Vous lisez actuellement les articles publié le juin 23rd, 2014

Page 1 de 1

Guerre à la guerre…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis du marais poitevin et du p’tit salé aux lentilles réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 23 juin 2014, cinquième jour de Messidor, habituellement dédié au mulet. Attention, pas le poisson hein. Non non, cette bonne vieille mule issue d’une jument trait mulassier poitevin et d’un baudet du Poitou, c’est la plus grande et la plus forte des mules. la mule du PoitouAutrefois fleuron de la production mulassière française et reconnue dans le monde entier, elle a failli disparaître. Il y avait la mule du pape, voici celle du Poitou. Je crois entendre dans le fond de la classe quelques ricanements sardoniques, à l’idée sans doute, que j’allais évoquer la figure d’une élue fort entêtée et rétive comme pas deux. Que nenni. Encore que, pour les pataphysiciens Le 23 Juin 2014 est en réalité le Lundi 9 Gidouille 141 Ste Outre, psychiatre, fête suprême quarte.
les mulets de Marius est un sobriquet qui désignait les légionnaires romains obligés de porter leur équipement pour le camp et leur ravitaillement, transport auparavant assuré par les mulets ; pour diminuer la tentation d’une attaque de l’ennemi sur le train transportant ces équipements et augmenter la mobilité de ses troupes, il fit passer la charge des mules aux légionnaires. Comme le chantait avec justesse et talent Anne Sylvestre: nous avons tous nos impedimenta:
On n´est pas tout neuf, on a son barda
On a ses impedimenta
On n´est pas tout neuf, on est tous des ex
On est tous plus ou moins duplex…

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

 

C’est aussi la date anniversaire de la mort de Louis LECOIN que j’évoquais ici hier: Il passa douze années de sa vie en prison pour ses idées. Pendant la guerre de 1914-18, il passe en conseil de guerre pour insoumission le 18 décembre 1917. Il est condamné à 5 ans de prison militaire et 18 mois de prison pour trouble à l’ordre public sans même pouvoir s’exprimer. En 1921, présent au congrès de la CGT lecoinà Lille, devant les menaces des « gros bras » de la direction, il tira en l’air avec son revolver pour que les syndicalistes révolutionnaires puissent s’exprimer. Il mena deux combats qui eurent des retentissements dans le monde entier. Le premier fut de défendre trois militants de la Confédération nationale du travail espagnole, Buenaventura Durruti, Gregorio Jover et Francisco Ascaso demandés par l’Argentine et l’Espagne dictatoriale qui les accusait d’avoir préparé un attentat contre le roi d’Espagne. Ils furent arrêtés en France pour port d’armes prohibées. Lecoin monta un Comité du droit d’asile et saisit la Ligue des droits de l’Homme. L’extradition des trois hommes n’eut pas lieu. Le deuxième fut en faveur de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, exécutés aux États-Unis le 23 août 1927. Dès la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Louis Lecoin rédigea un tract intitulé « Paix immédiate ». Il fut, à cause de cela, emprisonné jusqu’en 1943.
Après la guerre il fonda le comité de soutien à Garry Davis pour créer une Citoyenneté mondiale. Louis Lecoin lança en 1958 sa campagne pour l’obtention d’un statut pour les objecteurs de conscience. Albert Camus participa activement à cette campagne dont il ne put voir l’aboutissement. Le gouvernement refusait de tenir sa promesse et le 1er juin 1961, Louis Lecoin déclencha une grève de la faim à l’âge de 74 ans. Cette action, démarra dans l’indifférence, mais après quelques jours, Lecoin reçut le soutien de la grande presse, notamment du CabuCanard enchaîné (Henri Jeanson qui interpella les intellectuels par un retentissant « Holà ! Les Grandes Gueules ! Laisserez-vous mourir Louis Lecoin ? ». En août 1963, voyant que le projet de loi n’était toujours pas voté, Louis Lecoin menaça de recommencer sa grève de la faim. Le gouvernement céda et le statut fut promulgué le 23 décembre 1963, et tous les objecteurs furent libérés. Comme le faisait remarquer Rem* avec justesse: «A propos de la grève de la faim de Louis Lecoin, je crois qu’il serait plus exact d’en dire qu’elle a « obligé, politiquement, de Gaulle-le-guerrier à concéder le statut d’objecteur, bien à contrecœur », plutôt que laisser entendre qu’il aurait changé de conviction…»

Allez, c’est plutôt copieux pour un lundi non ? Portez vous bien et à demain peut-être.