Vous lisez actuellement les articles publié le avril 13th, 2015

Page 1 de 1

Les fées des houles…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , ,

Amis du cinémascope et de la cotriade réunis, bonjour ! Nous sommes donc le lundi 13 avril 2015 et, c’est pas des salades, c’est le jour de la roquette. C’est aussi le jour de la « Giennoise », fidèle lectrice de ce blog et vieille amie (c’est pas qu’elle soit vieille mais amie, oui), et je vous invite à vous Goblinsjoindre à moi pour lui souhaiter un excellent anniversaire en attendant de pouvoir le faire par voie orale heu, non, je veux dire de vive voix… Bon, c’est pas pour me vanter mais… Il fait beau et l’ermitage résonne encore des cris des petits n’enfants qui batifolaient ce samedi sur les pelouses au risque de déranger les fées qui y ont élu domicile. Méééé naaaan, j’déconne ! Quoique; en Bretagne, les fées occupent une place particulière avec mes amis korrigans comme celui-ci issu d’un atelier sur les bord du Trieux.

Tenez, par exemple:

Les fées des houles sont des fées bretonnes, propres à la côte de la Manche qui s’étend de Cancale à Tréveneuc en Haute-Bretagne, et à l’île de Guernesey. Elles vivraient dans les grottes et cavernes côtières nommées houles. Réputées livre F. Morvanmagnifiques, immortelles et très puissantes, elles sont sensibles au sel. Plutôt bienveillantes, les fées des houles décrites par les récits locaux vivent en communauté, s’occupent à leur lessive, à cuire leur pain ou à garder leur troupeau, se marient avec des féetauds et sont servies par des lutins guerriers nommés les Fions. Elles viennent en aide de multiples façons aux humains qui le leur demandent, fournissant de la nourriture et des objets enchantés, mais se fâchent si l’un d’eux leur manque de respect ou acquiert le pouvoir de voir leurs déguisements sans leur accord.

Les collectes de Paul Sébillot, en langue française et gallèse, ont permis de rassembler une cinquantaine de contes et de fragments de légendes évoquant ces créatures. Les fées des houles, considérées comme des « semi-divinités », ont probablement été vénérées localement par les Hauts-Bretons. La croyance a beaucoup reculé au XIXe siècle, sous l’influence religieuse du christianisme et celle des hussards de la dées des houles droiteRépublique, les maîtres d’école. Les récits collectés évoquent eux-mêmes la disparition de ces fées, souvent en conséquence de la perte de leur immortalité et de leurs pouvoirs.  Contrairement à ce que leur nom laisse à penser, les fées des houles ne doivent pas celui-ci à un lien avec les vagues de la mer, mais plutôt au nom donné aux cavernes et grottes maritimes sur les falaises de la côte nord de Haute-Bretagne, « houles » ou plus rarement « goules ». Paul Sébillot dit que ce nom est de langue française, mais il précise aussi une origine « du pays gallo ». Il est pour lui assez difficile de déterminer l’étymologie du mot « houle », qui vraisemblablement ne vient pas du breton. Selon lui et Françoise Morvan, c’est le mot anglais « hole » (trou) qui s’en rapproche le plus, puisqu’il a la même signification. Il note également un rapprochement avec les Laminak basques, qui ont des affinités avec les fées des houles.

Elles sont le plus souvent décrites comme de grandes et belles dames blondes. La plupart des fées des houles sont vêtues de toile grise. Quelques-unes s’apparentent à de vieilles fées de type groac’h, adeptes des métamorphoses et dont le rôle est plus obscur. Devenues vieilles, elles sont plus rabougries et se Fée_des_Houlescouvrent de goémon. Les fées des houles sont facilement visibles de tous pendant la nuit, mais pendant la journée, seul un humain doué de clairvoyance serait capable de les voir sous tous leurs déguisements. La grotte de Saint-Énogat, bien connue des baigneurs de Dinard à son époque, s’appelle aussi la « Goule-ès-Fées ». Une légende populaire de Plévenon raconte que les fées des houles du cap Fréhel lavent leur linge à la mare de Gaulehen, au milieu de la lande aride. Elles étendent leurs linges qui sont les plus blancs qu’on puisse voir, sur les gazons qui l’entourent. Celui qui pourrait arriver jusque-là sans remuer ses paupières aurait la permission de s’en emparer ; mais aucun de ceux qui ont tenté l’aventure n’a pu réussir. Dès qu’ils remuent les paupières, le linge devient invisible.

Aujourd’hui, on lave de moins en moins son linge sale en famille; on préfère l’étaler dans Closer, Gala et Voici. Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.