C’est le jour de l’amaranthe…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du soubassophone et de la tarte aux myrtilles réunis, bonjour ! Nous voici donc le lundi 29 septembre 2014 et, en ce huitième jour de Vendémiaire, nous célébrons l’Amaranthe (non, c’est pas Cécile Duflot …) belle plante dont le nom vient du Grec « a maranthos », qui ne fane pas. Pendant longtemps cette plante a été cultivée pour l’alimentation, notamment en Amérique Latine. Les graines étaient grillées et les feuilles consommées comme légumes amarante2verts( tout à fait comme des épinards). Après la conquête espagnole la culture fut interdite car la plante était utilisée par les Aztèques lors de cérémonies rituelles. Du fait de cette interdiction et de la violente répression qui se développa durant plusieurs siècles à l’encontre des jardiniers qui continuaient à cultiver cette plante, l’Amaranthe a, depuis le XXe siècle, presque totalement disparue de l’alimentation mexicaine, alors même qu’elle entrait dans la constitution de très nombreux plats aztèques (tamale, sauce, tortillas et boissons). Il y a aussi ce poème de Rimbaud qui commence comme ceci: Plates-bandes d’amarantes jusqu’à l’agréable palais de Jupiter…

Je vous rappelle que vous pouvez recevoir (si vous le souhaitez) la nouvelle carte postale des cenobitestranquilles via la poste. A condition of course, que j’ai une adresse postale; qui ne sera ni publiée ni conservée, bien entendu. A transmettre par mail via « contacter l’auteur ».

lescenobitestranquilles

En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

3 commentaires

  1. Elly

    Cette plante, délicieuse de surcroît, a beaucoup de classe. On la rencontre aujourd’hui en tant que « mauvaise herbe » et comme beaucoup de mauvaises herbes, elle est très riche en nutriments divers, très bonne pour la santé. Plante idéale pour les feignasses, elle se sème, se re-sème toute seule, a besoin de rien pour croître (juste un peu de pluie) et régaler nos palets trop habitués à de la bouffe insipide industrielle. Bref ! J’adore les amarantes, à consommer sans modération l’été quand l’épinard vient à manquer… Merci de l’avoir évoquée.

  2. Fabig

    Bien vu la carte mais je ne reconnais pas la fiancée du pirate… !

  3. babelouest

    De surcroît, l’amaranthe a cet avantage certain de se développer dans les champs « occupés » par Monsanto, la seule solution étant de l’arracher à la main plant par plant. J’en rigole à fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).