« Sweet » melody…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis de la jam’s session et des moules marinières réunies, bonjour ! Nous sommes le vendredi 10 octobre 2014, 19è jour de vendémiaire consacré au tournesol, c’est une bonne occasion pour vous parler d’un trompettiste ! Harry sweets Edison est né un 10 octobre en 1915 à Colombus. Trompettiste de talent, certains disent de génie, c’était le roi du swing. Il a joué avec les plus grands depuis Count Basie jusqu’à Oscar Peterson en passant par Lester Young et Nat King Cole. Dans la vidéo, on le voit en compagnie du fameux batteur Buddy Rich dont je vous ai déjà parlé ici. 

 

Son jeu très économe s’appuie sur une précision rythmique exemplaire. Il se soucie avant tout du placement le plus justeEdison de ses notes et de leur coloration avec ce son d’une extrême douceur, qui lui valut son surnom de « Sweets » donné par Lester Young membre du même orchestre, qui avait été impressionné par le ton chaleureux et doux de sa musique. Compositeur et arrangeur occasionnel, le style sensible d’Edison à la trompette avait été grandement apprécié par des chanteurs tels que Ella Fitzgerald, Sarah Vaughn, Joe Williams et plus particulièrement Frank Sinatra.. Ce goût de la précision est constant dans tous ses solos et fait de son style un certain idéal de swing. Il fait partie de ces rares jazzmen qui sont reconnaissables dès les premières notes. Il nous a quitté en juillet 1999.

Voila pour ce 1961è billet; en attendant le prochain et la fin des allocs réunis, portez vous bien et à demain peut-être.

2 commentaires

  1. babelouest

    La fin des allocs ?…. de quoi être inter… loqué ! Ainsi soliloquait le lecteur de l’homme du Finistère. Il ne faudrait pas finir en loques, ni en haillons, même si l’ail va bien dans le chaudron, mieux que le goudron et le rhododendron.

    Et que vive le swiiiing !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).