Vous lisez actuellement les articles publié le octobre 12th, 2014

Page 1 de 1

A vos fourches…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

Amis de la lutte finale et de la galette saucisse réunies, bonjour ! Nous sommes le dimanche 12 octobre 2014, 21è jour de vendémiaire dédié au chanvre. Devant le spectacle affligeant d’une gauche qui ressemble de plus en plus à la droite, j’ai ressorti de ma bibliothèque le livre de François Ruffin La guerre des classes paru chez Fayard en 2008.
Il y a des mots tellement horribles qu’il faut posséder la liberté d’impertinence d’un milliardaire pour les prononcer. Il revenait donc au premier d’entre eux, l’homme le plus riche du monde, Warren Buffett, de révéler une vérité inconvenante : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui la mène, et nous sommes en train de la gagner » (le New York Times du 26 novembre 2006). Cette observation lucide est le point de départ du livre de François Ruffin.

François Ruffin, qui était journaliste à « Là-bas si j’y suis » est allé à la rencontre de ces ouvriers, ces caissières, ces chômeurs qui semblent avoir disparu de la « France qui gagne ». Et le constat est sans appel, la misère du travailleur demeure encore et toujours une constante de notre société. François Ruffin, je le connaissais surtout à travers ses la guerre des classesreportages pour l’émission de Daniel Mermet et son implication dans le magazine « Fakir », vous savez (ou pas) ce journal qui n’est lié à aucun parti, aucun syndicat, aucune institution et qui  est fâché avec tout le monde, ou presque.
Ringard, décalé, obsolète, désuet, attardé, soixante-huitard, voilà en raccourci, les noms d’oiseaux auxquels vous vous exposez si, entre la poire et le fromage, vous vous risquez à évoquer la lutte des classes. François Ruffin nous rappelle qu’elle n’a jamais cessé d’exister et que, quand bien même, elle a disparu de la terminologie des hommes et des femmes politiques (y compris à gauche) elle est toujours présente et génère cette société d’une injustice insultante qui continue d’enrichir les plus riches et de paupériser les travailleurs.

Mais, force est de constater qu’en face des goinfreurs du CAC 40, les Hollande, Royal, Fabius, Valls et consorts, ont oublié leurs humanités; semblant donner raison à la droite qui ne cesse de marteler: Il n’y a pas d’alternative. Et pour ceux qui ruffinauraient encore quelques doutes, voici un extrait d’un rapport fort intéressant: Selon ce rapport  sur la richesse mondiale de l’Institut de recherche de Crédit Suisse, la richesse par adulte en France a triplé entre 2000 et 2007, avant de refluer de 15 % depuis. Ce bond a été permis par la forte appréciation de l’euro par rapport au dollar et le faible taux d’endettement des ménages. Si l’Europe fournit 35 % des plus riches, la France fournit un quart de ce contingent. Par ailleurs, la richesse détenue par les 4 ou 5 milliards d’adultes sur Terre a augmenté de 72 % depuis 2000, pour s’établir aujourd’hui à aux alentours des 200 000 milliards de dollars. Elle devrait encore progresser de 61 % d’ici 2015.

0,5% DE LA POPULATION POSSÈDE 35.6% DES RICHESSES MONDIALES…A vos fourches !

Pendant que le Parlement se dépêche d’expédier les affaires courantes, que les syndicats préparent les dernières banderoles, il souffle sur Keramoal un fort vent de Sud-Ouest qui ne me dit rien qui vaille. Quand je vous aurais remercier pour cette sympathique visite, vous pourrez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale. Portez vous bien et à demain peut-être.