Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 27th, 2014

Page 1 de 1

C’est le temps des cartes postales…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Chose promise, chose due… Voici la nouvelle carte postale des cénobites tranquilles. Et voila, laissez votre adresse (par mail – cliquez sur: à propos de l’auteur) et vous la recevrez avec une belle dédicace.

 

lescenobitestranquilles

numérisation0003

 

L’ignorance toujours mène à la servitude…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’isolexisme et du crabe mayo réunis, bonjour ! Voilà, nous sommes le samedi 27 septembre 2014, 6è jour de vendémiaire dédié à la balsamine, jolie fleur s’il en est. Je sais, Ô lettrés lecteurs, que vous n’ignorez rien des figures de rhétorique. Néanmoins, petit rappel : L’isolexisme est une figure consistant à réunir au moinsVendemiaire deux mots ayant la même racine, dans le but de créer un mot nouveau, un effet emphatique ou comique. Exemple que l’on doit à ce cher Prévert : « Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie. »  J’adore les dames du calendrier républicain, je les trouve nettement plus accortes que celles du catalogue de La Redoute. Celle-ci adresse au vieux bouc qui l’accompagne un regard que d’aucun jugerait concupiscent alors que d’ordinaire c’est plutôt le contraire. L’observateur aguerri aura remarqué en effet, que ce dernier, de toute évidence, en veut à sa fleur…

A propos de ce serpent de mer qu’est le thème, mille fois rabâché, de la morale à l’école, je me souviens de ce texte de Boileau qui sied parfaitement à nombre de blogueurs:

Muse, changeons de style, et quittons la satire :
C’est un méchant métier que celui de médire
A l’auteur qui l’embrasse il est toujours fatal
Le mal qu’on dit d’autrui ne produit que du mal.
Maint poète, aveuglé d’une telle manie,
En courant à l’honneur trouve l’ignominie ;
Et tel mot, pour avoir réjoui le lecteur,
A coûté bien souvent des larmes à l’auteur.

Médite cette pensée petit scarabée et continue néanmoins de visiter Les cénobites tranquilles. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.