Vous lisez actuellement les articles publié en juillet 2015

Page 2 de 2

Les jambes à son coup et la tête dans les mains…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la tradition et du corned beef réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 21 juillet 2015 et, si on continue à cette allure là, vous allez voir qu’on va se retrouver en août sans y prendre garde. C’est le 3è jour de thermidor dédié au melon. En Bretagne, il est dédié à sainte Triffin : Trifina (ou Trivina) ce Vallée_des_Saints_18-300x225nom apparaît comme la forme féminine de Trivin, il pourrait dériver d’un terme apparenté au gallois triw, « vrai, exact,  fidèle ». Fille de Waroc, comte de Vannes au 6e siècle, elle épouse le tyran Conomor, comte du Poher et régent de la Domnonée. Ayant appris qu’elle attendait un enfant, il la décapite. Mais, on ne décapite pas une sainte comme on décapsule une Kronenbourg et, Ressuscitée par Gweltas (St Gildas de Rhuys), les jambes à son cou et la tête dans les mains, elle se réfugie à la cour de son père et  s’en ira fonder un monastère à Vannes où elle se retire. Elle a bien entendu sa statue dans la vallée des saints à Carnoët.

Le 21 juillet 1931 voit la disparition d’Emile Pouget, créateur du Père peinard. Voici un extrait d’un article de Emile POUGET paru dans « l’almanach du père peinard » en 1898. Ce petit texte qui veut nous expliquer ce qu’est le sabotage nous dévoile aussi avec verve et talent la façon dont on s’exprimait dans le monde ouvrier industriel de la fin du 19ème siècle. Le mot sabotage vient donc de sabot: Celui là même que l’on jetait dans une machine pour la mettre en panne. « Le SABOTTAGE est une riche binaise qui, d’ici peu, fera rire jaune les capitalos. L’idée du SABOTTAGE ne restera pas à l’état de almanachrêve bleu : on usera du truc ! Et les exploiteurs comprendront enfin que le métier de patron commence à ne plus être tout rose. Ceci dit, pour les bons bougres qui ne sauraient pas encore de quoi il retourne, que j’explique ce qu’est le sabottage. Le sabottage, c’est le tirage à cul conscient, c’est le ratage d’un boulot, c’est le grain de sable roublardement fourré dans l’engrenage minutieux pour que la machine toussote, c’est le coulage systématique du patron… Tout ça pratiqué en douce, sans faire de magnes, ni d’épates. A supposer, par exemple, un grand bagne dont le patron, tout par un coup, a une lubie accapareuse,  soit qu’il ait une nouvelle maîtresse à entretenir, soit qu’il guigne l’achat d’un château… ou autre fantaisie qui nécessite de sa part une augmentation de bénéfices. Donc, voilà le sabottage chouettement défini : à mauvaise paye, mauvais travail! » Avis à Arcelor, PSA, Good year, Petroplus Virgin et consorts. C’est pas ragaillardisant ça ?

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

Barcelone…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , ,

Amis de la pensée libertaire et de la tisane réunies, bonjour ! Après une courte interruption pour cause de vacances ibériques et de flemmingite aigüe, ce blog reprend force et vigueur. Nous voici le lundi 20 juillet 2015 c’est à dire le 2 de Bouillon_blanc-225x300thermidor qui est comme chacun le sait le jour du bouillon-blanc. C’est une plante appelée Molène (rien à voir avec notre ile du ponant). La molène est sans doute l’une des plus anciennes plantes médicinales au monde. Ses fleurs entrent dans la composition de la célèbre tisane des quatre fleurs utilisée de longue date et de nos jours encore. En fait on devrait dire des sept fleurs: mauve, guimauve, gnaphale, tussilage, coquelicot,violette et bouillon-blanc. Le bouillon-blanc seul en infusion est également réputé pour résorber les petites irritations anales. Alors, ça vous chatouille ou ça vous gratouille ? A noter que les espagnols la nomment Gordolobo, mot à mot gros loup, en fait déformation du latin populaire coda lupi « queue de loup ».

Or donc, vous le savez maintenant, ma fiancée m’a entraîné et trainé, jusqu’en Catalogne au prétexte de mener une étude comparative des sangrias, paellas et autres zarzuellas. Et bien non, la Catalogne ce n’est pas seulement Dali et Gaudi, Costa-Brava et séguedilles ! Si dans la moiteur étouffante d’un après-midi de juillet, au fond d’une ruelle en ruine de Corbera Corbera-de-Ebred’Ebre, vous croisez un chien (Andalou) efflanqué, voyez-y l’âme errante de Durruti, d’Ascaso, de Benito Navarro ou bien encore de Puig Antich à moins que se ne soit celle de Carles Fonserè en compagnie de Lucia Sanchez Saornil… La liste serait trop longue si il fallait citer tous ceux qui ont écrit ici, en lettres de sang, l’histoire de l’anarchisme espagnol. Dans ce village écrasé par les bombes, ne subsistent que 26 lettres construites avec les pierres des anciennes maisons, chacune assortie d’un poème et dont l’ensemble forme l’ Abecedari de la libertad.

