Pelec’h emaoc’h o chom?

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’étymologie et du soufflé au fromage réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 07 mai 2014, 18è jour de Floréal dédié à la Corbeille d’or.

Vous ai-je déjà parlé de Neventer que l’on fête aujourd’hui en Bretagne ? En voilà un qui a laissé son nom à la commune de Plounéventer, en Finistère evel just, et qui est l’archétype du St Derrienbon saint chassant les méchants dragons des terres païennes. Si l’on en croit le noble et discret messire Le Grand, chanoine de Saint-Pol, premier Conseiller du Duc François II et recteur de Plounéventer en1412, c’est à dire le propre grand oncle d’Albert Le Grand à qui nous devons un collectage fabuleux des contes et légendes de Bretagne, c’est une véritable épopée que vécurent Neventer et son pote Derrien, de retour des croisades, dans les parages. Tout cela sur les rives de l’Elorn, que l’on nommait avant cet épisode Dour du, magnifique rivière à truites et saumons. ici à droite, c’est une représentation de saint Derrien.

Il est probable que la vraie origine du village se rapproche de celle, plus simple, de la création de nombreuses paroisses de Basse-Bretagne par des tribus venues d’Outre-Manche. En effet, l’exode se faisait par tribu, et lorsque l’une d’elles trouvait un site pour s’ installer, généralement une hauteur, elle créait une communauté un « PLOU » qui recevait par la suite le nom de son chef.
Arthur de La Borderie écrit dans son  Histoire de la Bretagne:  « Le Plou, c’est proprement et primitivement la petite colonie formée par la bande bretonne émigrée, s’établissant, au sortir des barques fugitives, sous la direction d’un brave guerrier, Plouneventerchef temporel, d’un pieux moine, chef spirituel de cette petite communauté formée sur la terre d’ exil par la communauté de malheur. Sur cette terre, le PLOU remplace le CLAN…« 
Voici donc Néventer et ses compagnons qui, débarqués en Armorique, s’enfoncent à l’intérieur des terres à la recherche d’un asile. Ils vont le trouver non loin de la villa romaine de Kérilien, et là, ils établissent un « PLOU  » qui, pour l’Histoire, deviendra PLOUNEVENTER. Oui, je sais, c’est compliqué de lire une carte en Bretagne. Tous ces « Plou » et ses variantes en plo, plé, pleu… La suite du nom vous renseigne sur la dite paroisse : plo-meur (paroisse grande), plougastel (paroisse avec un château). Toujours bon à savoir, même si cela ne facilite pas la 08_Plouvien_Guiguienlecture de la carte routière. Pour vous repérer, rappelez vous qu’un « plou » se trouve dans le nord de la Bretagne, et un « plo » dans le sud à quelques exceptions près : Plouhinec, Plougoumelen et Plouharnel. Mais, vous trouverez aussi sur votre route un certain nombre de Loc : Ils indiquent un lieu consacré: à Mathieu (Locmazé), Malo (Locmalo), Gwénolé (Locquénolé). Pour terminer, ajoutez les « lan ». Ils sont souvent la marque d’un endroit consacré à un saint : Tudal (Landudal), Hervé (Lanhouarneau), Telo (Landeleau), Gwiziau ou Tiviziau (Landivisiau)… A noter que le terme Plou est issu du latin plebs, plebis, « peuple, gens », même étymologie que plèbe en français. Oui car en breton, Plou se dit Gwi mais… C’est une autre histoire.  Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

6 commentaires

  1. gencyve

    Voici un blog qui ne laisse aucun doute sur la culture très étendue du cénobite.
    Une page d’histoire à classer dans les meilleurs..du cru.
    Bonne journée et bon vent sur l’ermitage de Keramoal

  2. Big Daddy

    Je trouve nos PLOU beaucoup plus digestes que les panneaux qu’on croise en Vendée :
    Bazoges-en-Pareds, Bouillé-Courdault, Thouarsais-Bouildroux, Saint-Michel-Mont-Mercure, Saint-Martin-Lars-en-Sainte-Hermine, Les Châtelliers-Châteaumur….

    On dirait qu’ils n’arrivaient jamais à se mettre d’accord sur un nom….

    • erwandekeramoal

      Ne jamais oublier que nos « Plou » comme tu dis ont donné naissance au fameux « Plouc »…

  3. babelouest

    Je connais aussi des noms poétiques, comme Saint Germain de Longue Chaume, ou Saint Sauveur de Givre en Mai…….. Les toponymies sont un ravissement quand on se penche sur elles. Certes des noms comme Saint Pierre des Échaubrognes, ont comme un aspect rocailleux….

  4. Rém*

    A propos de nom poétique, peut-on savoir la signification du titre du billet ,
    ( je fais partie de ces bretons qui n’entravent que couic à la belle langue de leurs ancêtres !)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).