Le poète a toujours raison…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la poésie érotique et du riz pilaf réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 11 juin 2014, 23è jour de Prairial dédié au chèvrefeuille… Pendant que les banksters qui nous gouvernent continuent d’ajouter les réformes aux réformes, l’austérité à la rigueur et la chienlit au menu quotidien des peuples qui n’en peuvent mais… Le cénobite se retourne plein de zénitude vers les chemins de la poésie… Et pas seulement pour marquer la date anniversaire de la naissance de Renée Vivien merveilleuse poétesse:
On m’a montrée du doigt en un geste irrité
Parce que mon regard cherchait ton regard tendre…
En nous voyant passer, nul n’a voulu comprendre
Que je t’avais choisie avec simplicité.

Mais aussi parce que j’ai entendu pour la première fois Yvon le Men dire ses textes en public, il y a très, très longtemps, avec cette fougue qui donne envie de faire comme lui. Or, aujourd’hui, un sous-chef de service adjoint, un rond de cuir plus borné ou plus obéissant que d’autres décide que Le Men n’est pas homme de spectacle, mais un type qui a poletrouvé la combine pour échapper au merveilleux statut de désosseur dans les abattoirs GAD ou Tilly et décide de contester son droit au statut d’intermittent du spectacle. Et, cerise sur le gâteau, à titre rétroactif avec obligation de rembourser les indemnités perçues depuis le 12 août 2010, soit 29.796 euros  Ce cas est bien sûr loin d’être isolé et met en évidence le gouffre qui sépare les gens de l’esprit et celui des chiffres. Et le père UBU, nouveau directeur de Paulamploi, accélère ses courbettes devant le Medef au fur et mesure que la gauche solférinienne brade nos valeurs à l’encan. Pour un Le Men médiatisé et soutenu par ses pairs, combien de bardes, relégués au rang de paria? Condamnés à faire la manche dans le métro, griot de parvis, musicien de couloir, stars des arrière salles de MJC. Ah oui, c’est vrai, dans deux jours débutent les jeux du cirque et le peuple va pouvoir applaudir les inter mi-temps du spectacle à la buvette du stade. Ceux la ne sont pas menacés par le mouvement qui risque de mettre en péril un certain nombre de spectacles voire de festivals. Décidément y font rien qu’à m’embêter… Vive l’anarchie, portez vous bien et à demain peut-être.

3 commentaires

  1. Rém*

    Le poète a toujours raison.
    Le cénobite tranquille Erwan l’a dit.
    Donc le Erwan est poète.
    Hugg!

    (j’ai fait ta pub sur « Cailloux dans l’brouill’art »)

    Note : J’ai été pote d’Yvon Le Men à St-Brieuc vers 1978/80 et l’ai revu plusieurs fois depuis. Je sais qu’il a tout le talent et beaucoup de potes : cette grotesque histoire ne va pas s’arrêter là : a-t-on jamais vu la poésie écrasée par le diplodocus de la bureaucratie stupide ?

  2. babelouest

    Si nous les anarchistes n’étions pas courtois, à la différence des molosses étatiques, combien de soucis auraient-ils, de jarrets artistement ( logique) effrangés, de chevilles astucieusement démontées, de phalanges curieusement absentes…… On est décidément trop bons, avec la racaille du neuf-deux ou du 16e arrondissement…..

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).