Vous lisez actuellement les articles publié le mai 17th, 2014

Page 1 de 1

Comment que c’est avec vous ?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’hypallage* et du kouign amann réunis, bonjour ! Avez vous noté que nous sommes déjà le samedi 17 mai 2014, 28è jour de Floréal et, je ne vous le cacherai pas plus longtemps, c’est le jour de la Buglosse… Plante herbacée de la famille des Boraginaceae ce qui, vous l’avouerez n’est pas commun. Cela fait partie des mystères du calendrier républicain qui reste pour moi source d’émerveillement autant que les noms donnés aux figures de rhétorique tel l’hypallage. Les latins en étaient friands et Virgile en faisait fort usage. NonoMais des poètes modernes aussi, comme Prévert, à qui l’on doit: un vieillard en or avec une montre en deuil. Bel exemple d’hypallage qui consiste à attribuer à un mot ce qui convient à un autre. Cela permet à chacun et au blogueur en particulier de jouer avec les mots comme l’enfant dissipé avec les allumettes. C’est exactement ce que j’essaie de faire et, à l’instar de Lamartine: »Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire. » Longtemps les douarnenistes (habitants de Douarnenez) ont fait de l’hypallage sans le savoir. En effet, si en public ils utilisaient le français pour s’exprimer, ils continuaient à penser en breton ce qui produisait des construction de phrases alambiquée. Exemple: regardez si votre père est à rentrer par la fenêtre. Ou encore: je suis été allé porter un melon à mon voisin qui était mur à point… Pour en savoir plus, vous pouvez toujours lire Les Bretonnismes de Hervé Lossec aux éditions Skol Vreizh.

Mais, revenons à notre Buglosse et écoutons ce qu’en dit La grande Marie sur l’excellent site Dllhad sul: « Les feuilles sont très consommées en Italie et en Irlande (et aussi en salade NDLR). Il ne faut pas hésiter à les cueillir : quand la tige est brisée, la plante trouve les moyens de se reproduire et de buglossesubsister et émet de nouvelles tiges. La racine, comme celle de la consoude, se régénère une fois coupée (attention donc si vous en plantez dans le jardin : elle peut devenir envahissante). On peut les manger crues, en salade, lorsqu’elles sont toute jeunes, ou encore, en soupe ou comme des épinards. En faisant revenir un oignon et 3 ou 4 pommes de terre coupées en dés, puis, après avoir ajouté de l’eau, additionnée de 4 ou 5 poignées de buglosse, quelques feuilles de plantain, sel, poivre, et épices au choix. Au bout de 15 à 20 minutes, on mouline la soupe. Inutile de la laisser cuire trop longtemps : elle gardera ses nutriments. Le goût est très frais, très printanier. Les fleurs, comme celles de la bourrache, agrémenteront agréablement les salades, grâce à leur jolie couleur et à leur goût légèrement iodé. »

Il y a des jours comme ça, ça part dans tous les sens. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.