Juste un doigt…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

Amis de la Libre Pensée et du kouign-amann réunis, bonjour ! Réjouissez vous, il ne reste plus que 207 jours avant le réveillon… Nous sommes le samedi 07 Juin 2014, 19 de Prairial et c’est le jour du tilleul; alors si vos nuits sont moins belles que vos jours, n’hésitez pas à abuser de la tisane. En Bretagne armoricaine on fête les Meriadec.

Saint Mériadec est un saint breton du VIIe siècle, qui fut évêque de Vannes. Il est connu en Cornouailles sous le nom de saint Meriasek. Selon les ouvrages Vie latine médiévale et le Beunans Meriasek, Mériadec serait issu de la lignée du roi breton légendaire Conan Meriadec.
Ordonné prêtre contre la volonté familiale, la légende veut qu’il effectue plusieurs guérisons miraculeuses avant de traverser la Manche en direction des Cornouailles. Débarqué à Camborne, les persécutions du chef païen Teudar (Theodoric) Caplan & Col’obligent à revenir en Bretagne continentale (courageux mais pas téméraire notre saint). Il aborde à Plougasnou (29) où il apprivoise un loup qui terrorisait les environs. On retrouve sa trace à Saint-Jean-du-Doigt qui est une commune  située non loin, dans le département du Finistère, dans la région Bretagne, en France (je précise car avec le redécoupage, bientôt on ne saura plus à quel saint se vouer.) A quelques pas de là, arrêtez vous boire un coup chez Caplan & Co café librairie des plus sympathiques. Le nom breton de la commune est Sant-Yann-ar-Biz. Il vient d’une relique supposée être l’index de saint Jean-Baptiste.  la paroisse se nommait autrefois Traon-Meriadec (ou Meriadek), en l’honneur de saint Mériadec. La paroisse conserve encore un reliquaire en argent du XVè (en photo ci-dessous à droite.) Mais bon, rançon de la gloire, sa réputation miraculeuse attire les foules si bien qu’il doit se retirer dans les environs de Pontivy, « à mille pas du château de Rohan».

Ayant appris ce retour, le vicomte de Rohan envoya ses messagers à sa recherche . Il se rendit bientôt à son ermitage pour lui demander son aide contre des brigands de la région. Le saint déchaîna contre eux « le feu du ciel ». En gage de gratitude, le vicomte de Rohan fonda à la demande de saint st meriadecMériadec trois foires dans la paroisse de Noyal, (le 6 juillet, le 8 août et à la Saint-Michel). À la mort de l’évêque de Vannes, Mériadec fut élu à ce siège épiscopal et consacré dans la cathédrale de Dol-de-Bretagne. Il évangélisa la Bretagne, sans doute évêque itinérant missionnaire, comme il en fut tant à cette époque. Son culte fut très important à Plougasnou, mais une relique de saint Jean-Baptiste vint le supplanter à Saint-Jean du Doigt dans le Finistère.  Sous ses vêtements épiscopaux, le saint continua de porter le cilice jusqu’au 7 juin d’une année indéterminée où il remit son âme à Dieu. Il aurait été inhumé en la cathédrale de Vannes.

Voila pour aujourd’hui, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

 

4 commentaires

  1. Rém*

    Ah « Caplan & Co » !!!… ça c’est un lieu magnifique, magique, j’en garde très excellentissimes souvenirs…
    D’abord pour des raisons-déraisons privées que je n’ai pas à exprimer ici, mais aussi pour l’étrange et beau café-librairie, son sauvage site environnant, son organisation interne,si souple, et son « saint patron » libertaire, libraire et cafetier…

    C’était peu après l’interdiction de fumer dans les bistrots et « Caplan » ne l’appliquait pas au sien, tout en expliquant – en joli pamphlet – le danger (de soumission politique aussi) d’accoutumance au tabac, etc. (dans la librairie probablement dite, il est évident qu’on s’abstenait de nicotiniser bouquins et curieux).
    Plus tard, j’ai appris qu’il y avait « roulis et tangage » dans l’ermitage du cénobite Caplan (du fait de « & Co » je crois). Je ne sais ce qu’il en advient ce jour…
    Peut-être, Erwan, que tu en sais plus si tu retournes visiter le lieu ?… Je reste curieux d’en savoir plus, et désireux d’y retourner, si jamais..

    • erwandekeramoal

      La dernière fois que j’y suis passé, c’était toujours d’actualité et son assiette de produit grecs et son vin de Retsina et son ambiance incomparable.

      • Rém*

        C’est cette ambiance grecque (aussi belle qu’insolite pour un haut lieu brezonotag) que j’ai connu aussi : peut-être avons nous trinqué tous deux avec le Restina, si cela remonte à une quinzaine d’années ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).