Durant l’été 1938, Franco est en passe de réussir à couper le territoire républicain en deux parties. Dans la nuit du 25 au 26 juillet, l’armée de l’Èbre franchit le fleuve en plusieurs points et s’enfonce rapidement en territoire franquiste. Cette colonneoffensive constitue le dernier espoir de la République. Mais malgré quelques succès la situation va tourner en faveur des troupes de Franco. L’assaut final sera lancé en octobre sur la serra de Cavalls et la bataille s’achèvera en novembre. En arrivant de Tortosa par la route, le décor dramatique et tourmenté des terres longeant l’Èbre permet d’imaginer sans peine la difficulté des combats; on évoque 150 000 morts. Non, madame Michu, la Catalogne ce n’est pas seulement la Sagrada Familia et le palais Güell…

Allez, ravi de vous retrouver, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Le temps passé…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’universalisme et du double cheese-burger réunis, bonjour ! Nous sommes le jeudi 02 juillet 2015, 14è jour de messidor et c’est la lavande qui est à l’honneur dans le calendrier républicain. L’actualité est dense cette semaine, la pasquachienlit en Grèce, la canicule, la mort de Pasqua, le prix des langoustines, Wimbledon, et tutti quanti… Mais c’est quand même la disparition du corse qui retient mon attention et surtout, le concert de louanges qui accompagne son départ. Décidément, les morts sont tous des braves types comme disait si bien le grand Georges.

En effet, ce brave type à participé à toutes les barbouzeries de la 5è: depuis la création du Service d’Action Civique (SAC) milice ou police parallèle créée à l’origine pour constituer une « garde de fidèles » dévouée au service inconditionnel du général après son retour aux affaires en 1958 jusqu’aux répressions sanglantes (rappelez vous de Malik Oussekine) en passant par les trafics d’armes avec la Françafrique. Véritablement, un monsieur peu fréquentable qui ne mérite certainement pas qu’un premier ministre, ni de droite ni de gôche (peut-être droche) lui rende un hommage appuyé dans l’hémicycle. Mais, bof, voici l’heure des vacances et, quand vous lirez ce billet, je m’envolerai pour d’autres horizons… Si la grèves des contrôleurs le permet. Portez vous bien et à la semaine prochaine.

Je suis un mécréant…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la libre pensée et du corned beef réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 1er juillet 2015 c’est à dire le 13 de Messidor, jour habituellement consacré à la giroflée et non pas au clou de girofle comme voudrait nous le faire croire quelques arracheurs de dent. D’autres voudraient nous faire croire à la guerre de civilisations avec d’un côté des blancs occidentaux, propres sur eux, cultivés et plein de savoir-vivre et de l’autre des barbares barbus qui tuent qui décapitent et qui violent. Oyez donc cette petite histoire…

Le 1er juillet 1766,   à Abbeville (dép.de la Somme). Jean-François LEFEBVRE, Chevalier DE LA BARRE, est supplicié   (langue coupée, puis décapité) à   l’âge de 19 ans, crbst_La_20Barrepour avoir refusé de saluer une   procession religieuse. C’est le bourreau Sanson qui lui coupera la tête. Il deviendra un symbole de la « Libre  Pensée ». Enfin, il est condamné à être brulé avec « le dictionnaire philosophique » de Voltaire accroché à sa poitrine. Voltaire qui écrira à ce sujet « le cri d’un sang innocent ». Cela m’a fait penser à cette magnifique chanson de Reggiani: Ma liberté.

C‘est en 1897 qu’un collectif de libres penseurs obtiendra l’érection d’une statue à Montmartre. Un autre à Abbeville rappelle son   martyre. Financé sou par sou par une souscription de 100 000 billets de tombola à 25 centimes, le MONUMENT LA BARRE, fut inauguré le 7 juillet 1907, par 15 statue000 manifestants, venus à Abbeville par trains entiers. A noter que la première statue parisienne ayant   été fondue par les nazis durant la guerre 39-45, une nouvelle statue, différente de la première, a  été inaugurée récemment. Si vous vous promenez à Paris vous découvrirez une petite rue Chevalier De La Barre qui jouxte le Sacré-Coeur à Montmartre. Amusant non ! Le chevalier De La Barre reste un symbole pour tous les libres penseurs, athées, anticléricaux et autres mécréants amoureux de la liberté de penser dont votre serviteur se réclame.

En souvenir de Giordano Bruno ou du chevalier de la Barre, je revendique le droit à railler, moquer, éreinter, critiquer, vilipender, toutes les religions. le cénobite, libre penseur, wolinathée, anticlérical, bref, mécréant; revendique le droit au blasphème comme inaliénable et constitutif de son état de citoyen libre. Que tous ces bigots retournent dans leurs églises, mosquées, synagogues et autres temples et arrêtent de nous les briser menu avec leurs fatwas, leurs excommunications, et leur terrorisme anti-républicain. Au nom de la liberté de conscience, je ne me sens pas concerné par la notion de blasphème et je demande aux intégristes de remettre leur fatwa dans leur turban et de me foutre une paix royale…

Voilà, portez vous bien et à demain peut-être; je dis peut-être car la maison va fermer pour cause de vacances et ne rouvrira ses colonnes qu’une semaine plus tard, le 09 ou le 10 juillet.