Les chaussettes de Rigolus…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’humanisme et du Picon-bière réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 21 avril 2014 et, par les chaussettes de Rigolus, que les dieux m’tripotent si j’mens, nous serions le  deuxième jour de Floréal dédié au chêne. J’ai pourtant rencontré un fieffé pataphysicien qui m’a affirmé sans honte qu’en vérité nous étions le Lundi 2 Palotin 141 Fête des Écluses. Et quand je vous aurais dit que mes voisins fêtent ce jour la saint Hamon, dont la légende nous dit qu’il s’agit d’un chevalier qui revint de Palestine porteur de la lèpre et que les paroissiens laissèrent sans soins. Mal leur en pris car les pis des vaches se tarirent aussi sec (si j’ose dire), vous serez en mesure de vous faire une petite idée de la diversité calendaire de notre joyeuse humanité, poil au nez.

Il y a un siècle, le 21 avril 1913, sur le boulevard Arago à Paris, devant la prison de la Santé, exécutions capitales par la guillotine d’André SOUDY, de Raymond CALLEMIN, et d’Elie MONIER , tous les trois membres de la 52190395_pbande à BONNOT. Voici ce qu’écrira plus tard Victor Méric dans Les bandits tragiques 1926:  » C’est fini. La société a fait justice. Justice? Cette opération odieuse, dans ce décor de deuil, sous ce ciel bas et impavide? Justice, ce triple meurtre, préparé dans tous ses détails, réglé, ordonné avec précision, parmi tous ces soldats, ces pelotons de gendarmes et de gardes? Justice, cette méthode sournoise de suppression? Mais à quoi bon philosopher ? Les hommes n’ont encore découvert d’autres moyens que de punir le meurtre par le meurtre.  » Il faudra attendre l’année 1981 pour voir disparaître ce « type d’humanisme français ». La litho est de Steinlein.

Allez, merci d’être passé et d’avoir consacré un peu de votre temps à la lecture de ce 1798è billet, portez vous bien et à demain peut-être.

 

4 commentaires

  1. Sceptique

    J’avoue que ce qui m’a fait approuver l’abolition, c’est le risque, évident, de l’erreur judiciaire. Il vaut mieux un monstre en vie, qu’un innocent au cimetière (il y en a encore trop). Comme vous le reconnaissez, l’humanité n’a pas encore trouvé la solution de son goût pour le meurtre. À propos du débat sur l’abolition (pas le plus récent), Paul Valéry avait écrit: »Que messieurs les assassins commencent! « . On y serait encore!.
    Mais rien n’est résolu, il faut en convenir.

  2. PIERROT13

    J’apprécie bien l’entame.
    Gaëtan ¨Picon, grand commerçant du 19° siècle, a construit son usine et ses logements dans mon quartier et le bâtiment existe toujours. Un bel ensemble.

    La peine capitale ?
    Son application n’a jamais rien prouvé sinon depuis le temps qu’elle existe il y a belle lurette qu’il n’y en aurait plus besoin et on peut calculer, je pense en milliers d’années.

    Contrairement aux arguments avancés lors de son abolition, la criminalité n’a pas augmenté et à vrai dire je pense que son application n’effraie que les braves gens.

  3. babelouest

    Bonjour les amis. Il vaut mieux couper des œufs durs en quatre que des humains en deux. Cependant, me chagrine le fait que l’insurrection pour secouer le joug des horribles sangsues du Capital est toujours punie de mort, elle. Et partout dans le monde. C’est plus qu’affligeant, c’est terrible.

    Bonne journée post-hœufs (et post-hume pour ceux qui ont goûté du bon vin).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).