Ils ont voté…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la démocrassie et du veau marengo réunis, bonjour ! Nous sommes donc le lundi 24 mars 2014 et, comme disait le grand Léo: ils ont voté… Plutôt qu’un long discours, je confie ma voix à Octave Mirbeau ce génial pamphlétaire, révolté et réfractaire à toutes les idéologies aliénantes, radicalement libertaire, farouchement individualiste, irréductiblement pacifiste, résolument athée, anticlérical, antimilitariste et politiquement incorrect.

«Une chose m’étonne prodigieusement — j’oserai dire qu’elle me stupéfie — c’est qu’à l’heure scientifique où j’écris, après les 72879910_pinnombrables expériences, après les scandales journaliers, il puisse exister encore dans notre chère France (comme ils disent à la Commission du budget) un électeur, un seul électeur, cet animal irrationnel, inorganique, hallucinant, qui consente à se déranger de ses affaires, de ses rêves ou de ses plaisirs, pour voter en faveur de quelqu’un ou de quelque chose.» C’est par cette phrase coup de poing que s’ouvre La grève des électeurs d’Octave Mirbeau.(1902)

 

C‘est en 1884, pour se remettre et se « purger » d’une passion dévastatrice pour une femme galante, Judith Vinmer,  que Mirbeau fait retraite pendant sept mois à Audierne, dans le images2Finistère, et se ressource au contact des marins et paysans bretons. De retour dans la presse parisienne, il commence à écrire pour son propre compte et met sa plume au service de ses valeurs éthiques et esthétiques. Il s’engage alors dans de grands combats politiques, artistiques et littéraires qui donneront de lui l’image durable d’un justicier et d’un imprécateur. Mais bon, j’en ai maintes fois parlé sur ce blog. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

 

9 commentaires

  1. lediazec

    Bonjour Cénobite. Magnifiquement féroce, comme très souvent chez Mirbeau. Quand j’ai un coup de moins bien, c’est chez lui que je vais puiser de la vitamine !

  2. babelouest

    Nos grands anciens sont toujours là à notre secours !

    Allez, bonne décuite de cette journée toujours pénible, où le Pouvoir exhorte au « devoir électoral ».

    • erwandekeramoal

      Je viens d’entendre un représentant du PS nous refaire le coup du front républicain. Ils ont le front… Il leur manque la République.

  3. Sceptique

    Il y a trois niveaux de scandale qui frappent le droit de vote: l’absence du droit, le bourrage des urnes, les défaillances des élus.
    L’intolérance à l’interdiction, son rattrapage quand elle est levée, posent la question du bon sens des hommes, non?

    • erwandekeramoal

      le bon sens voudrait que l’on ne confia point les clefs de son avenir à certains qui n’en ont cure. Hélas !

      • Sceptique

        Je n’ai jamais eu le sentiment de confier mon avenir en votant, mais simplement la gestion collective au présent, à ses différents niveaux. Je n’ai jamais eu de scrupules à sanctionner les élus qui m’avaient déçu.
        On ne peut faire tout soi-même. Il faut bien avoir les adresses d’un plombier, d’un garagiste, d’un médecin. Pourquoi pas d’ un maire, d’un député? Mais on ne peut pas en attendre qu’ils s’occupent exclusivement de nous.
        Quant à mon avenir, je m’en suis toujours occupé moi-même!

  4. Jean-Pierre Gault

    Et comme le disait le grand Staline : ce ne sont pas les votes qui comptent mais ceux qui comptent les votes

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).