Je vous parle d’un temps…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , ,

Amis de la protase* et des cailles au raisin réunies, bonjour ! Nous sommes le vendredi 07 novembre 2014, 17è jour de brumaire dédié au cresson. *exemple de protase que nous devons à Malraux himself:  « Et le Christ ? (protase) C’est un anarchiste qui a réussi.(acmé) C’est le seul. (apodose) ». En fait, il s’agit de la première partie de la phrase dans l’analyse mélodique, juste avant l’acmé et l’apodose. A ne pas confondre avec la protase dentaire qui… (n’importe quoi.)

C’est en faisant le ménage parmi mes galettes de vinyl que je suis tombé en arrêt devant celui-ci tant il était chargé de souvenirs. Johnny Rivers, de son vrai nom John Henry Ramistella, est un chanteur, guitariste, compositeur et producteur américain de rock and roll, né le 7 novembre 1942 à New York (États-Unis). Il est principalement connu pour avoir repris Memphis Tennessee de Chuck Berry et pour son JohnnyRivers1long blues, John Lee Hooker, vibrant hommage au bluesman, enregistré live en 1967 au Whisky A Go-Go de Los Angeles. Ayant grandi à Bâton-Rouge, Louisiane, il monte à New York en 1957 où il rencontre Alan Freed, qui lui trouve une maison de production de disques. Mais, à cette époque, il est surtout compositeur, écrivant notamment pour Ricky Nelson. Puis il s’installe à Los Angeles. Après avoir tenté sa chance auprès de treize maisons de disques différentes, ce n’est qu’en 1964 qu’il rencontre le succès, grâce à ses prestations au Whisky A Go-Go et à plusieurs albums live qui s’ensuivent. Il y interprète nombre de reprises de Chuck Berry, Lloyd Price, Rufus Thomas, etc. Que celui qui n’a jamais fleureter en dansant sur When a man love a woman me lance la première bière…

Ses morceaux Secret Agent Man, générique de la série télévisée Destination Danger, et Poor Side of Town sont respectivement no 3 et no 1 des charts américains en 1966. Il participe au rivers, harrisonMonterey Pop Festival de 1967. Son morceau John Lee Hooker, véritable morceau d’anthologie du blues, connait une certaine popularité en France en 1970, dix minutes de pur bonheur, et, en 1972, Rockin’ Pneumonia & Boogie Woogie Flu est no 6 aux États-Unis. Ici en photo avec Georges Harrison et Al Wilson. La reprise de Help Me Rhonda des Beach Boys, avec Brian Wilson dans les chœurs, y est classé no 22 en 1975. Il fonde en 1967 la maison de disques Soul City, qui produit entre autres le groupe The Fifth Dimension, qu’il associe au compositeur Jimmy Webb. Poor Side of Town figure dans la bande originale du film Sexcrimes.

Ah, nostalgie, quand tu nous tiens ! Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

5 commentaires

  1. Rém*

    De ta trouvaille de ce vinyl (protase ??), je déduis qu le mot galette est au masculin lorsqu’il s’agit de disque (voir l’accord suivant dans ta phrase), et au féminin lorsqu’il s’agit de la fameuse galette bretonne de ta chère aïeule pleine de sagesse… et de talent gastronomique.
    Moi je me demande quelle crédibilité accorder à un prétendu cénobite qui nous enseigne des mots français savants et ascons – avec l’appui du bavard Malraux himself – juste avant faire hun-fôôte de grammaire dans la langue de Molière !
    Au fait, je pense que ta chère aïeule ès-galettes maîtrisait, elle, la syntaxe de la langue bretonne plutôt que française…
    Et je me demande, au passage, que tu voudrais nous faire accroire que Jésus fut un anar-réussi !: c’est-y du lard ou du cochon ?…

    • erwandekeramoal

      « des mots français savants et ascons » là, c’est pas une « phaute », c’est une coquille… Oui, je l’avoue je suis assez nul en « gramère » et « ortografe » mais cela tient au fait que j’accorde davantage d’importance au fond qu’à la forme. Le bonjour te va !

  2. gueveur

    remember !! a la fregate emballage assuré avec ce tube ,

  3. Annie Staehlé

    merci Erwan de nous remettre ce slow en mémoire…oui qui n’a pas de souvenir sur ce slow? je vois encore la boule à facette qui se mettait à tourner et qui nous renvoyait des éclats de toutes les couleurs et on attendait le cavalier idéal pour aller « slower »….ouaahh, ça date de quand on était jeune et beau !..
    bonne soirée à toi Annie des Côtes d’Armor

Répondre à Annie Staehlé Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).