Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 23rd, 2014

Page 1 de 1

Les ânes ont soif…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis du grand soir et des petits matins réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 23 décembre 2014, 3è jour de nivôse consacré au bitume… Sans commentaires.

Je fais partie de ceux-là qui se demandent pourquoi les grands médias ne donnent jamais la parole à ceux qui réfléchissent hors des sentiers battus de la pensée unique. Notre ami Jean-Pierre G., me signale un documentaire dont voici la bande annonce:

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Documentaire à voir en intégralité sur http://www.cp-productions.fr/spip.php…

Pourquoi les revues de presse ne signalent-elles presque jamais l’existence d’articles du « Monde diplomatique », notamment lorsque le journal donne la parole à des présidents latino-américain de gauche ? Dans « les ânes ont soif » de Pierre Carles, Aurore Van Opstal et Nina Faure demandent à Opérationplusieurs journalistes influents de l’aider à résoudre cette question. Et c’est pas triste ! Voici ce qu’en disait Pierre Carles à INDYmédia lors de sa venue à Nantes au mois de mai dernier: « Je réalise un reportage sur l’omerta de la presse audiovisuelle française à propos de la politique économique et sociale du président équatorien Rafael Correa.  Ça s’appelle « Les ânes ont soif ».  Correa est venu en visite officielle en France en novembre 2013 et personne n’a eu l’idée de l’inviter. Les seuls journaux français qui ont couvert sa venue à l’université de la Sorbonne où il a donné une grande conférence sont « le Monde diplomatique » et… « Le Figaro ». Le journaliste du « Figaro » a raconté à Aurore Van Opstal, qui a fait la plupart des interviews, qu’il était obligé de parler de Rafael Correa en raison de ses incroyables performances économiques. Le taux de chômage de l’Equateur est en effet de 4 % et la dette publique du pays représente aujourd’hui moins de 25 % du PIB, des chiffres meilleurs que l’Allemagne. Pourquoi les Yves Calvi, David Pujadas, Christophe Barbier, Claire Chazal, Laurent Delahousse et cie n’ont pas proposé à Rafael Correa d’expliquer sur leur plateau ses recettes anti-crise ? Probablement parce que ça ne correspondait pas avec le discours pro-austérité et anti-étatiste ambiant… »

Allez, encore merci à Jean-Pierre, merci à vous d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.