Vous lisez actuellement les articles publié le mai 28th, 2014

Page 1 de 1

La résistible ascension d’Arturo UI…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de la satirologie et du pain bénit-oui-oui réunis bonjour ! Nous sommes, bon an mal an, arrivés ensemble jusqu’à ce mercredi 28 mai 2014, 9è jour de prairial, que nos amis républicains serpoletavaient dédié au serpolet. Vous ne pouvez pas vous tromper, le serpolet c’est bon pour tout. En infusion, en compresse, en bain, dans la cuisine, notamment avec les viandes blanches, ce proche cousin du thym est une vraie panacée. C’est le genre de truc qui devrait être remboursé par la sécurité sociale si cela ne risquait d’aggraver le déficit… Encore faut-il rappeler que ce dernier n’est pas imputable aux dépenses des pauvres gens mais, en grande partie, aux mauvais, voire aux non-paiements du patronat…

Ainsi donc, les zeuropéens ont voté, avec leurs pieds d’accord mais, ils ont voté. Ils ont voté sans savoir (pour plagier Apollinaire) qu’à la semblance du beau Phénix (le libéralisme) s’il meurt un soir, le matin voit sa renaissance… Ils ont voté sans savoir, sans culture, sans connaissance, sans conscience, tous ces analphabètes de la politique. Et pourtant, dès le début du siècle, l’autre, B. Brecht nous avait prévenu: écoutez La complainte de Mackie par la merveilleuse Ella Fitzgerald.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

 « Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la Bertolt_Brecht,_Skulptur_von_Fritz_Cremer_am_BE_in_Berlinfarine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. » Je ne suis pas certain que, de là où il est, il apprécie vraiment d’avoir été coulé dans le bronze en face du Berliner Ensemble qu’il avait créé après la guerre et qui nous a légué des œuvres magnifiques comme Mère courage, la résistible ascension d’Arturo UI, le cercle de craie caucasien, l’opéra de quat’ sous

L‘avenir ne manquera pas de nous éclairer, gageons qu’il ne sera pas trop tard. Portez vous bien et à demain peut-être.