des manoirs poignardés, les chemins qui s’enroulent autour des hameaux bleus. C’est un pays de brumes et de vents en bataille, avec des toponymes aussi fluides que des ondées, aussi sonores que des gongs ». je crois que ça se trouve dans: Les vents m’ont dit aux éditions Calligrammes.

Je contemplais le Yeun-Elez et les tourbières du Youdig que la tradition bretonne considère comme une des portes de l’enfer et j’attendais que le mont saint Michel de Braspart s’ouvre et découvre un saint de pierre aux prédictions fabuleuses comme il le fait tous les mille ans… Je ne devais pas avoir choisi la bonne date. J’abandonnais donc Tuchenn 220px-View_along_Monts_dArrée_1Kador pour m’en retourner vers mon ermitage sans avoir entrevu la moindre petite idée de notre proche destin. C’est alors qu’un korrigan grimaçant (oui, le korrigan est grimaçant) me tira par le bas de la bure et s’adressant à moi dans un breton des plus académiques me tint à peu près ce langage (La Fontaine n’a qu’à bien se tenir): « c’est pas pour me vanter mais, m’est avis que vous êtes mal barré… » je vous livre là la traduction bien entendu.

Allez, que cela ne vous empêche pas de visiter Les cénobites tranquilles chaque jour que fait le bon diable. En attendant portez vous bien et à demain peut-être.