Quand on s’aime dans la luzerne…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la parité bien ordonnée et du café cognac réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 20 Mai 2015, premier jour de Prairial dans le calendrier républicain et, en réalité, le mardi 03 Merdre 141 St Siège, sous-pape dans celui de la Pataphysique. Le mois de prairial était le neuvième mois du calendrier républicain français. Il correspondait, à quelques Prairialjours près (selon l’année), à la période allant du 20 mai au 18 juin du calendrier grégorien. Il tirait son nom « de la fécondité riante & de la récolte des prairies de mai en juin », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II (24 octobre 1793) par Fabre d’Églantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Quel poète ce Fabre… Et c’est donc le jour de la luzerne, appelée aussi le sainfoin (celui là n’aura pas sa statue à Carnoët) très appréciée par nos amis les bêtes, il parait que c’est plein de protéine et de carotène. Par ailleurs, un ami écolo me demande de préciser que la luzerne déshydratée remplace avantageusement les tourteaux de soja importés et aux origines douteuses (OGM), voila, j’ai fait ma b.a.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Tout à fait autre chose…

François Hollande a suscité beaucoup d’espoirs dans l’ancienne colonie en annonçant qu’il viendrait à Haïti s’acquitter de la dette française. Des espoirs rapidement douchés quand l’entourage de François Hollande a précisé qu’il s’agissait d’un acquittement moral de la dette et non financier. Et pourtant, au XIXe siècle, Haïti, première république noire de l’histoire, a dû, pour obtenir sa reconnaissance sur la scène diplomatique, payer des indemnités aux anciens colons français pour compenser leur perte de revenus. Une somme estimée toussaintaujourd’hui à 17 milliards d’euros que beaucoup d’haïtiens voudraient récupérer. Et bien rendons hommage à une grande figure de la révolution haïtienne. C’est un 20 mai en 1746 que naît Toussaint Louverture. En août 1791, les esclaves de la plaine du Nord se révoltent suite à la cérémonie de Bois-Caïman (voir les dernières BD de Bourgeon). Toussaint Bréda devient aide-de-camp de Georges Biassou, commandant des esclaves qui, réfugiés dans la partie orientale de l’île, s’allient aux Espagnols qui l’occupent pour renverser les Français esclavagistes. Toussaint est initié à l’art de la guerre par les militaires espagnols. À la tête d’une troupe de plus de trois mille hommes, il remporte en quelques mois plusieurs victoires. On le surnomme dès lors « louverture ».

Le 29 août 1793, Toussaint lance sa proclamation où il se présente comme le leader noir : « Frères et amis. Je suis Toussaint Louverture ; mon nom s’est peut-être fait connaître jusqu’à vous. J’ai entrepris la vengeance de ma race. je veux que la liberté et l’égalité règnent à Saint-Domingue. Je travaille à les faire exister. Unissez-vous, frères, et combattez timbreavec moi pour la même cause. Déracinez avec moi l’arbre de l’esclavage. » Toussaint Louverture est souvent présenté comme le créateur de la première République noire au monde. C’était néanmoins un furieux opportuniste qui s’allia dans un premier temps avec les Espagnols puis avec les Français, dénonçant l’esclavage puis, en 1800, reconduisant le travail forcé des noirs sur les plantations. Deux années plus tard, Bonaparte organise l’expédition de Saint Domingue, 20 000 hommes sont envoyés dans les iles, l’ordre est rétabli et…L’esclavage aussi ! Toussaint Louverture est emprisonné au fort de Joux dans le Doubs ou il mourra en avril 1803.

Allez, que la force soit avec vous, je vous salue et vous remercie de votre visite. Portez vous bien et, à demain peut-être.

Un commentaire

  1. babelouest

    Eh bien Erwann, je ne connaissais pas Louverture sous cet aspect opportuniste… ce qui nuance l’estime que je pouvais avoir envers lui.

    Passe une bonne journée, ça tombe bien, le soleil est là.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).