Vous lisez actuellement les articles publié le avril 5th, 2015

Page 1 de 1

Un si gentil garçon…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, ,

Amis des Pâques irlandaises et du carpaccio parmesan réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 05 avril 2015, 16è jour de germinal dédié à la laitue et on me souffle dans l’oreillette que c’est Pâques alors que pour la pataphysique, ce jour est celui de la sortie d’A. Dürer, hermétiste. Il va sans dire que ce qui suit n’a rien à voir avec ce qui précède et que, bien évidemment, ceci n’explique pas cela ni ne le justifie, toutes choses égales par ailleurs (formule magique).

Les cathos bretons eux,  célèbrent Visant, Canonisé en 1455 par Calixte III, il est invoqué contre l’épilepsie et le mal de tête : Vincent Ferrier, prêtre dominicain espagnol né en 1350 près de Valence (Espagne), célèbre pour ses prédications publiques. Son charisme et son influence populaire sont tels StVisantqu’il devient un personnage-clé dans les troubles politico-religieux liés au Grand Schisme d’Occident. Proche de Pedro de Luna, alors cardinal et futur Benoît XIII, Vincent Ferrier se rallie tout d’abord à la papauté d’Avignon, rejetant la légitimité d’Urbain VI dans son traité De moderno ecclesiae schismate. Il devient par la suite confesseur de Benoît XIII, désormais antipape et figure emblématique de la résistance à Rome. Mais, dans un souci d’union de l’Église, il finit par se résigner à abandonner la cause de Benoît pour reconnaître le pape romain. Son acte de renonciation officiel intervient en 1416, à l’époque où le Concile de Constance s’emploie à mettre fin au Schisme.

Infatigable prêcheur et évangélisateur de l’Europe pendant vingt ans, de 1399 à sa mort, il parcourt l’Espagne, l’Italie, la 28143-St-Vincent-Ferrier-TOUR-du-PARCSuisse, et va même jusqu’en Écosse. On lui prête le don des langues, au vu de sa capacité à communiquer avec tant de peuples différents. En dehors des questions papales, son rôle politique est particulièrement important en Espagne, où il aide Ferdinand de Castille à accéder à la couronne d’Aragon dans un contexte de succession difficile. Il y est aussi connu pour avoir dirigé les massacres qui ont amené l’appropriation d’une synagogue de Tolède puis sa transformation en l’église Santa Maria la Blanca. Un gentil garçon quoi ! Il va parcourir tout le Sud de la Francesanta-maria-la-blanca avant d’être appelé en Bretagne en 1418 par Jean V, le Duc de l’époque. Il sillonne pratiquement toute la province de ville en ville pendant près de deux ans et revient à Vannes (56), épuisé, où il meurt en 1419. La fameuse église (ici à droite) est aujourd’hui un musée très fréquenté de Tolède. Et pendant ce temps on met le Pape au musée Grévin. Personnellement, ce sont les religions que je mettrai définitivement au musée, reliques des civilisations à jamais disparues et qui ont laissé la place à la lumière, la connaissance, la raison.
C’est pas interdit de rêver, allez, portez vous bien et à demain peut-être.