Vous lisez actuellement les articles publié le avril 19th, 2015

Page 1 de 1

Les murs ont des oreilles…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis de la rubrique à brac et du fourre-tout réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 19 avril 2015, trentième et dernier jour de Germinal dédié au greffoir. En effet nous allons entrer dans Floréal qui devrait permettre à Keramoal de se parer de toutes ses couleurs. Déjà, le cerisier du Japon en rosit de licornebonheur, les camellias avaient pris de l’avance et les « roz-kaouled » (hortensias en bas breton) s’apprêtent à ceinturer le parc de leur bleu iroise. Le forsythia apporte son flamboyant jaune d’or au milieu d’une pelouse fraichement tondue et toutes les petites primevères, pensées, jonquilles et autres dont j’ignore le nom offrent au regard du visiteur une vision enchanteresse comme ces tapisseries « millefleurs » qui firent le renom des ateliers d’Aubusson. Ici, la licorne captive symbole de la pureté prisonnière du temps… Les initiés sauront y reconnaitre nombre de symboles très prisés en cette période médiévale.

Je souhaitais glisser entre ces lignes mon grain de sel à propos de la loi sur le renseignement et je suis tombé sur ce billet de Napakatbra que je vous soumets intégralement.

«Oyez, oyez citoyens ! Devant l’Assemblée Nationale, pour défendre son très contesté projet de loi Renseignement, le ministre de l’Intérieur a – le plus simplement du monde – clamé que la vie privée ne constituait point une liberté. Aïe… liberte-4Les contestataires de la loi Renseignement n’avaient donc rien compris au Droit international : selon Bernard Cazeneuve, « il n’y a aucune disposition dans ce texte de loi qui soit attentatoire aux libertés, qui remette en cause la liberté d’aller et venir, qui remette en cause les libertés individuelles ou collectives… aucune. Aucune, aucune, aucune. Si vous voyez un article de ce texte de loi qui remet en cause les libertés, vous me dites où il se situe. En revanche, il y a des dispositions qui peuvent être considérées comme mettant en cause la vie privée, et le Droit à la vie privée« . Aussi simple que ça. Liberté, je crie ton nom…

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Et tant pis si l’article 12 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 indique que « Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi murs oreillecontre de telles immixtions ou de telles atteintes ». Disposition confirmée par l’article 8 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales. Et, s’il en était besoin, par l’article 9 du Code civil qui précise que : « Chacun a droit au respect de sa vie privée ». Ce qui élève bien évidemment la vie privée au rang de liberté. D’autant que, comme l’a relevé Numerama, le Conseil constitutionnel a été amené à se prononcer sur la question : « la liberté proclamée par l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 implique le respect de la vie privée ».
Il aura mal lu la notice »

Et voila, j’aurai pas mieux dit. Allez, portez vous bien, tant que c’est encore possible, et à demain peut-être.