Balderrama…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la philosophie sans boudoir et du p’tit LU nantais réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 04 octobre 2014, 13è jour de Vendémiaire dédié au Potiron. Difficile de croire à l’automne avec le temps qu’il fait par chez nous; et pourtant, j’avais dans l’idée de vous entretenir d’une artiste qui m’évoque irrémédiablement le spleen automnal. Elle est décédée un 04 octobre en 2009; alors, si le doute vous assaille, si la mélancolie vous titille, si le spleen vous étreint, et si l’envie de faire votre trou dans l’eau se manifeste, écoutez Mercédes SOSA avant de vous décider. La chanson porte le nom de Balderrama qui est un cours d’eau du Nord-Ouest de l’Argentine dans la province de Tucuman d’où elle est issue.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

La chanteuse argentine Mercedes Sosa, l’une des voix les plus engagées de l’Amérique latine, est décédée à l’âge de 74 ans à Buenos Aires au terme d’une longue maladie. «C’était la voix de ceux qui n’avaient pas de voix à l’époque de la dictature (1976-1983)», a déclaré le musicien Victor Heredia, l’un de SOSA-2ses amis et le compositeur de plusieurs de ses chansons. «Elle a porté sa préoccupation pour les droits de l’Homme dans le monde entier». Mercedes Sosa était le symbole d’un mouvement de renouveau de la musique folklorique, socialement engagé, qui comptait entre autres figures de proue le chanteur argentin Atahualpa Yupanqui, mort à Paris en 1992. Un jour, la présidente chilienne Michelle Bachelet a déclaré à propos de la chanteuse : «c’est la voix la plus vigoureuse d’Amérique Latine». Surnommée «La Negra» en raison de son épaisse chevelure noire, elle a partagé la scène avec des artistes internationaux tels que Luciano Pavarotti, Sting, Joan Baez, Andrea Bocelli, Chico Buarque, Gal Costa ou encore Shakira.

Elle s’est produite dans des lieux prestigieux tels que la Chapelle sixtine au Vatican (1994), le Carnegie Hall de New York (2002) ou encore au Colisée de Rome (2002), lors d’un SOSA-1concert pour la paix, auquel participa notamment Ray Charles. Elle est née le 9 juillet 1935 à Tucuman, dans une famille d’origine indienne vivant dans un quartier modeste et bercée par la culture populaire. Mais vient bientôt le temps de l’exil pour cette militante. En 1979, elle est arrêtée lors d’un concert à La Plata. Mercedes Sosa n’a plus le droit de chanter et préfère s’installer à Paris puis à Madrid. Elle ne retournera en Argentine qu’en 1982, pour une série de concerts à Buenos Aires.

Tiens, j’aperçois un Clynelish qui me tend les bras, la distillerie capte son eau dans le torrent Clynemilton Burn et la maturation en fûts de chêne ne dure pas moins de quatorze ans. Le temps de m’en bourrer une petite et je vous poste ça. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

3 commentaires

  1. babelouest

    A nouveau une belle dame sans merci, et c’est tant mieux !

    « Sail on, ye mariners, the night is gone », mais ce vers-ci n’est pas de Keats.

  2. Bernard Corneloup

    Balderrama est le nom d’une rivière, certes, mais dans la chanson c’est un lieu historique de manifestations populaires, que les argentins appellent boliche. Voir cette page https://insalta.info/enfoque/festejo-solidario-balderrama-el-apellido-del-folclore-cumplio-65-anos dans laquelle est cité le nom du compositeur de la chanson, qui est explique bien ce qu’est ce haut lieu de la culture populaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).