Vous bloguiez ? Et bien chantez maintenant…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’Hermétisme et du chocolat Poulain réunis, bonjour ! Or donc, nous sommes le dimanche 1er juin 2014, treizième jour de prairial dédié au pois. A l’heure où je m’apprête à rédiger le 1839è billet de ce blog, je ne cesse de me laisser surprendre, fort agréablement, par votre fidélité. J’avoue que Zo d'Axaparfois le doute m’habite (oui, bon…) mais une petite voix me suggère de poursuivre sur mon chemin vicinal à côté des autoroutes de l’actualité fréquentées par les grands médias. Je repense alors à cette citation de Zo d’Axa à qui j’avais consacré un billet (24 mai 2010) : « Celui que rien n’enrôle et qu’une impulsive nature guide seule, ce hors la loi, ce hors d’école, cet isolé chercheur d’au-delà ne se dessine-t-il pas dans ce mot : L’ENDEHORS ? » . En vérité, il s’appelait Alphonse Gallaud de la Pérouse. On le connaît comme anarchiste, pamplétaire, anti-militariste et journaliste.

Il était descendant du fameux navigateur La Pérouse, sa sœur BronzeMarie, sculptrice et grande voyageuse, visita le Tibet, déguisée en homme, avant Alexandra David-Néel. On lui doit outre des ouvrages renommés sur le bouddhisme, de magnifiques bronzes représentants des têtes de bretonnes comme celle-ci. Mais c’est là une autre histoire… De bronzes et de bonzes ! Aujourd’hui, L’en dehors est un quotidien anarchiste en ligne.

Mais où en étais-je ? Ah oui, la solitude du blogueur de fond, en dehors des courants, détaché des contingences, rivé à son clavier comme le birinig à la roche (expression douarneniste), shakespeareil ne sait pas vraiment pourquoi ni pour qui il écrit. Ses billets sont autant de lettres mortes qui, à l’instar des feuilles du même nom, se laissent disperser au gré des vents portants et il bénit l’écho qui lui revient par le biais d’un commentaire, amusant, sympathique, critique, doux-amer, cruel ou dithyrambique. Alors, bloguer ou ne point bloguer ? Telle est la question…

Bon, ça ne fait rien, je continue. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

11 commentaires

  1. babelouest

    Blog à port… vous êtes un bon écrivator môssieu de l’Armor….

    Chocolat Poulain… cela me rappelle un vieux souvenir, comme une madeleine un peu défraîchie certes. Au collège, l’un de mes rares copains était le petit-fils du patron de l’époque, il me disait aller assez souvent le voir à Blois. Bien sûr il en revenait bardé de tablettes….

    En attendant le soleil est là. Tant mieux.

    • erwandekeramoal

      Moi, cela me rappelle les albums de chansons françaises que l’on recevait après avoir collectionné les points sur les tablettes…

  2. lediazec

    Salut Cénobite. Bloguer ou pas bloguer, The marronnier de la pêche dans le désert !
    L’en dehors, voilà qui est bon pour le poisson quand il échappe au filet ou au leurre.
    Bonne journée à toi !

  3. Rém*

    Question : Est-ce un peu ton portrait, réel ou idéal, qui illustre à sa façon blogueuse la célèbre question vitale d’Hamlet ?…
    En tout cas, question ressemblance, j’ai dit ce que j’en pensais à pros de ZO, mais je l’ai posté sur la seule image, après avoir cliqué dessus… Allez-y si ça vous chante !
    Et garde le rythme et l’inspiration ô tranquille cénobite d’entre + ou – tranquilous cénobites et autres sages-anars (si, si, cela va ensemble), de culture zen…etc.

  4. Louise Michel

    Bloguer or not Bloguer, sans Blaguer , n’arrête surtout pas de Bloguer , la pertinence de tes propos nous manquerait, et puis le jazz, les Anarchistes moi j’aime ça , sans blaguer, Alors Ami Blogueur, haut les cœurs , et salut et fraternité

  5. laborde-lagrave

    bonjour cénobite !

    vous avez des petits frères à l’entrée du village de Magné, à l’entrée du marais poitevin (79 )…club de boules? club de seniors?……il est écrit à l’entrée du petit chemin de terre sur une pancarte donnant sur la nationale…. »les cénobites tranquilles »….feriez vous parie de leur tribu?

    • erwandekeramoal

      Et bien non; mais les cénobites sont bien plus nombreux qu’on ne le pense. Merci d’être passé par ici.

    • babelouest

      eh… Magné, j’y connais pas mal de monde, là-bas.

      Il y une quinzaine d’années ou presque, mon fils s’était inscrit au concours annuel de peinture du village (il dure deux jours). Certes, il a raté son tableau, pour diverses raisons. Mais chose amusante, pendant qu’il était dans les affres de la création, s’est approchée de lui la députée du coin, accompagnée d’un photographe. Elle l’a « interviewé » pendant un quart d’heure. Dix ans plus tard il est devenu « son employé ».

      On peut s’en douter, il s’agissait bien entendu d’une dame née à Dakar, d’initiales S R….

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).