Faut qu’ça saigne…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de mes amis et du petit salé aux lentilles réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 22 juillet 2015 qui correspond au quatrième jour de Thermidor c’est à dire au jour consacré par le calendrier républicain à l’ivraie. Mais le 22 Juillet 2015 est en réalité le Lundi 9 Tatane 142 Sts Écrase-Merdre, sectateurs dans le calendrier de pataphysique. Séparer le bon grain de l’ivraie… C’est quelque part dans les évangiles mais j’avoue que je ne me souviens pas à quel endroit (Matthieu peut-être). L’ivraie est une plante très commune de la famille des files-fichier_3055-satan-semant-l-ivraie-c-felicien-rops-c-musee-royal-de-mariemontgraminées, utilisée comme fourrage et autrement nommée « Ray-grass ». L’ivraie enivrante, Lolium temulentum, est la seule graminée dont les graines sont toxiques pour l’homme. Consommées en petite quantité, elles induisent des effets comparables à l’ivresse, d’où son nom populaire. C’est sans doute ce qui faisait dire à mon aïeule, toujours à l’affût d’un jeu de mots pourri: qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivraie… De caisse d’épargne évidemment ! répondait aussitôt quelqu’un d’encore plus influencé par l’almanach Vermot. (L’illustration représente un tableau de Félicien Rops: Satan semant l’ivraie) Et puis tiens, histoire de vous permettre de vous présenter à « questions pour un champion ». Saviez vous que les terrains de tennis « gazonnés » sont semés d’ivraie; notamment celui de Wimbledon. Ils sont aussi semés d’embûches ce qui explique la défaite des français en coupe Davis. Amusant non ? Je crois que c’est Isaac Asimov (Fondation) qui disait:  « le calembour est la forme la plus noble de l’esprit ». J’ai la faiblesse de croire qu’il ne disait pas que des bêtises…Il en écrivait aussi ! Bon d’accord, je m’arrête là (et las) après tout, c’est encore les vacances, je dois aller faire les commissions et, de ma fenêtre j’aperçois les tracteurs de nos pauvres éleveurs engraissés aux subventions européennes qui défilent direction Brest. Faut qu’ça saigne !

Allez, merci de votre indulgence à l’égard de l’auteur, portez vous bien et à demain peut-être.

2 commentaires

  1. babelouest

    Pleine forme, not’cénobite ! Et puisque Brest c’est du tonnerre comme les Para du même nom, j’invite les Bretons à goûter au soleil, eux qui ont la chance de ne pas connaître un autre temps, ou presque.

    Et hop !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).